Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Mani Tanko, chef du Centre National de Lutte Anti Acridienne (CNLA) d'Agadez : "Le succès de la lutte contre le fléau acridien repose essentiellement sur la stratégie de prévention et la capacité de réaction rapide du CNLA''

M. Mani Tanko M. Mani Tanko

La région d'Agadez a cette particularité d'abriter dans sa partie septentrionale une zone grégarigène. Qu'est-ce qui explique cette spécificité d'Agadez ?
Par sa situation géographique, le Niger se trouve dans l'aire de rémission du criquet qui occupe tout le Sahara. Cette aire s'étend du Sahara Occidental à l'Inde, soit 29 pays concernés. A l'intérieur de cette vaste zone de rémission, existent des aires grégarigènes au sein desquelles ont lieu les formations des essaims et les départs des invasions. Le Niger abrite deux grandes aires de grégarisation du criquet pèlerin, à savoir l'Aïr et le Tamesna. En outre, le Niger aussi constitue le couloir de passage du criquet dans ces mouvements migratoires des zones de reproduction estivales du Sahel vers les zones de reproduction hiverno-printanière, et vice-versa. Cette situation expose notre pays à la menace acridienne qui peut venir de ces foyers de grégarisation de l'Aïr-Tamesna, mais aussi des régions voisines.

Quelles sont les principales zones grégarigènes dans la région d'Agadez ?
Les principales aires grégarigènes sont l'Aïr et le Tamesna. L'Aïr abrite plusieurs foyers de grégarisations autour du massif, le long des oueds et dans les zones d'épandage. En ce qui concerne le Tamesna, les foyers de grégarisation sont concentrés sur le long de la vallée fossile de l'Azawak et ses affluents, mais aussi dans les dépressions, cuvettes endoréiques et inter-dunaires.

Le Centre National de Lutte Anti acridienne a pour missions la prévention et la lutte anti-acridienne. Depuis que l'OCLALAVE a cessé d'exister, tous les efforts de vos services sont concentrés sur Agadez, les frontières algérienne et libyenne, etc. Comment se présente actuellement la situation sur le terrain ?
La stratégie de prévention repose essentiellement sur la surveillance régulière des foyers de grégarisation du criquet pèlerin. Car c'est seulement dans ces foyers qu'ont lieu la grégarisation, dont le départ de l'invasion. Si tous les pays arrivent à contrôler les foyers de grégarisation dans leurs zones respectives, il n'y aura jamais d'invasion.
C'est pour cette raison qu'ici au Niger, tous nos efforts sont concentrés dans la région d'Agadez. Car c'est là que se trouvent les aires grégarigènes de l'Aïr et du Tamesna qui renferment en leur sein plusieurs foyers de grégarisation bien connus des prospecteurs. Nous étendons également nos prospections tout le long des frontières des pays voisins abritant aussi des foyers de grégarisation, notamment l'Algérie et la Libye, en vue d'apprécier l'importance du flux migratoire du criquet entre les zones de reproduction hiverno-printanière du Maghreb et du Sahel.
Mais il nous arrive très souvent d'élargir les prospections dans la bande du Sahel des pâturages (Damergou, Tadress et sud Azaouak) qui ne renferme pas de foyers de grégarisation, mais qui est bien reconnue comme zone de reproduction du criquet par excellence en période estivale (Juin à Septembre).



Aujourd'hui, le Centre à un rôle important à jouer afin de permettre aux Nigériens d'atteindre les Objectifs du Millénaire en matière de Développement. Le Programme de Renaissance du Président de la République, SEM. Mahamadou Issoufou, à travers l'Initiative 3N, a des chances de réussite car les cultures sont à l'abri des ennemis de cultures. Est-ce que vos services sont assez outillés pour rassurer les autorités politiques et les populations?
Le succès de la lutte contre le fléau acridien repose essentiellement sur la stratégie de prévention et la capacité de réaction rapide du CNLA, notamment la Base Principale située à Agadez. Fort heureusement, un des atouts de la base d'Agadez est la maitrise de cette stratégie de prévention et de réaction rapide.
Une bonne connaissance du terrain, un réseau d'informateurs efficace, des moyens de communication et de navigation performants, une bonne maitrise de la technologie de gestion de l'information acridienne (imageries satellitaires et système de gestion de l'information acridienne par le SIG), ce sont là quelques atouts dont dispose le CNLA pour assurer une surveillance régulière et une alerte précoce de toutes manifestations de menace.
A cela s'ajoutent des équipements appropriés de lutte et un stock de produits pour assurer la lutte préventive ainsi que la réponse rapide à toute menace.
Avec l'aide des nouvelles technologies de gestion de l'information acridienne et les outils d'aide à la décision dont il dispose, le CNLA peut alerter à temps l'imminence d'une menace afin de permettre aux décideurs de prendre les mesures appropriées pour y faire face.
Le Centre d'Agadez est bien outillé pour suivre régulièrement l'évolution de la situation acridienne, permettant ainsi de détecter à temps les premiers signes précurseurs d'une menace acridienne. Il dispose en permanence d'un stock de produits de 15. 000 litres pour une réponse rapide.

Le centre anti-acridien intervient dans la région, particulièrement dans des zones d'insécurité. Le conflit au Mali n'entrave-t-il pas vos élans à mener vos missions sur le terrain ?
Comme vous le savez, la zone de rémission du criquet pèlerin, qui s'étend du Sahara occidental à la frontière indo-pakistanaise, en passant par le Mali, l'Algérie, la Lybie, le Darfour, la Somalie, etc., a de tout temps abrité des foyers de tension, et est en proie à une insécurité permanente, et c'est aussi une zone désertique très hostile et difficile d'accès. C'est dans ces conditions que les unités de lutte antiacridienne de ces pays, dont le Niger, sont appelées à traquer sans cesse les mouvements du criquet pèlerin et l'empêcher de former des essaims.
Dieu merci, ici au Niger, nous n'avons jamais interrompu les opérations de surveillance et de lutte préventive durant toutes ces périodes d'insécurité. Certes, la situation au nord Mali a fait monter d'un cran cette insécurité, mais n'a pas pour autant entamé notre détermination à mener à bien notre mission. Il faut seulement souligner qu'avec cette insécurité, nos missions sur le terrain demandent deux fois plus de moyens, et cela rend le dispositif plus lourd et plus difficile à manœuvrer, réduisant ainsi notre capacité d'intervention rapide.

Comment s'organise la lutte anti-acadienne en cas de menace ?
La base d'Agadez dispose de la première force de frappe avec un dispositif d'intervention rapide composé de 3 équipes de lutte, chacune dotée d'un appareil monté sur véhicule de Type ULVAMAST. Ce dispositif peut être appuyé d'une dizaine d'appareils motorisés à dos de type AU8000, et d'une vingtaine d'appareils ULV à piles, pour intervenir sur de petites infestations ou dans les sites de culture (jardins) inaccessibles par véhicule.
Ce dispositif peut être renforcé par des équipes de lutte venant de la Direction Générale du CNLA. Mais si la menace se précise, d'autres équipes de lutte de la Direction Générale de la Protection des Végétaux et des régions interviennent avec des moyens plus performants (AU8115). En cas de crise ou menace directe sur les cultures vivrières, les avions de la Direction Générale de la Protection des Végétaux interviennent.
Il faut aussi noter qu'une fois la crise déclarée, un comité de gestion de crises est aussitôt mis en place afin de mobiliser à temps les moyens nécessaires pour y faire face.

Chaque institution de l'Etat a des partenaires nationaux ou extérieurs. Pouvez-vous nous citer quelques uns qui apportent leurs appuis à vos services?
La lutte contre le criquet pèlerin n'est pas l'affaire d'un seul pays. Tous les pays concernés doivent apporter leurs contributions, ne serait-ce que par les échanges d'informations. Des pays amis comme l'Algérie, le Maroc et d'autres pays avec lesquels nous avons signé une convention d'assistance, interviennent par des dons en produits phytosanitaires ou même l'envoi d'équipes spécialisées de lutte pour nous appuyer. Mais il faut surtout une bonne coordination des efforts. L'un des partenaires privilégiés est la FAO qui assure ce rôle de coordination. L'institution nous aide dans le renforcement des capacités, la mobilisation des moyens, l'harmonisation des actions pour mener efficacement la stratégie de lutte.
Sans être exhaustif, plusieurs bailleurs de fonds et partenaires du Niger comme l'UE, la France, la Banque Mondiale, l'UEMOA, etc., interviennent à chaque fois que cela s'avère nécessaire.

Toutes les bases du CNLA ne sont pas opérationnelles dans la région. Qu'en est-il exactement ?
Le CNLA dispose d'une seule base opérationnelle, celle d'Agadez. La base secondaire d'In Abangharit, située dans le Tamesna, n'est pas encore opérationnelle depuis les évènements de la rébellion. Il est prévu sa réhabilitation ainsi que la création, dans la région, de 3 points d'appui dans l'Aïr, notamment à Arlit, Iférouane et Tabelot.
Vos perspectives pour la région ?
Pour renforcer sa capacité de prévention, d'alerte précoce et d'intervention rapide, le CNLA compte renforcer ses capacités. Au niveau du parc-autos, nous comptons doter les équipes de véhicules appropriés pour les différentes opérations (prospections, luttes, transports de produits et assistance technique aux équipes) dans les zones désertiques hostiles; renforcer les moyens de communication, notamment les radios E/R pour équiper les véhicules de prospection, la base principale et éventuellement les points d'appui ; renforcer les moyens de transmission, notamment les nouvelles technologies de collecte et de transmission des données, ainsi que le système d'information Géographique pour faciliter les traitements des données. Il faut également renforcer les formations des prospecteurs pour améliorer la qualité des données collectées, des traitements et de l'analyse de la situation acridienne. De même, il faut renforcer le réseau d'informateurs par des formations, la sensibilisation des élus locaux et autres intervenants dans les aires grégarigènes. En matière d'infrastructures, la base secondaire d'In Abangharit dans le Tamesna doit être réhabilitée et les zones grégarigènes de l'Aïr doivent être dotées de points d'appui à Arlit, Iférouane et Tabelot, afin d'améliorer et de faciliter la gestion logistique.

Abdoulaye Harouna(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

M. Barkaï Issouf, ministre chargé des Relations avec les Institutions : «Le ministère s'attèle quotidiennement à assurer…

M. Barkaï Issouf, ministre chargé des Relations avec les Institutions : «Le ministère s'attèle quotidiennement à assurer la meilleure collaboration entre le Gouvernement et les autres institutions»

Pourquoi la création d'un ministère spécialement dédié aux institutions ?Avant de répondre à vos questions, permettez-moi de vous remercier et de remercier l'ONEP pour cette occasion fort salutaire que vous m'offrez pour m'adresser à vos lecteurs. Vous contribuez ainsi à faire mieux connaitre mon département ministériel, ses attributions et son rôle dans l'architecture institutionnelle et administrative de notre pays. J'en suis très rec...

Le Ministre Conseiller Spécial du Président de la République et Directeur Général de l'Agence Nationale pour l'Organisat…

Le Ministre Conseiller Spécial du Président de la République et Directeur Général de l'Agence Nationale pour l'Organisation de la Conférence de l'Union Africaine, Niger 2019 : « Toutes les exigences pour le bon déroulement de la conférence sont ident

Monsieur le Directeur Général, en créant l'Agence que vous dirigez, quelles sont les missions que le gouvernement du Niger lui a assignées?Il faut tout d'abord rappeller que les Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine ont choisi le Niger pour abriter en 2019, la 33eSession de la Conférence des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine à Niamey.C'est non seulement un signe fort de la vitalité de notre diplomatie m...

Interview du président de la Commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, l'Honorable Hamma Assah : « La hau…

Interview du président de la Commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, l'Honorable Hamma Assah : « La hausse du budget défense et sécurité se justifie ... parce que justement, il n'y a pas de développement sans sécurité »

Honorable, vous êtes président de la commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, pouvez-vous brièvement dire à nos lecteurs quel est le rôle de cette Commission ?Merci au journal Sahel Dimanche pour cette opportunité qu'il nous offre pour parler de la Commission de la Défense et de la Sécurité. Disons d'entrée de jeu que, selon le règlement intérieur de l'Assemblée nationale en son article 30, la Commission de la Défense et...

M. Habou Boukari, Directeur National des Archives : "Les services des Archives sont les parents pauvres de l'Admini…

Monsieur le Directeur national, le Niger dispose depuis des décennies d'un service dénommé Archives Nationales, quelles sont concrètement les missions et attributions de cette structure qui constitue quand même la mémoire de notre pays ?Aux termes de l'article 10 de l'arrêté n° 260/PM/SGG du 17 Octobre 2011, la Direction des Archives Nationales est chargée de l'identification, de la collecte, du classement et de la conservation des docu...

L'ambassadeur des Etats-Unis au Niger, SE. Mme Eunice Sharron Reddick : "La présence des soldats américains relève …

Mme l'ambassadeur, vous voilà en fin de mission après avoir passé trois années en qualité d'ambassadeur des Etats Unis au Niger. Quels ont été les principaux axes de la coopération bilatérale sur lesquels votre pays a mis l'accent ces dernières années?Je tiens d'abord à remercier le journal « Sahel Dimanche » de me donner l'opportunité de m'adresser aux millions de nigériennes et nigériens à la fin de ma mission dans votre beau pays, le...

M. Ousmane Douka Soumaila, Directeur général de l'Office National des Examens et Concours du Supérieur (ONECS) : "L…

Le 6 Juillet dernier, vous avez été primé du prix HIKIMA, mis en place par le Haut Commissariat à la Modernisation de l'Etat, le ministère de la Renaissance Culturelle et le ministère de la Fonction Publique, suite à un concours pilote entre les trois ministères en charge de l'éducation. Il s'agit de l'Education Primaire, des Enseignements Secondaires et Supérieurs, et des Enseignements Professionnels et Techniques. Pouvez-vous, Monsieu...

Interview de Mme Elback Zeinabou Tari Bako, Ministre de la Promotion et de la Protection de l'Enfant : « Le forum des Pr…

Le Niger accueille depuis le 2 octobre dernier, le Forum des premières Dames de la CEDEAO. Cette rencontre de haut niveau traite de problématiques liées à la fistule obstétricale, à la protection de l'enfant et aux MGF. Dans cet entretien, la ministre de la Promotion de la femme et de la Protection, revient sur les objectifs de ce forum et surtout les résultats attendus à l'issue des assises. Pour Mme Elback Zeinabou Tari Bako, ce forum...

M. Alma Oumarou ministre, Conseiller Spécial du Président de la République : Plus de 4600 entreprises ont été créées au …

Monsieur le ministre, le Niger a de 2011 à aujourd'hui produit plusieurs réformes relatives à l'amélioration du climat des affaires : pouvez-vous nous faire l'état des lieux de ces réformes ?L'amélioration du climat des affaires et la création des conditions favorables au développement du secteur privé nigérien ont toujours été une préoccupation majeure du Président de la République. L'Etat, ne pouvant plus à lui tout seul assurer la cr...

M. Saidou Halidou, Directeur Général de la Décentralisation et des Collectivités Territoriales : «Les élus doivent créer…

Le 6 septembre dernier, s'est tenue à Niamey, la cérémonie de notification des actes de transfert de compétences et de ressources de l'Etat aux collectivités territoriales. Quelle est la signification d'une telle cérémonie pour les acteurs de la décentralisation ?La cérémonie intervenue le 6 septembre 2017 sous le Haut patronage de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, est l'aboutissement d'un long processus...

Monsieur Issa DJIBO, Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique : "Le Compte Unique s'inscrit dans …

Monsieur le Directeur Général, après quelque 8 mois passés à la tête de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique, pouvez-vous nous dire succinctement comment se porte cette importante institution ?Merci de me poser cette question qui permet de mieux apprécier la situation actuelle de la DGT/CP. Il importe, en effet, de rappeler qu'à notre prise de fonction, la situation de la DGT/CP se caractérisait par une lenteur...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Le paludisme : Des efforts soutenus dans la lutte …

Le paludisme est une maladie parasitaire qui constitue un problème de santé publique au Ni...

vendredi 27 octobre 2017

Interview de Dr. Hadiza Jackou, Coordinatrice du P…

Cette année encore, le paludisme fait beaucoup de victimes au Niger : quel est le nombre d...

vendredi 27 octobre 2017

Paludisme : Le choix de lutte

La lutte contre le paludisme a été entreprise, à l'échelle internationale, par l'Organisat...

vendredi 27 octobre 2017

L'air du temps

Baroud d'honneur dans l'Anzourou

Baroud d'honneur dans l'Anzourou

Il y a comme un vent de débâcle et de panique qui plane sur la tête des groupes armés qui ...

vendredi 17 novembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.