Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Mani Tanko, chef du Centre National de Lutte Anti Acridienne (CNLA) d'Agadez : "Le succès de la lutte contre le fléau acridien repose essentiellement sur la stratégie de prévention et la capacité de réaction rapide du CNLA''

M. Mani Tanko M. Mani Tanko

La région d'Agadez a cette particularité d'abriter dans sa partie septentrionale une zone grégarigène. Qu'est-ce qui explique cette spécificité d'Agadez ?
Par sa situation géographique, le Niger se trouve dans l'aire de rémission du criquet qui occupe tout le Sahara. Cette aire s'étend du Sahara Occidental à l'Inde, soit 29 pays concernés. A l'intérieur de cette vaste zone de rémission, existent des aires grégarigènes au sein desquelles ont lieu les formations des essaims et les départs des invasions. Le Niger abrite deux grandes aires de grégarisation du criquet pèlerin, à savoir l'Aïr et le Tamesna. En outre, le Niger aussi constitue le couloir de passage du criquet dans ces mouvements migratoires des zones de reproduction estivales du Sahel vers les zones de reproduction hiverno-printanière, et vice-versa. Cette situation expose notre pays à la menace acridienne qui peut venir de ces foyers de grégarisation de l'Aïr-Tamesna, mais aussi des régions voisines.

Quelles sont les principales zones grégarigènes dans la région d'Agadez ?
Les principales aires grégarigènes sont l'Aïr et le Tamesna. L'Aïr abrite plusieurs foyers de grégarisations autour du massif, le long des oueds et dans les zones d'épandage. En ce qui concerne le Tamesna, les foyers de grégarisation sont concentrés sur le long de la vallée fossile de l'Azawak et ses affluents, mais aussi dans les dépressions, cuvettes endoréiques et inter-dunaires.

Le Centre National de Lutte Anti acridienne a pour missions la prévention et la lutte anti-acridienne. Depuis que l'OCLALAVE a cessé d'exister, tous les efforts de vos services sont concentrés sur Agadez, les frontières algérienne et libyenne, etc. Comment se présente actuellement la situation sur le terrain ?
La stratégie de prévention repose essentiellement sur la surveillance régulière des foyers de grégarisation du criquet pèlerin. Car c'est seulement dans ces foyers qu'ont lieu la grégarisation, dont le départ de l'invasion. Si tous les pays arrivent à contrôler les foyers de grégarisation dans leurs zones respectives, il n'y aura jamais d'invasion.
C'est pour cette raison qu'ici au Niger, tous nos efforts sont concentrés dans la région d'Agadez. Car c'est là que se trouvent les aires grégarigènes de l'Aïr et du Tamesna qui renferment en leur sein plusieurs foyers de grégarisation bien connus des prospecteurs. Nous étendons également nos prospections tout le long des frontières des pays voisins abritant aussi des foyers de grégarisation, notamment l'Algérie et la Libye, en vue d'apprécier l'importance du flux migratoire du criquet entre les zones de reproduction hiverno-printanière du Maghreb et du Sahel.
Mais il nous arrive très souvent d'élargir les prospections dans la bande du Sahel des pâturages (Damergou, Tadress et sud Azaouak) qui ne renferme pas de foyers de grégarisation, mais qui est bien reconnue comme zone de reproduction du criquet par excellence en période estivale (Juin à Septembre).



Aujourd'hui, le Centre à un rôle important à jouer afin de permettre aux Nigériens d'atteindre les Objectifs du Millénaire en matière de Développement. Le Programme de Renaissance du Président de la République, SEM. Mahamadou Issoufou, à travers l'Initiative 3N, a des chances de réussite car les cultures sont à l'abri des ennemis de cultures. Est-ce que vos services sont assez outillés pour rassurer les autorités politiques et les populations?
Le succès de la lutte contre le fléau acridien repose essentiellement sur la stratégie de prévention et la capacité de réaction rapide du CNLA, notamment la Base Principale située à Agadez. Fort heureusement, un des atouts de la base d'Agadez est la maitrise de cette stratégie de prévention et de réaction rapide.
Une bonne connaissance du terrain, un réseau d'informateurs efficace, des moyens de communication et de navigation performants, une bonne maitrise de la technologie de gestion de l'information acridienne (imageries satellitaires et système de gestion de l'information acridienne par le SIG), ce sont là quelques atouts dont dispose le CNLA pour assurer une surveillance régulière et une alerte précoce de toutes manifestations de menace.
A cela s'ajoutent des équipements appropriés de lutte et un stock de produits pour assurer la lutte préventive ainsi que la réponse rapide à toute menace.
Avec l'aide des nouvelles technologies de gestion de l'information acridienne et les outils d'aide à la décision dont il dispose, le CNLA peut alerter à temps l'imminence d'une menace afin de permettre aux décideurs de prendre les mesures appropriées pour y faire face.
Le Centre d'Agadez est bien outillé pour suivre régulièrement l'évolution de la situation acridienne, permettant ainsi de détecter à temps les premiers signes précurseurs d'une menace acridienne. Il dispose en permanence d'un stock de produits de 15. 000 litres pour une réponse rapide.

Le centre anti-acridien intervient dans la région, particulièrement dans des zones d'insécurité. Le conflit au Mali n'entrave-t-il pas vos élans à mener vos missions sur le terrain ?
Comme vous le savez, la zone de rémission du criquet pèlerin, qui s'étend du Sahara occidental à la frontière indo-pakistanaise, en passant par le Mali, l'Algérie, la Lybie, le Darfour, la Somalie, etc., a de tout temps abrité des foyers de tension, et est en proie à une insécurité permanente, et c'est aussi une zone désertique très hostile et difficile d'accès. C'est dans ces conditions que les unités de lutte antiacridienne de ces pays, dont le Niger, sont appelées à traquer sans cesse les mouvements du criquet pèlerin et l'empêcher de former des essaims.
Dieu merci, ici au Niger, nous n'avons jamais interrompu les opérations de surveillance et de lutte préventive durant toutes ces périodes d'insécurité. Certes, la situation au nord Mali a fait monter d'un cran cette insécurité, mais n'a pas pour autant entamé notre détermination à mener à bien notre mission. Il faut seulement souligner qu'avec cette insécurité, nos missions sur le terrain demandent deux fois plus de moyens, et cela rend le dispositif plus lourd et plus difficile à manœuvrer, réduisant ainsi notre capacité d'intervention rapide.

Comment s'organise la lutte anti-acadienne en cas de menace ?
La base d'Agadez dispose de la première force de frappe avec un dispositif d'intervention rapide composé de 3 équipes de lutte, chacune dotée d'un appareil monté sur véhicule de Type ULVAMAST. Ce dispositif peut être appuyé d'une dizaine d'appareils motorisés à dos de type AU8000, et d'une vingtaine d'appareils ULV à piles, pour intervenir sur de petites infestations ou dans les sites de culture (jardins) inaccessibles par véhicule.
Ce dispositif peut être renforcé par des équipes de lutte venant de la Direction Générale du CNLA. Mais si la menace se précise, d'autres équipes de lutte de la Direction Générale de la Protection des Végétaux et des régions interviennent avec des moyens plus performants (AU8115). En cas de crise ou menace directe sur les cultures vivrières, les avions de la Direction Générale de la Protection des Végétaux interviennent.
Il faut aussi noter qu'une fois la crise déclarée, un comité de gestion de crises est aussitôt mis en place afin de mobiliser à temps les moyens nécessaires pour y faire face.

Chaque institution de l'Etat a des partenaires nationaux ou extérieurs. Pouvez-vous nous citer quelques uns qui apportent leurs appuis à vos services?
La lutte contre le criquet pèlerin n'est pas l'affaire d'un seul pays. Tous les pays concernés doivent apporter leurs contributions, ne serait-ce que par les échanges d'informations. Des pays amis comme l'Algérie, le Maroc et d'autres pays avec lesquels nous avons signé une convention d'assistance, interviennent par des dons en produits phytosanitaires ou même l'envoi d'équipes spécialisées de lutte pour nous appuyer. Mais il faut surtout une bonne coordination des efforts. L'un des partenaires privilégiés est la FAO qui assure ce rôle de coordination. L'institution nous aide dans le renforcement des capacités, la mobilisation des moyens, l'harmonisation des actions pour mener efficacement la stratégie de lutte.
Sans être exhaustif, plusieurs bailleurs de fonds et partenaires du Niger comme l'UE, la France, la Banque Mondiale, l'UEMOA, etc., interviennent à chaque fois que cela s'avère nécessaire.

Toutes les bases du CNLA ne sont pas opérationnelles dans la région. Qu'en est-il exactement ?
Le CNLA dispose d'une seule base opérationnelle, celle d'Agadez. La base secondaire d'In Abangharit, située dans le Tamesna, n'est pas encore opérationnelle depuis les évènements de la rébellion. Il est prévu sa réhabilitation ainsi que la création, dans la région, de 3 points d'appui dans l'Aïr, notamment à Arlit, Iférouane et Tabelot.
Vos perspectives pour la région ?
Pour renforcer sa capacité de prévention, d'alerte précoce et d'intervention rapide, le CNLA compte renforcer ses capacités. Au niveau du parc-autos, nous comptons doter les équipes de véhicules appropriés pour les différentes opérations (prospections, luttes, transports de produits et assistance technique aux équipes) dans les zones désertiques hostiles; renforcer les moyens de communication, notamment les radios E/R pour équiper les véhicules de prospection, la base principale et éventuellement les points d'appui ; renforcer les moyens de transmission, notamment les nouvelles technologies de collecte et de transmission des données, ainsi que le système d'information Géographique pour faciliter les traitements des données. Il faut également renforcer les formations des prospecteurs pour améliorer la qualité des données collectées, des traitements et de l'analyse de la situation acridienne. De même, il faut renforcer le réseau d'informateurs par des formations, la sensibilisation des élus locaux et autres intervenants dans les aires grégarigènes. En matière d'infrastructures, la base secondaire d'In Abangharit dans le Tamesna doit être réhabilitée et les zones grégarigènes de l'Aïr doivent être dotées de points d'appui à Arlit, Iférouane et Tabelot, afin d'améliorer et de faciliter la gestion logistique.

Abdoulaye Harouna(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Mme la Directrice générale, le Niger en tant que pays membre de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), est engagé ces dernières années dans un processus de reformes dans la gestion des finances publiques, pouvez-vous nous faire le point de ces différentes reformes ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du processus de reformes dans la gestion des finances publiques au Niger. En effet, depuis la transposi...

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patri…

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patrimoine culturel contribue à promouvoir le respect de la diversité culturelle et de créativité»

Dans le cadre de l'application de la convention de l'UNESCO sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI) que notre pays a ratifiée en 2003, entrée en vigueur en 2006, des progrès significatifs sont en train d'être enregistrés suite à l'effort inlassable que mène le ministère en charge de la renaissance culturelle dans son programme de relance ou de mise en œuvre. De retour d'un séminaire organisé en Chine dans le domaine du...

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision…

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision Terrestre Numérique, si tout va bien, les émissions pourront commencer courant décembre 2017 sur l'ensemble du pays »

Monsieur le ministre, votre institution a signé une convention lors du ''Sommet Transform Africa 2017''tenu le 11 mai dernier à Kigali, au Rwanda et qui a enregistré la présence de plusieurs chefs d'Etat, dont SE M. Issoufou Mahamadou. Pouvez- vous nous donnez d'amples explications au sujet de cette convention ?Il s'agit d'un mémorandum d'entente de coopération qui fixe les principes et les conditions d'une coopération économique et tec...

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou d…

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou de carême, nous déterminons ensemble avec les commerçants les prix de certains produits par consensus »

Monsieur le ministre, vous avez sillonné la semaine dernière certains marchés et supermarchés de Niamey. Cette semaine, vous avez également rencontré aussi bien les opérateurs économiques que les responsables des Organisations syndicales et des Associations de Défense des Consommateurs. Peut – on avoir les raisons de toutes ces visites en peu de temps dans ces différents circuits de commercialisation des produits ?Avant de répondre à vo...

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la fem…

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Les femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La s...

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une …

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une logique de développement durable»

Monsieur le gouverneur, depuis 2011, le ''Programme de la Renaissance'' est mis en œuvre dans toutes les régions du Niger. Quelles sont ses réalisations dans la région d'Agadez et quel commentaire cela suscite-t-il en vous?Il faut noter que la région a abrité la fête tournante du18 décembre ''Agadez SOKNI 2016''. A travers cet évènement, un certain nombre d'indicateurs font aujourd'hui qu'Agadez s'est définitivement tourné vers le progr...

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie d…

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie de l'AMP-UEMOA''

M. le Médiateur, vous avez organisé, cette semaine au Parc du W, la réunion de l'Association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. Pouvez-vous nous donner la substance des échanges que vous avez eus avec vos collègues de l'UEMOA ?Je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez pour parler des activités de notre association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. C'est vrai que cette semaine nous avions accueilli nos co...

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril …

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril nous permet de rappeler la rébellion, de parler de l'unité nationale, d'un Niger dans lequel tous ses enfants se sentent solidaire

Créée en 1995 pour suivre la mise en œuvre des accords de paix de 1995 et des autres protocoles additionnels à ces accords intervenus en 1998, la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP), qui est rattachée à la Présidence de la République, est chargée entre autres de l'analyse prospectrice, de la prévention et de la gestion des crises et des conflits. Dans cette interview réalisée à moins d'une semaine de la célébration de la...

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus diffi…

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus difficile est derrière nous, et qu'il reste à consolider et à pérenniser la paix''.

Monsieur le gouverneur, quelles sont les réalisations effectuées dans les différents secteurs de la vie socio-économique de la Région de Diffa?Malgré la situation sécuritaire difficile qui constitue une entrave à toutes les activités dans la région de Diffa, la mise en œuvre du Programme de la Renaissance acte II se fait de façon assez bonne, comparativement aux autres régions. Ainsi, on peut retenir, dans les secteurs prioritaires, les...

Mme Ousseini Hadizatou Yacouba, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) pour l'Afrique de l'Oues…

Mme Ousseini Hadizatou Yacouba, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre : «Depuis sa création en 1907, l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) ne cesse de lutter pour les droits des

Madame, vous avez été élue, le 26 février dernier à Cartagena des Indes, en Colombie, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre. Pouvez-vous nous dire les conditions dans lesquelles se sont déroulées ces élections et quels pays le Niger avait comme challengers?Je vous remercie pour cette opportunité que vous me donnez de vous parler de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) et...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Artisanat à Agadez : Le savoir-faire traditionnel …

Artisanat à Agadez : Le savoir-faire traditionnel des femmes

Agadez est connu partout au Niger et ailleurs dans le monde pour son artisanat. Dans ce se...

vendredi 16 juin 2017

Mme Inani Amado Mamoudou, présidente communale des…

Mme Inani Amado Mamoudou, présidente communale des femmes artisanes d'Agadez : Les produits artisanaux de la région ont acquis une notoriété aux plans national et international

La présidente communale des femmes artisanes d'Agadez, Mme Inani Amado Mamoudou fait parti...

vendredi 16 juin 2017

Le travail des enfants à Niamey : Entre débrouilla…

Le travail des enfants à Niamey : Entre débrouillardise et exploitation

Le phénomène ne semble nullement choqué et pourtant le travail des enfants prend de l'ampl...

vendredi 9 juin 2017

L'air du temps

Il a plu des cordes sur Niamey

Il a plu des cordes sur Niamey

Après les pluies torrentielles qui se sont abattues sur la ville de Niamey dans la nuit de...

vendredi 16 juin 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.