Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Invité


Invit 0642Le 6 septembre dernier, s'est tenue à Niamey, la cérémonie de notification des actes de transfert de compétences et de ressources de l'Etat aux collectivités territoriales. Quelle est la signification d'une telle cérémonie pour les acteurs de la décentralisation ?
La cérémonie intervenue le 6 septembre 2017 sous le Haut patronage de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, est l'aboutissement d'un long processus enclenché au lendemain de la Conférence Nationale Souveraine. Il faut en effet rappeler que, c'est à la suite de ce grand forum national et dans le droit fil de ses recommandations pertinentes, que le Niger s'est engagé dans un vaste chantier de réforme institutionnelle principalement axée sur la décentralisation et qui s'est traduit par la création des communes et des régions et des collectivités territoriales.
Cependant, depuis leur installation respectivement en 2004 et 2011, les communes et les régions sont restées sans compétences précises. Certes, elles ont bénéficié de la clause de compétence générale que le législateur leur a reconnue par anticipation, et qui a placé ces nouvelles collectivités dans une situation qui les amène à intervenir souvent, sous pression, dans des domaines qui ne relèvent pas toujours de leurs compétences. Ces premières interventions des communes et des conseils régionaux, témoignent certes d'une volonté d'agir, mais elles restent fragmentaires et étroitement liées à des contingences locales.
En consacrant la notification officielle des actes réglementaires portant transfert des compétences et des ressources de l'Etat aux communes et aux régions, la cérémonie intervenue le 6 septembre 2017 est certes d'apparence symbolique, mais elle est d'une grande portée, en ce sens qu'elle marque le point de départ du processus de responsabilisation des collectivités territoriales et certainement de leur montée en puissance dans le paysage institutionnel nigérien.
Au-delà donc de la symbolique que j'évoquais tantôt, cette cérémonie est l'expression d'une volonté politique forte des autorités de la 7eme République, notamment de SE Monsieur Issoufou Mahamadou, Président de la République, Chef de l'Etat, qui à travers cet acte et ses nombreuses actions orientées vers le local, donne un contenu à notre processus de décentralisation.
Par cette dynamique de responsabilisation désormais enclenchée, l'intention affichée par les autorités est de faire des collectivités territoriales, des institutions locales crédibles, capables d'accompagner les efforts des ministères sectoriels dans la mise en œuvre de leurs politiques au niveau local. Il s'agit donc de faire des communes et des régions des acteurs associés de la mise en œuvre des politiques publiques, afin de compléter et de pérenniser les efforts de l'Etat au niveau local.
Du reste, SE Monsieur le Président de la République a tenu à rehausser l'éclat de cet évènement en rencontrant l'ensemble des acteurs de l'Administration territoriale venus pour la circonstance. Au cours de cette rencontre, le Président de la République est revenu avec force détails sur les domaines objets de transfert, et a tenu à souligner leur importance dans la vie des populations et leur place de choix dans les priorités du Programme de Renaissance.
C'est pour dire que, avec cette première vague de transfert, la décentralisation a trouvé son bon ancrage et qu'elle fait partie des principaux centres d'intérêt des plus hautes autorités. Il reste aux collectivités territoriales et à l'ensemble des acteurs locaux d'en prendre la pleine mesure et de se ressaisir.
Quels sont les domaines qui sont concernés par le transfert de compétences et comment en termes clairs cela va-t-il se faire ?
Il faut dire que ce n'est pas spontanément que le Gouvernement a énuméré les domaines. L'identification desdits domaines a été le résultat d'un processus de recherches, de réflexions et d'analyses à travers diverses études et ateliers dont les premières ont débuté en 2006, un an après l'installation officielle des communes. Je me rappelle que la première étude avait été engagée en 2006 avec l'appui de l'Union Européenne, dans le contexte de démarrage des communes. Pour cette première étape, quatre (4) domaines sont concernées, à savoir l'hydraulique et l'assainissement ; la santé ; l'éducation et l'environnement.
Dans le choix de ces domaines de compétences à transférer, une considération a primé au niveau du Gouvernement: c'est d'abord la faisabilité immédiate des compétences retenues et leur correspondance à des besoins identifiés comme de première ligne. La démarche a consisté à retenir les compétences dont les attributions ont un sens pour les communautés rurales, celles qui font partie de leurs problèmes quotidiens, et autour desquelles elles peuvent s'investir individuellement et collectivement parce que coïncidant avec leurs préoccupations de tous les jours.
Dans le cadre de cette approche réaliste et pragmatique, l'idée force est non seulement de s'appuyer sur l'existant, autrement dit ce que font déjà les collectivités territoriales en dépit de leur faiblesse, de composer avec lui, mais surtout d'en tirer partie, de manière aussi à désarmer les craintes et d'inciter les acteurs à une concertation indispensable, mais encore très peu pratiquée.
C'est pourquoi, vous constaterez que les communes et les régions ont été responsabilisées dans ce qu'elles peuvent faire, qu'elles savent faire, et qu'elles font déjà, généralement avec l'appui de certains partenaires, dans le cadre de la mise en œuvre de divers Projets et Programmes de développement, dans le secteur rural notamment.
Il faut préciser à ce niveau que l'objectif final n'est pas le transfert pour le transfert, ou de passer «du tout Etat» au «tout collectivités territoriales». Il s'agit plutôt d'opérer de manière pragmatique et pédagogique afin de créer les conditions à travers lesquelles les collectivités territoriales, dans une dynamique de responsabilisation progressive, vont participer et concourir avec l'Etat, à la délivrance d'un meilleur service de proximité aux populations. C'est du reste, ce que la loi a prévu, mais en reconnaissant ouvertement leur maitrise d'ouvrage.
Le transfert de compétence est une responsabilisation soutenue des collectivités par l'Etat. Est-ce que selon vous les communes regorgent aujourd'hui des compétences capables d'assumer ces nouvelles responsabilités ?
Comme je l'indiquais tantôt, les communes et les régions ont été responsabilisées dans des domaines qui ne leur sont pas en réalité nouveaux. D'une manière ou d'une autre, peut-être modestement, sur leurs ressources propres, ou avec l'appui de leurs partenaires, la plupart des communes et des régions interviennent dans le domaine de l'eau, de l'assainissement, de l'éducation tous degrés d'enseignement confondus, y compris l'organisation des examens du BAC, de la santé et de la gestion de l'environnement, notamment dans le cadre de la gestion des ressources naturelles. Dans tous ces domaines, d'importants acquis ont été enregistrés dans le cadre de diverses expériences de responsabilisation des communautés à la base, et qu'il faut absolument capitaliser dans une perspective de pérennisation, en les reversant aux collectivités territoriales. Il est évident que, dans le contexte de leur démarrage, beaucoup de communes rurales notamment ne disposent pas de toutes les capacités techniques, en termes de ressources humaines nécessaires à l'exercice de leurs responsabilités. Pour cela, il va falloir composer avec la collaboration et l'accompagnement des services déconcentrés de l'Etat que la loi met à leur disposition.
Sur ce point, les ministères dont les compétences ont fait l'objet de transfert donneront les instructions administratives adéquates à leurs agents locaux pour mieux organiser cette collaboration avec les collectivités territoriales. Il faut néanmoins rappeler que cette forme de partenariat entre les services locaux de l'Etat et les collectivités territoriales existe déjà sur le terrain, même si elle reste largement à parfaire. Mais au-delà du recours aux agents et moyens de l'Etat, ces collectivités auront particulièrement besoin d'un minimum de prise de conscience par rapport aux nouveaux enjeux qu'implique le transfert des compétences, d'une plus grande organisation des acteurs, d'un suivi régulier des services compétents et d'un engagement citoyen conséquent des populations.
Il a été toujours dit qu'au Niger, certaines communes ne sont pas viables. Comment faire pour que ce transfert de compétences ne soit pas un vain mot au niveau de ces communes ?
Je pense qu'il faut relativiser la notion de viabilité des communes, car je ne crois pas qu'il y ait au Niger des communes qui ne seraient pas viables, dès lors qu'elles sont composées d'habitants dont elles constituent les lieux de vie, d'expression de sentiment d'appartenance et auxquels ces populations s'identifient. Il faut cependant relever que même si le législateur les a créées sur la base d'un principe d'égalité de droit et de statut, les communes nigériennes ne s'équivalent pas, du fait de certaines disparités préexistantes que l'on ne peut méconnaitre et que l'on doit à terme prendre en compte dans le cadre d'une approche plus volontariste de développement et d'aménagement du territoire. C'est d'ailleurs cette perspective que prévoit la Constitution lorsqu'elle dispose à son article 165 que « l'Etat veille au développement harmonieux de toutes les collectivités territoriales, sur la base de la solidarité nationale, de la justice sociale, des potentialités régionales et de l'équilibre interrégional ».
Ainsi, dans la dynamique des territoires, comme dans le monde des humains, il y a des plus riches, des riches et des moins riches, dès lors que la nature et dans certains cas les politiques ont créé des disparités entre les différents milieux de vie que constituent les parties du territoire, d'où la nécessité de s'inscrire résolument dans une démarche plus globale et volontariste d'aménagement du territoire.
Mais en dépit des disparités que j'évoquais tantôt, ces communes ont toutes et chacune un potentiel, une richesse, souvent pas très apparente, qui n'est pas toujours visible, par le regard généralement très lointain et hautain de l'administration centrale. Il appartient donc aux acteurs locaux que la décentralisation met en place de déceler ce potentiel et de le mettre en valeur. C'est pourquoi, il va falloir miser principalement sur les intelligences et les capacités d'initiatives de l'ensemble des acteurs présents sur le territoire communal. Cela bien entendu doit être complété par l'appui de l'Etat et de ses partenaires.
Quel est le comportement que les élus locaux doivent avoir pour donner une chance de réussite à ce transfert de compétences et de ressources aux collectivités territoriales ?
Les élus doivent créer les conditions d'une meilleure gouvernance locale, plus transparente et plus inclusive qui place l'intérêt des citoyens au cœur de leurs actions. Ce faisant, ils créeront ainsi les conditions d'une plus grande appropriation sociale des collectivités qu'ils gèrent et, conséquemment, l'émergence d'une citoyenneté locale responsable avec des citoyens qui deviendront des contribuables consentants, qui s'acquittent régulièrement et spontanément de leurs obligations civiques, fiscales et sociales vis-à-vis desdites collectivités. C'est dire au total que le rôle et les comportements des citoyens au plan individuel et collectif reste aussi déterminant que l'attitude des élus quant au succès de la mise en œuvre des responsabilités transférées aux communes et aux régions qui, il faut le préciser, engagent l'ensemble des populations vivant au niveau de ces collectivités.
Le Premier ministre a annoncé l'adoption dans les prochains jours d'un Plan de transfert. Quelle est la nécessité de ce plan à ce stade du processus ?
Toute la dynamique de la décentralisation nigérienne est encadrée par deux principes, à savoir la «progressivité du transfert des compétences et l'effectivité de la mise en œuvre des compétences transférées». Le plan de transfert auquel SE Monsieur le Premier Ministre fait allusion s'inscrit dans cette prévision du législateur nigérien qui, à travers l'article 7 du Code général des Collectivités Territoriales, prévoit que «le transfert des compétences aux communes et aux régions s'opère selon un plan graduel, fixé par décret pris en Conseil des ministres». Ce plan de transfert qui est actuellement en cours d'élaboration sera assorti d'une feuille de route de transfert des ressources de l'Etat aux collectivités territoriales, et sera soumis à l'adoption du Gouvernement et sera arrimé au Plan de développement Economique et Social (PDES) 2017-2021. L'intérêt de ce plan prévu par la loi est de mettre à la disposition du Gouvernement un outil de gestion pour servir de tableau de bord, permettant aux pouvoirs publics, aux collectivités elles-mêmes et à leurs partenaires, d'apprécier la progressivité des transferts, mais également de suivre et de mesurer le niveau d'effectivité de la mise en œuvre des compétences transférées. Comme quoi, l'Etat n'entend pas laisser les collectivités territoriales à l'abandon dans la mise en œuvre des compétences transférées.
C'est dire au total qu'avec l'adoption du plan de transfert des compétences et de la feuille de route des transferts des ressources, c'est un véritable partenariat Etat-Collectivités territoriales qui se mettra en place. Ce partenariat devra jouer aussi dans la corrélation transfert des compétences-transfert des ressources, qu'il faudra aménager de façon pratique et claire, sous peine de blocage du transfert des compétences par le non transfert des ressources.

Réalisée par Oumarou Moussa(onep)
15/09/17

Publié dans Invité
Écrit par
En savoir plus...

L'invité de Sahel Dimanche

M. Saidou Halidou, Directeur Général de la Décentralisation et des Collectivités Territoriales : «Les élus doivent créer…

M. Saidou Halidou, Directeur Général de la Décentralisation et des Collectivités Territoriales : «Les élus doivent créer les conditions d'une meilleure gouvernance locale, plus transparente et plus inclusive qui place l'intérêt des citoyens au cœur d

Le 6 septembre dernier, s'est tenue à Niamey, la cérémonie de notification des actes de transfert de compétences et de ressources de l'Etat aux collectivités territoriales. Quelle est la signification d'une telle cérémonie pour les acteurs de la décentralisation ?La cérémonie intervenue le 6 septembre 2017 sous le Haut patronage de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, est l'aboutissement d'un long processus...

Monsieur Issa DJIBO, Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique : "Le Compte Unique s'inscrit dans …

Monsieur Issa DJIBO, Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique : "Le Compte Unique s'inscrit dans le cadre d'un ensemble de réformes mises en place pour améliorer les services rendus par l'Etat"

Monsieur le Directeur Général, après quelque 8 mois passés à la tête de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique, pouvez-vous nous dire succinctement comment se porte cette importante institution ?Merci de me poser cette question qui permet de mieux apprécier la situation actuelle de la DGT/CP. Il importe, en effet, de rappeler qu'à notre prise de fonction, la situation de la DGT/CP se caractérisait par une lenteur...

Mme Habibatou Moussa Hassane présidente de la Fédération Nigérienne de Handball : «La nouvelle équipe dirigeante se prop…

Mme Habibatou Moussa Hassane présidente de la Fédération Nigérienne de Handball : «La nouvelle équipe dirigeante se propose à travers cet ambitieux programme de donner une nouvelle vision au handball nigérien à tous les niveaux»

Mme la présidente, vous êtes la seule femme qui dirige une fédération sportive au Niger. Pouvez-vous nous faire la rétrospective de votre élection à la tête de cette fédération ?Je vous remercie très sincèrement pour cette opportunité que vous m'offrez pour m'exprimer à travers les colonnes de votre journal SahelDimanche que je lis d'ailleurs régulièrement.C'est vrai qu'une femme à la tête d'une fédération sportive au Niger n'est pas ch...

Mme Bety Aichatou Habibou Oumani, présidente de l'association Matan Tahoua Sakola : «Qui veut accueillir un étranger doi…

Mme Bety Aichatou Habibou Oumani, présidente de l'association Matan Tahoua Sakola : «Qui veut accueillir un étranger doit avoir un environnement propre et les femmes se mobilisent pour cela»

Mme la présidente, dans le cadre de l'organisation de la fête tournante du 18 décembre, la Région de Tahoua a été choisie pour abriter la fête de Tahoua Sakola. Vous avez été désignée à la tête de l'organisation dénommée Matan Tahoua Sakola. Quel est le but de cette organisation et pourquoi cette cérémonie de plantation d'arbres aujourd'hui au sein de la grande mosquée de Tahoua ?Je vous remercie de cette opportunité que vous nous donne...

Monsieur Guimba-Saidou, Directeur Général de l'Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI):«L'ANSI a pour m…

Monsieur Guimba-Saidou, Directeur Général de l'Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI):«L'ANSI a pour mission de conduire la transformation de la société nigérienne en une société digitale/numérique, afin d'accélérer notre marche ver

Monsieur le Directeur Général, lors du Conseil des ministres du 10 juillet dernier, le Haut-commissariat aux NTICs a été érigé en Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI). Pouvez-vous nous donner les raisons de cette réorientation dans le domaine des NTICs au Niger?Les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) jouent un rôle de plus en plus important dans la vie socio-économique, et particulièrement dans...

Ancienne gloire : M. Abdou Djibo, champion de cyclisme : «Pour réaliser de grands succès dans le sport, il faut d'abord …

Ancienne gloire : M. Abdou Djibo, champion de cyclisme : «Pour réaliser de grands succès dans le sport, il faut d'abord avoir l'amour de son pays, il faut être jaloux de l'image de son pays et tâcher de l'honorer, avec la rage de vaincre au cœur»

Qui est Abdou Djibo ?Je suis un ancien cycliste Nigérien, et je suis né vers 1957 à Talladjé Ko-bontafa. Mais je suis du quartier Saga. Nos parents possèdent des champs dans toute cette zone et chaque année, ils quittent Saga pour aller cultiver leurs champs. Au fil du temps, ils ont fini par s'installerlà-bas.Comment êtes-vous arrivés au cyclisme, je vais parler de vos premiers pas dans la ''petite reine'' ?Je me souviens bien qu'à l'é...

Interview de M. Almoustapha Garba, ministre de l'Environnement et du Développement Durable : «Dans plusieurs localités d…

Interview de M. Almoustapha Garba, ministre de l'Environnement et du Développement Durable : «Dans plusieurs localités de notre pays les producteurs ont adopté des nouvelles stratégies de conservation de la fertilité des sols en intégrant l'arbre dan

Monsieur le Ministre, notre pays, célèbre le 03 Août 2017, le 57ème anniversaire de son accession à l'indépendance, une commémoration essentiellement marquée par les festivités de la Fête Nationale de l'Arbre (FNA). Quelles sont les activités inscrites au programme de cette édition 2017 ?Je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez de m'adresser à nos compatriotes à l'occasion de la 42ème édition de la Fête Nationale de l'Arb...

M. Babio El-kir Moudachirou, Conseiller Technique au Tourisme et à l'Hôtellerie du ministre béninois du Tourisme et de l…

M. Babio El-kir Moudachirou, Conseiller Technique au Tourisme et à l'Hôtellerie du ministre béninois du Tourisme et de la Culture : « Il faut tirer grand profit du secteur et générer des devises et des richesses pour nos communautés et nos budgets na

Monsieur le Conseiller Technique, vous êtes au Niger dans le cadre d'un séminaire de formation des acteurs du tourisme et de l'environnement, une initiative de l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT). Quelle appréciation faites-vous de cette initiative ?Merci bien pour l'opportunité que vous nous donnez de réagir sur ce projet. Au moment où on concluait ce projet entre les deux pays et l'OMT en Avril dernier à Addis-Abeba, nous n'étio...

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : …

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : "Notre vision au ProDAF, est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) »

Le ProDAF a été mis en vigueur en septembre 2015, pouvez-vous d'abord nous rappeler la vision de votre programme ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour présenter le ProDAF. En effet, la vision du ProDAF est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) à travers lesquels les producteurs ruraux soutenus par leurs organisations et les collectivités locales s'organisent, aménagent et exploitent de manière rationnell...

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et servic…

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et services de télécommunication au Niger tout en garantissant la disponibilité, la qualité et les meilleurs tarifs à tous »

M. Abdou Harouna, 49 ans, marié et père de cinq enfants, tout nouveau directeur général de NIGER TELECOMS, a la lourde responsabilité de gérer cette entité. Avec plus de 19 ans d'expérience dans divers postes à responsabilités techniques et managériales aux USA, au Moyen-Orient et en Afrique, le nouveau patron de Niger Télécoms dispose de nombreux atouts, ainsi que d'une large connaissance en Lean Enterprise et en concepts de Six-Sigma,...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

A la découverte du village de Tapoa : Un village t…

A la découverte du village de Tapoa : Un village touristique riche de sa biodiversité

Jadis un petit village habité par les gourmantchés, Tapoa est aujourd'hui un camp forestie...

vendredi 11 août 2017

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune…

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays

Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le v...

vendredi 11 août 2017

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Exit la ''Pilule'' et le chicha, vive le wifi-club !

Exit la ''Pilule'' et le chicha, vive le wifi-club !

Exit les escapades démentielles à la ''Pilule'' et les virées dans les lieux vaporeux des ...

vendredi 15 septembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.