Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Idrissa Issoufou, Maire de Dosso : «La population doit s'approprier les acquis du 18 décembre 2014, et opérer un changement de mentalité afin de relever le défi de l'incivisme fiscal

M. Idrissa Issoufou M. Idrissa Issoufou

Après des études supérieures à l'étranger, M. Idrissa Issoufou s'est installé dans sa ville natale Dosso où, il a réalisé beaucoup d'actions avant même d'être élu maire. Et c'est sans démagogie qu'il dira, « qu'il a toujours été maire avant même d'être maire élu de la commune ». A la faveur de la fête tournante du 18 décembre, la commune de Dosso a bénéficié de nombreux investissements. M. Idrissa Issoufou a, au cours d'un entretien accordé à Sahel Dimanche, invité les populations de la cité des Djermakoyes à s'approprier les acquis de la fête tournante du 18 décembre.
M. le maire pouvez-vous nous présenter la commune urbaine de Dosso ?
La commune urbaine de Dosso, chef-lieu de la région, chef-lieu du département est située à 140 km de la capitale Niamey. Elle est composée essentiellement de Djermas, de haoussas, de touaregs ainsi que des expatriés. Sa population selon le recensement de 2010 est estimée à 99.000 habitants. La commune de Dosso est surtout connue par sa position de carrefour. Les activités principales menées par les populations de la commune de Dosso sont l'agriculture et l'élevage ainsi que le commerce qui prend de l'ampleur.

Dosso a abrité la fête tournante du 18 décembre 2014 sous l'appellation de Dosso Sogha. Comment se présente à l'heure actuelle la situation des infrastructures ?
De façon générale ça va dans l'ensemble. Néanmoins, il y a des infrastructures qui ne sont pas achevées et on attend leur réalisation définitive. Mais toujours est-il que ces travaux ont contribué de façon significative à donner une très bonne image à notre commune. Certes, toute œuvre humaine n'est jamais parfaite, il y a encore des travaux qui sont là et qui traînent. Par rapport à l'entretien et à la gestion de ces infrastructures comme je l'ai toujours dit, c'est un important investissement qui a été réalisé dans la commune de Dosso. Cela suppose automatiquement la question d'entretien.
Imaginer un investissement à hauteur de 40 milliards uniquement des travaux d'infrastructures, de voirie. Donc la question d'entretien doit prendre une place prépondérante parce qu'il ne suffit pas de réaliser, mais il faut aussi entretenir afin que ces infrastructures durent aussi longtemps que possible.


Au niveau de la commune de Dosso certes nous avons tout un projet d'entretien. Bien que nos capacités soient limitées, la commune de Dosso fait de son mieux ne serait-ce qu'au niveau de la voirie pour entretenir les voies qui sont nouvellement construites en pavé ou en goudron. Au niveau de certains sites également, la commune fait de son mieux. Mais, comme je l'ai dit plus haut, cela demande beaucoup de moyens financiers. Je saisi donc l'occasion pour demander à l'état de venir encore en appui à la commune pour que tous les investissements réalisés puissent être entretenus dans le temps afin que les générations futures en profitent.

La finition des travaux des caniveaux traîne toujours. Est-ce à cause d'un problème financier ou bien c'est juste un simple abandon ?
Je crois que là, c'est un problème financier qui se pose. Pour l'instant, aucun contrat n'a été résilié contrairement à ce qui se dit en ville. Donc à mon avis, c'est un problème financier lié à la capacité des entreprises auxquelles on a confié les travaux. C'est-à-dire que ces entreprises n'ont pas la capacité financière pour achever ces travaux. Je pense qu'ils attendent un décompte de la part de l'Etat.

M. le maire, Parlez-nous de l'incivisme fiscal au niveau de la commune. La situation s'est-elle améliorée ?
L'incivisme est un problème qui est commun à toutes les communes du Niger parce que ce sont les mentalités qui ne répondent pas. L'incivisme est là, on vit avec ; les populations ne paient pas leurs taxes, ni leurs impôts. C'est un problème sérieux. C'est une réalité qui est là ; chaque fois on essaie de faire des actions de sensibilisation pour que les gens changent de mentalité. Dans cette condition, on ne peut pas parler de développement. Un pays ne peut se développer sans la participation des communautés. Les partenaires qui veulent aider sont aussi exigeants ; ils demandent la contribution minime soit- elle, de la commune.

Le port sec et le chemin de fer figurent parmi les grands chantiers du programme de la renaissance. Quels avantages les populations de la commune peuvent-elles tirer de ces réalisations ?
Les avantages sont multiples et variés. Pour la commune de Dosso, ça va être l'émergence d'une économie très forte sur l'échiquier national avec tout ce qui se dessine comme trafics de marchandises, et de personnes. Donc, cela va développer le tourisme et surtout le commerce. De l'autre côté, le plus important, est que cela va permettre aux jeunes de créer des activités génératrices de revenus et de réduire ainsi le chômage. Donc sur le plan économique, social et culturel, le port sec a un impact très significatif et qui va donner à la ville de Dosso des opportunités immenses pour que cette commune puisse émerger et se développer et peut-être constituer le premier pool économique du pays. Je crois que le port sec et le chemin de fer constituent des projets sur lesquels la région de Dosso fonde beaucoup d'espoir pour relancer notre économie particulièrement dans la ville de Dosso.

Dans quelques mois, le conseil municipal sera en fin de mandat. Etes-vous satisfait du travail accompli par le Conseil municipal ?
Je suis très satisfait. S'il y a une commune qui est satisfaite, c'est la commune de Dosso. Je ne parle pas avec démagogie, je parle sur la base de faits concrets. Il suffit de faire un tour dans la ville pour se rendre compte qu'il y a eu beaucoup de changements. Les conditions et le cadre de vie des populations se sont améliorés de façon significative. Je crois que le bilan est hautement positif. C'est le résultat qui compte. La commune de Dosso a connu un changement très significatif, positif.

Quelles sont vos ambitions pour la commune de Dosso ?

Je n'ai connu que ma commune après mes études supérieures à l'étranger. Je me suis installé chez moi à Dosso. J'ai fait beaucoup d'actions avant même d'être maire. Je l'ai toujours dit, j'ai toujours été maire avant d'être maire. Pour moi, être maire, c'est travailler pour sa commune ; et je vais continuer à travailler pour ma commune Dosso surtout qu'il y a beaucoup de choses que j'ai appris maintenant.

Avez-vous un appel à lancer à la population de Dosso ?
C'est de dire que la population doit s'approprier les acquis du 18 décembre 2014, et opérer un changement de mentalité afin de relever le défi de l'incivisme fiscal.

Propos recueillis par Mahamane Amadou /ONEP Dosso
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement P…

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement Primaire : «Le défi, c'est celui de la généralisation. On ne va pas indéfiniment se cantonner à des expérimentations»

Docteur, à l'instar de la communauté internationale, le Niger a célébré le mardi 21 février dernier, la journée internationale de la langue maternelle. Quelle signification revêt pour vous un tel événement ?Merci de nous inviter dans votre journal pour parler de cette question cruciale et primordiale pour le développement d'un pays, car la question des langues touche à l'éducation et l'éducation est la base de tout développement. Dans c...

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement…

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU): ''Nous avons estimé qu'il était utile de présenter les résultats auxquels nous sommes parvenus à l'ensemble des

Vous avez organisé hier, dans les locaux de l'Académie des Arts Martiaux, une journée portes ouvertes sur les activités du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU). Quels sont les objectifs que vous avez assignés à cette journée ?Nous sommes très satisfaits de l'organisation de cette journée parce que la participation a été très au-delà de ce à quoi nous nous sommes attendus. En réalité, au nive...

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decro…

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decroly répond parfaitement à la prise de conscience des parents quant à leur implication dans la gestion et le fonctionnement de l'éco

Madame la directrice, les écoles Decroly représentent une nouvelle conception de l'école publique. Pouvez-vous nous présenter le Complexe Scolaire Communautaire Decroly que vous dirigez et nous faire la genèse de sa création ?Tout récemment, en début de ce mois de décembre, notre école a reçu la visite de la Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou. Et ce fut pour nous une occasion idéale de faire découvrir aux uns et aux autres l'école De...

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo …

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : ''La critique d'art permet d'aller vers le fond de l'excellence, de ne pas se satisfaire de petites choses, ni aussi d

La filière ASLAC du Département des Lettres, Arts et Communication de l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey a organisé, du 25 au 31 janvier 2017, une formation sur le module Critique d'Art. Quel était l'objectif que vous visiez à travers une telle initiative?Je crois qu'on peut dire qu'il n'y a pas un seul objectif, il y en a plusieurs. Tout d'abord, le premier, c'est le besoin de faire grandir l'art, la communauté artistique, no...

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité mac…

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité macroéconomique et à atteindre les objectifs de développement définis dans le Document d'Orientations Economiques pour la période 201

Monsieur Ntamatungiro Joseph, vous êtes au Niger depuis un an et demi en qualité de Représentant Résident du Fonds Monétaire International. Comment appréciez-vous les relations entre le FMI et le Niger ?Les relations entre le FMI et le Niger sont excellentes. Comme vous le savez, le Niger est membre du FMI depuis le 24 avril 1963. A ce titre, il bénéficie des services offerts par le FMI. En l'occurrence, le FMI accompagne le Niger dans ...

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule so…

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule solution qui s'offre à nous est la diversification des économies nationales ; solution unique pour résister au mieux aux chocs exogè

Monsieur le Secrétaire Exécutif, comment se porte aujourd'hui le marché international du pétrole ?Nous pouvons dire que le marché international du pétrole se porte de mieux en mieux. Il est en convalescence parce qu'il sort d'une longue période de baisse drastique qui a trop fait souffrir les économies des pays producteurs. Rappelons qu'en 2013, le baril de pétrole était coté à 140 dollars US, puis à 115 dollars US en juin 2014, légèrem...

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplem…

Interview du Dr Ibrahim Raphiou, Chercheur nigérien vivant aux USA : « On a conduit cette grande étude pour tout simplement vérifier les effets nocifs de certains produits contre l'asthme qui étaient déjà sur le marché »

Dr Raphiou, vous avez en compagnie d'autres chercheurs, mené deux études concernant les effets d'un produit pharmaceutique pour le traitement de l'asthme. Quel était l'objectif visé à travers ces deux études ?Je vous remercie pour cette opportunité que vous m'offrez de parler de la recherche. Je vous précise de prime abord que je suis nigérien et que j'étais au Lycée Issa Korombé de Niamey avant de poursuivre mes études aux Etats Unis e...

Invité : M. Mohamed Bazoum, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, d…

Invité : M. Mohamed Bazoum, ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, des Affaires Coutumières et Religieuses, président du comité interministériel de négociation avec tous les syndicats du Niger : « L

Monsieur le ministre d'Etat, nous assistons ces derniers temps à une certaine agitation du fait de la société civile et de l'opposition. L'opposition d'abord, dans sa déclaration du 17 décembre 2016 a demandé au Président de la République de démissionner. Puis, la société civile qui a organisé, le 21 décembre 2016, une marche suivie de meeting au cours duquel elle accuse le gouvernement de dévoyer la démocratie au Niger. Quel commentair...

Interview de M. Inoussa Moustapha, ambassadeur de la République du Niger en Chine : '' Il est de notoriété publique que …

Interview de M. Inoussa Moustapha, ambassadeur de la République du Niger en Chine : '' Il est de notoriété publique que les Nigériens sont respectueux des us et coutumes de leurs pays d'accueil, et très rarement on les voit impliqués dans des problèm

M. l'ambassadeur, vous représentez l'Etat du Niger dans un vaste pays comme la Chine. Quelle appréciation faites-vous de la coopération sino nigérienne?Tout d'abord je voudrai remercier les autorités de notre pays pour la confiance placée en ma modeste personne pour diriger notre mission diplomatique en République Populaire de Chine. Je remercie également l'ONEP pour l'opportunité que vous m'offrez afin de m'exprimer dans les colonnes d...

Interview du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum : ''La lutte traditionnelle a atteint au Niger un …

Interview du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum : ''La lutte traditionnelle a atteint au Niger un stade de maturité pouvant lui garantir sa promotion et son développement.''

Monsieur le ministre, la 38ème édition du Sabre National débutera dimanche prochain dans l'arène Hamidine Maïdaré de Tahoua. Quelles sont les impressions qui vous animent à la veille de la tenue de ce grand événement ?Je suis animé par un sentiment de grande joie à la veille de ce grand événement, car pour la 38ème fois, l'ensemble des Nigériens se retrouveront dans la communion des cœurs et des esprits pour célébrer le Sabre National q...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Pari gagné !

lundi 9 janvier 2017

Editorial : Pari gagné !

Audiences

Dossier

Utilisation du gaz domestique : L'entretien des bo…

Utilisation du gaz domestique : L'entretien des bouteilles et la sécurité des équipements

Depuis que le Niger est devenu pays producteur et exportateur de pétrole, les populations ...

jeudi 23 février 2017

Proprété des bouteilles : à qui la faute ?

Proprété des bouteilles : à qui la faute ?

Le Niger a initié, depuis les années 90, un programme national de l'énergie domestique, po...

jeudi 23 février 2017

Des utilisateurs témoignent

Des utilisateurs témoignent

Mme Aïssa ZakariJ'utilise les bouteilles de gaz depuis plusieurs années. Je possède en réa...

jeudi 23 février 2017

L'air du temps

Assainir l'école

Assainir l'école

L'actualité de ces dernières semaines est en train de se cristalliser autour de l'école ni...

jeudi 23 février 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.