Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Mani Tanko, chef du Centre National de Lutte Anti Acridienne (CNLA) d'Agadez : "Le succès de la lutte contre le fléau acridien repose essentiellement sur la stratégie de prévention et la capacité de réaction rapide du CNLA''

M. Mani Tanko M. Mani Tanko

La région d'Agadez a cette particularité d'abriter dans sa partie septentrionale une zone grégarigène. Qu'est-ce qui explique cette spécificité d'Agadez ?
Par sa situation géographique, le Niger se trouve dans l'aire de rémission du criquet qui occupe tout le Sahara. Cette aire s'étend du Sahara Occidental à l'Inde, soit 29 pays concernés. A l'intérieur de cette vaste zone de rémission, existent des aires grégarigènes au sein desquelles ont lieu les formations des essaims et les départs des invasions. Le Niger abrite deux grandes aires de grégarisation du criquet pèlerin, à savoir l'Aïr et le Tamesna. En outre, le Niger aussi constitue le couloir de passage du criquet dans ces mouvements migratoires des zones de reproduction estivales du Sahel vers les zones de reproduction hiverno-printanière, et vice-versa. Cette situation expose notre pays à la menace acridienne qui peut venir de ces foyers de grégarisation de l'Aïr-Tamesna, mais aussi des régions voisines.

Quelles sont les principales zones grégarigènes dans la région d'Agadez ?
Les principales aires grégarigènes sont l'Aïr et le Tamesna. L'Aïr abrite plusieurs foyers de grégarisations autour du massif, le long des oueds et dans les zones d'épandage. En ce qui concerne le Tamesna, les foyers de grégarisation sont concentrés sur le long de la vallée fossile de l'Azawak et ses affluents, mais aussi dans les dépressions, cuvettes endoréiques et inter-dunaires.

Le Centre National de Lutte Anti acridienne a pour missions la prévention et la lutte anti-acridienne. Depuis que l'OCLALAVE a cessé d'exister, tous les efforts de vos services sont concentrés sur Agadez, les frontières algérienne et libyenne, etc. Comment se présente actuellement la situation sur le terrain ?
La stratégie de prévention repose essentiellement sur la surveillance régulière des foyers de grégarisation du criquet pèlerin. Car c'est seulement dans ces foyers qu'ont lieu la grégarisation, dont le départ de l'invasion. Si tous les pays arrivent à contrôler les foyers de grégarisation dans leurs zones respectives, il n'y aura jamais d'invasion.
C'est pour cette raison qu'ici au Niger, tous nos efforts sont concentrés dans la région d'Agadez. Car c'est là que se trouvent les aires grégarigènes de l'Aïr et du Tamesna qui renferment en leur sein plusieurs foyers de grégarisation bien connus des prospecteurs. Nous étendons également nos prospections tout le long des frontières des pays voisins abritant aussi des foyers de grégarisation, notamment l'Algérie et la Libye, en vue d'apprécier l'importance du flux migratoire du criquet entre les zones de reproduction hiverno-printanière du Maghreb et du Sahel.
Mais il nous arrive très souvent d'élargir les prospections dans la bande du Sahel des pâturages (Damergou, Tadress et sud Azaouak) qui ne renferme pas de foyers de grégarisation, mais qui est bien reconnue comme zone de reproduction du criquet par excellence en période estivale (Juin à Septembre).



Aujourd'hui, le Centre à un rôle important à jouer afin de permettre aux Nigériens d'atteindre les Objectifs du Millénaire en matière de Développement. Le Programme de Renaissance du Président de la République, SEM. Mahamadou Issoufou, à travers l'Initiative 3N, a des chances de réussite car les cultures sont à l'abri des ennemis de cultures. Est-ce que vos services sont assez outillés pour rassurer les autorités politiques et les populations?
Le succès de la lutte contre le fléau acridien repose essentiellement sur la stratégie de prévention et la capacité de réaction rapide du CNLA, notamment la Base Principale située à Agadez. Fort heureusement, un des atouts de la base d'Agadez est la maitrise de cette stratégie de prévention et de réaction rapide.
Une bonne connaissance du terrain, un réseau d'informateurs efficace, des moyens de communication et de navigation performants, une bonne maitrise de la technologie de gestion de l'information acridienne (imageries satellitaires et système de gestion de l'information acridienne par le SIG), ce sont là quelques atouts dont dispose le CNLA pour assurer une surveillance régulière et une alerte précoce de toutes manifestations de menace.
A cela s'ajoutent des équipements appropriés de lutte et un stock de produits pour assurer la lutte préventive ainsi que la réponse rapide à toute menace.
Avec l'aide des nouvelles technologies de gestion de l'information acridienne et les outils d'aide à la décision dont il dispose, le CNLA peut alerter à temps l'imminence d'une menace afin de permettre aux décideurs de prendre les mesures appropriées pour y faire face.
Le Centre d'Agadez est bien outillé pour suivre régulièrement l'évolution de la situation acridienne, permettant ainsi de détecter à temps les premiers signes précurseurs d'une menace acridienne. Il dispose en permanence d'un stock de produits de 15. 000 litres pour une réponse rapide.

Le centre anti-acridien intervient dans la région, particulièrement dans des zones d'insécurité. Le conflit au Mali n'entrave-t-il pas vos élans à mener vos missions sur le terrain ?
Comme vous le savez, la zone de rémission du criquet pèlerin, qui s'étend du Sahara occidental à la frontière indo-pakistanaise, en passant par le Mali, l'Algérie, la Lybie, le Darfour, la Somalie, etc., a de tout temps abrité des foyers de tension, et est en proie à une insécurité permanente, et c'est aussi une zone désertique très hostile et difficile d'accès. C'est dans ces conditions que les unités de lutte antiacridienne de ces pays, dont le Niger, sont appelées à traquer sans cesse les mouvements du criquet pèlerin et l'empêcher de former des essaims.
Dieu merci, ici au Niger, nous n'avons jamais interrompu les opérations de surveillance et de lutte préventive durant toutes ces périodes d'insécurité. Certes, la situation au nord Mali a fait monter d'un cran cette insécurité, mais n'a pas pour autant entamé notre détermination à mener à bien notre mission. Il faut seulement souligner qu'avec cette insécurité, nos missions sur le terrain demandent deux fois plus de moyens, et cela rend le dispositif plus lourd et plus difficile à manœuvrer, réduisant ainsi notre capacité d'intervention rapide.

Comment s'organise la lutte anti-acadienne en cas de menace ?
La base d'Agadez dispose de la première force de frappe avec un dispositif d'intervention rapide composé de 3 équipes de lutte, chacune dotée d'un appareil monté sur véhicule de Type ULVAMAST. Ce dispositif peut être appuyé d'une dizaine d'appareils motorisés à dos de type AU8000, et d'une vingtaine d'appareils ULV à piles, pour intervenir sur de petites infestations ou dans les sites de culture (jardins) inaccessibles par véhicule.
Ce dispositif peut être renforcé par des équipes de lutte venant de la Direction Générale du CNLA. Mais si la menace se précise, d'autres équipes de lutte de la Direction Générale de la Protection des Végétaux et des régions interviennent avec des moyens plus performants (AU8115). En cas de crise ou menace directe sur les cultures vivrières, les avions de la Direction Générale de la Protection des Végétaux interviennent.
Il faut aussi noter qu'une fois la crise déclarée, un comité de gestion de crises est aussitôt mis en place afin de mobiliser à temps les moyens nécessaires pour y faire face.

Chaque institution de l'Etat a des partenaires nationaux ou extérieurs. Pouvez-vous nous citer quelques uns qui apportent leurs appuis à vos services?
La lutte contre le criquet pèlerin n'est pas l'affaire d'un seul pays. Tous les pays concernés doivent apporter leurs contributions, ne serait-ce que par les échanges d'informations. Des pays amis comme l'Algérie, le Maroc et d'autres pays avec lesquels nous avons signé une convention d'assistance, interviennent par des dons en produits phytosanitaires ou même l'envoi d'équipes spécialisées de lutte pour nous appuyer. Mais il faut surtout une bonne coordination des efforts. L'un des partenaires privilégiés est la FAO qui assure ce rôle de coordination. L'institution nous aide dans le renforcement des capacités, la mobilisation des moyens, l'harmonisation des actions pour mener efficacement la stratégie de lutte.
Sans être exhaustif, plusieurs bailleurs de fonds et partenaires du Niger comme l'UE, la France, la Banque Mondiale, l'UEMOA, etc., interviennent à chaque fois que cela s'avère nécessaire.

Toutes les bases du CNLA ne sont pas opérationnelles dans la région. Qu'en est-il exactement ?
Le CNLA dispose d'une seule base opérationnelle, celle d'Agadez. La base secondaire d'In Abangharit, située dans le Tamesna, n'est pas encore opérationnelle depuis les évènements de la rébellion. Il est prévu sa réhabilitation ainsi que la création, dans la région, de 3 points d'appui dans l'Aïr, notamment à Arlit, Iférouane et Tabelot.
Vos perspectives pour la région ?
Pour renforcer sa capacité de prévention, d'alerte précoce et d'intervention rapide, le CNLA compte renforcer ses capacités. Au niveau du parc-autos, nous comptons doter les équipes de véhicules appropriés pour les différentes opérations (prospections, luttes, transports de produits et assistance technique aux équipes) dans les zones désertiques hostiles; renforcer les moyens de communication, notamment les radios E/R pour équiper les véhicules de prospection, la base principale et éventuellement les points d'appui ; renforcer les moyens de transmission, notamment les nouvelles technologies de collecte et de transmission des données, ainsi que le système d'information Géographique pour faciliter les traitements des données. Il faut également renforcer les formations des prospecteurs pour améliorer la qualité des données collectées, des traitements et de l'analyse de la situation acridienne. De même, il faut renforcer le réseau d'informateurs par des formations, la sensibilisation des élus locaux et autres intervenants dans les aires grégarigènes. En matière d'infrastructures, la base secondaire d'In Abangharit dans le Tamesna doit être réhabilitée et les zones grégarigènes de l'Aïr doivent être dotées de points d'appui à Arlit, Iférouane et Tabelot, afin d'améliorer et de faciliter la gestion logistique.

Abdoulaye Harouna(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement P…

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement Primaire : «Le défi, c'est celui de la généralisation. On ne va pas indéfiniment se cantonner à des expérimentations»

Docteur, à l'instar de la communauté internationale, le Niger a célébré le mardi 21 février dernier, la journée internationale de la langue maternelle. Quelle signification revêt pour vous un tel événement ?Merci de nous inviter dans votre journal pour parler de cette question cruciale et primordiale pour le développement d'un pays, car la question des langues touche à l'éducation et l'éducation est la base de tout développement. Dans c...

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement…

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU): ''Nous avons estimé qu'il était utile de présenter les résultats auxquels nous sommes parvenus à l'ensemble des

Vous avez organisé hier, dans les locaux de l'Académie des Arts Martiaux, une journée portes ouvertes sur les activités du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU). Quels sont les objectifs que vous avez assignés à cette journée ?Nous sommes très satisfaits de l'organisation de cette journée parce que la participation a été très au-delà de ce à quoi nous nous sommes attendus. En réalité, au nive...

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decro…

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decroly répond parfaitement à la prise de conscience des parents quant à leur implication dans la gestion et le fonctionnement de l'éco

Madame la directrice, les écoles Decroly représentent une nouvelle conception de l'école publique. Pouvez-vous nous présenter le Complexe Scolaire Communautaire Decroly que vous dirigez et nous faire la genèse de sa création ?Tout récemment, en début de ce mois de décembre, notre école a reçu la visite de la Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou. Et ce fut pour nous une occasion idéale de faire découvrir aux uns et aux autres l'école De...

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo …

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : ''La critique d'art permet d'aller vers le fond de l'excellence, de ne pas se satisfaire de petites choses, ni aussi d

La filière ASLAC du Département des Lettres, Arts et Communication de l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey a organisé, du 25 au 31 janvier 2017, une formation sur le module Critique d'Art. Quel était l'objectif que vous visiez à travers une telle initiative?Je crois qu'on peut dire qu'il n'y a pas un seul objectif, il y en a plusieurs. Tout d'abord, le premier, c'est le besoin de faire grandir l'art, la communauté artistique, no...

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité mac…

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité macroéconomique et à atteindre les objectifs de développement définis dans le Document d'Orientations Economiques pour la période 201

Monsieur Ntamatungiro Joseph, vous êtes au Niger depuis un an et demi en qualité de Représentant Résident du Fonds Monétaire International. Comment appréciez-vous les relations entre le FMI et le Niger ?Les relations entre le FMI et le Niger sont excellentes. Comme vous le savez, le Niger est membre du FMI depuis le 24 avril 1963. A ce titre, il bénéficie des services offerts par le FMI. En l'occurrence, le FMI accompagne le Niger dans ...

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule so…

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule solution qui s'offre à nous est la diversification des économies nationales ; solution unique pour résister au mieux aux chocs exogè

Monsieur le Secrétaire Exécutif, comment se porte aujourd'hui le marché international du pétrole ?Nous pouvons dire que le marché international du pétrole se porte de mieux en mieux. Il est en convalescence parce qu'il sort d'une longue période de baisse drastique qui a trop fait souffrir les économies des pays producteurs. Rappelons qu'en 2013, le baril de pétrole était coté à 140 dollars US, puis à 115 dollars US en juin 2014, légèrem...

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplem…

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplement vérifier les effets nocifs de certains produits contre l'asthme qui étaient déjà sur le marché »

Dr Raphiou, vous avez en compagnie d'autres chercheurs, mené deux études concernant les effets d'un produit pharmaceutique pour le traitement de l'asthme. Quel était l'objectif visé à travers ces deux études ?Je vous remercie pour cette opportunité que vous m'offrez de parler de la recherche. Je vous précise de prime abord que je suis nigérien et que j'étais au Lycée Issa Korombé de Niamey avant de poursuivre mes études aux Etats Unis e...

Invité : M. Mohamed Bazoum, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, d…

Invité : M. Mohamed Bazoum, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, des Affaires Coutumières et Religieuses, président du comité interministériel de négociation avec tous les syndicats du Niger : « L

Monsieur le ministre d'Etat, nous assistons ces derniers temps à une certaine agitation du fait de la société civile et de l'opposition. L'opposition d'abord, dans sa déclaration du 17 décembre 2016 a demandé au Président de la République de démissionner. Puis, la société civile qui a organisé, le 21 décembre 2016, une marche suivie de meeting au cours duquel elle accuse le gouvernement de dévoyer la démocratie au Niger. Quel commentair...

Interview de M. Inoussa Moustapha, ambassadeur de la République du Niger en Chine : '' Il est de notoriété publique que …

Interview de M. Inoussa Moustapha, ambassadeur de la République du Niger en Chine : '' Il est de notoriété publique que les Nigériens sont respectueux des us et coutumes de leurs pays d'accueil, et très rarement on les voit impliqués dans des problèm

M. l'ambassadeur, vous représentez l'Etat du Niger dans un vaste pays comme la Chine. Quelle appréciation faites-vous de la coopération sino nigérienne?Tout d'abord je voudrai remercier les autorités de notre pays pour la confiance placée en ma modeste personne pour diriger notre mission diplomatique en République Populaire de Chine. Je remercie également l'ONEP pour l'opportunité que vous m'offrez afin de m'exprimer dans les colonnes d...

Interview du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum : ''La lutte traditionnelle a atteint au Niger un …

Interview du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum : ''La lutte traditionnelle a atteint au Niger un stade de maturité pouvant lui garantir sa promotion et son développement.''

Monsieur le ministre, la 38ème édition du Sabre National débutera dimanche prochain dans l'arène Hamidine Maïdaré de Tahoua. Quelles sont les impressions qui vous animent à la veille de la tenue de ce grand événement ?Je suis animé par un sentiment de grande joie à la veille de ce grand événement, car pour la 38ème fois, l'ensemble des Nigériens se retrouveront dans la communion des cœurs et des esprits pour célébrer le Sabre National q...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Pari gagné !

lundi 9 janvier 2017

Editorial : Pari gagné !

Audiences

Dossier

Utilisation du gaz domestique : L'entretien des bo…

Utilisation du gaz domestique : L'entretien des bouteilles et la sécurité des équipements

Depuis que le Niger est devenu pays producteur et exportateur de pétrole, les populations ...

jeudi 23 février 2017

Proprété des bouteilles : à qui la faute ?

Proprété des bouteilles : à qui la faute ?

Le Niger a initié, depuis les années 90, un programme national de l'énergie domestique, po...

jeudi 23 février 2017

Des utilisateurs témoignent

Des utilisateurs témoignent

Mme Aïssa ZakariJ'utilise les bouteilles de gaz depuis plusieurs années. Je possède en réa...

jeudi 23 février 2017

L'air du temps

Assainir l'école

Assainir l'école

L'actualité de ces dernières semaines est en train de se cristalliser autour de l'école ni...

jeudi 23 février 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.