Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Urgence aux Urgences


SiardjiLe service des Urgences chirurgicales de l'Hôpital national de Niamey (HNN) a vraiment besoin de soutien, non pas seulement celui des pouvoirs publics, mais de toutes les bonnes volontés soucieuses de contribuer, de manière solidaire, à la santé collective. Ce service n'a d'urgence que de nom, tant les conditions de travail sont précaires. Contrairement à l'image qu'on se fait d'un service d'urgence, où des agents accourent accueillir les personnes évacuées avec des fauteuils et des lits médicalisés pour les conduire dans des salles suréquipées avec souvent des appareils médicaux futuristes, aux Urgences de l'HNN, c'est d'abord l'odeur caractéristique des lieux qui vous accueille. Une fois à l'intérieur, le spectacle est encore des plus désolants. Une salle constamment bondée de monde, où les médecins et autres agents de santé eux même débordés, se faufilent difficilement. Les complaintes des patients, se mêlent au désarroi des accompagnants et aux cris menaçants des agents d'une compagnie de sécurité privée qui essaient de mettre, non sans difficulté, un certain ordre.
La quinzaine de lits dont dispose le service est en permanence occupé, obligeant les médecins à placer souvent deux patients notamment les plus jeunes sur un même lit ; d'autres patients sont soignés à même le sol, le temps de les stabiliser. Côté matériels et équipements, le service des urgences n'est pas non plus mieux loti : un four à micro onde pour la stérilisation des outils ; quelques ciseaux, scalpes, fil de suture, du compresse et quelques flacons de Bétadine et de Zylocaine en constituent le kit dont disposent ces courageux agents. Et c'est avec cet équipement, à la limite rudimentaire, que les médecins des Urgences de l'HNN, font des ''miracles''. Le mot n'est pas fort, quand on compare leurs équipements avec ceux dont disposent leurs collègues de l'autre côté de l'Atlantique ou de la Méditerranée. Non seulement, ils sauvent des vies dans des conditions de travail par trop précaires, mais aussi ils ont le temps d'encadrer les jeunes stagiaires venus des universités et autres écoles de santé de la place.
L'excellent travail qu'abattent les médecins, en particulier ceux des Urgences de l'HNN, administre la preuve que la médecine nigérienne est performante et que nos médecins sont efficaces. Il reste aux pouvoirs publics et à toutes les bonnes volontés de doter les services de santé, notamment les Urgences, des moyens adéquats. Certaines structures privées viennent déjà en appui aux efforts de l'Etat. C'est le cas récemment d'une banque de la place qui s'est engagée à financer la construction d'une salle pour le service des urgences. D'autres structures doivent lui emboiter le pas, pourquoi pas en équipant cette salle en matériels et équipements dont ont besoin les médecins des urgences pour une meilleure prise en charge de nos concitoyens. Après tout, chacun de nous peut se retrouver, un jour ou l'autre, aux Urgences. Agissons pour que la situation s'améliore.
Siradji Sanda(onep)
29/09/17

Le Niger en bref

Error: No articles to display

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Formation en Activités Génératrices des Revenus au…

Formation en Activités Génératrices des Revenus au centre Dimol : Donner espoir et soutenir l'autonomisation des femmes victimes de la fistule

La fistule est une maladie grave qui affecte les femmes suite aux mariages précoces, à l'e...

jeudi 5 octobre 2017

La Fistule Génitale Féminine au Niger : 700 à 756 …

La Fistule Génitale Féminine au Niger : 700 à 756 femmes victimes chaque année

La Fistule Génitale Féminine est une infirmité temporaire ou permanente consécutive à un t...

jeudi 5 octobre 2017

L'ONG Dimol : Un exemple dans la réinsertion et l'…

L'ONG Dimol : Un exemple dans la réinsertion et l'accompagnement des femmes fistuleuses

Dimol est une organisation non gouvernementale nigérienne qui œuvre depuis plusieurs année...

jeudi 5 octobre 2017

L'air du temps

Les frais scolaires : Entre surenchère et laisser-aller

Les frais scolaires : Entre surenchère et laisser-aller

Depuis plusieurs années, l'on assiste à une prolifération des écoles privées dans tous les...

vendredi 13 octobre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.