Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

1ère édition de la compétition e-Takara : Lourdeur et retard dans le développement des startups primées, un an après

 

 

 


Le-Prsident-de-la-Rpublique-et-le-laurat-du-premier--prix-de-la-deuxime-dition-E-takaraÀ sa première édition, la compétition de l'entrepreneuriat numérique, e-Takara a mobilisé 217 candidatures, à travers les huit régions du Niger. Après la présélection, 29 meilleurs projets ont été retenus pour la grande finale, parmi les 72 présentés. Sur la base des critères fondamentaux, tels que: l'innovation, l'utilité publique et la faisabilité; le concours a primé 5 projets, en marge de la célébration du 59ème anniversaire de la République, le 18 décembre 2017 à Tahoua. Cependant, la multitude d'acteurs institutionnels qui entrent en jeu, dans le prototypage de la plupart des projets constitue une lourdeur pour le lancement opérationnel des plateformes. En effet, leur incubation qui devrait prendre fin en février 2019 serait prorogée de quelques mois supplémentaires alors que les résultats de l'édition 2019 ont été proclamés et les lauréats primés.

Aujourd'hui, un an après ce souffle d'émergence signifié par la première compétition de l'entreprenariat numérique e-Takara, sur son élan de promotion des talents nigériens en matière des TIC, et de la sensibilisation de la population en général sur l'utilité du numérique, l'exploitation de ces applications n'est pas effective. Les applications « made in Niger » se font encore très rares sur le marché des solutions numériques à usage public. Pourtant explique le Business Développer du Centre Incubateur des Petites et Moyennes Entreprises du Niger (CIPMEN), M. Moulaye Sidi Habib, certains des lauréats étaient déjà à un stade avancé du développement de leurs startups au moment de leur entrée en incubation (en début de l'année 2018) ; tandis que d'autres étaient sur l'idée du projet.
Le projet de l'application "Saro App", le plus attendu, présenté par la promotrice de la startup INNOVELLE, Mlle Latifa Hassan Yari, doublement lauréat du premier prix « Meilleure Innovation » et celui de « l'Innovation Féminine », n'est toujours pas au point fonctionnel pour servir ses potentiels utilisateurs. Pourtant, il s'agit d'une application d'une importante utilité publique, conçue pour permettre au service de secours de détecter en un temps record des sinistres, des accidents ou des désastres qui surgissent dans le quotidien des populations. Difficile d'en savoir plus sur l'état d'avancement de ce programme innovateur tant attendu, car la promotrice n'a jamais accepté de rendre public l'évolution de son projet.
Pour le Business Développer du CIPMEN, on ne peut pas pour autant parler de retard, car dit-il, le développement d'une véritable application mobile est un processus de longue haleine. En plus, la multitude d'acteurs qui entrent en jeu, dans la plupart des cas, est d'une lourdeur non négligeable pour la structuration des systèmes d'informations. M. Moulaye Sidi Habib indique que l'opérationnalisation des plateformes est dépendante de ces partenaires. Il précise que les candidats n'ont pas reçu d'investissements proprement dits, il s'agit des prix, qui sont certes sensés booster leurs différents projets. «Parallèlement nous avons intégré les lauréats dans un programme de formation, de renforcement de capacités, pour leur permettre de développer leurs modèles économiques et aussi leurs plans d'affaires. Ils ont à leur disposition un coach technique qui les assiste dans la structuration de leurs startups. Dans cette optique nous organisons souvent des rencontres avec les acteurs, et c'est de là que devraient se présenter les opportunités d'investissement », a-t-il expliqué. En termes de difficulté, le Business Developper indique que les contraintes sont en grande partie liées à l'adhésion des institutions impliquées dans la structuration des programmes. « C'est des efforts que nous déployons sans cesse, en vue de leurs concertations. C'est ce qui freine principalement la finalisation des projets », relève-t-il, avant de reconnaitre l'indisponibilité de certains promoteurs, occupés largement par leurs études.
Par ailleurs, il y'a parmi ces lauréats primés, ceux qui sont pleinement en activité et génèrent des chiffres d'affaires. C'est l'exemple de l'application Karatou Post Bac, développée par Idriss Laouali Abdou promoteur de ILANTS, lauréat du quatrième prix. La compétition lui a permis de formaliser son activité, pendant que d'autres étaient majoritairement en phase de finalisation de leurs business plan. L'application est actuellement à sa troisième version, mise à jour le 6 Janvier 2019, disponible sur la plateforme Play Store, depuis 3ans. Cependant, sa vulgarisation reste mitigée, accusant moins de 2000 téléchargements à son compteur, depuis sa mise en ligne. Cela peut se justifier du fait de son contenu. En effet, il n'ya aucun référencement aux universités ou écoles publiques, dans le listing des quelques filières. Pourtant la plateforme est défendue dans l'idée d'offrir aux scolaires nigériens des solutions d'orientation post bac, avec des informations nécessaires et détaillées pour des choix éclairés des filières. Aussi, les actualités sur l'Agence Nationale des Allocations et des Bourses ne sont toujours pas disponibles. Quant aux trois autres lauréats, ils seraient en phase de tester leurs prototypes.
Ainsi en plus de leur volonté, les porteurs de projets numériques doivent aussi se remettre en question relativement à la faisabilité de leurs projets et à la mise à disposition des applications développées au profit des populations. La dynamique de culture digitale qu'entend promouvoir la compétition de l'entreprenariat numérique
e-Takara se veut d'être redevable, de répondre aux attentes publiques des utilisateurs et d'être à la hauteur de l'innovation et de l'utilité publique prônées.
Pour l'édition de cette année 2019, les résultats du concours e-Takara ont été proclamés à Zinder, lors des festivités de la fête tournante du 18 décembre. Sur les 558 candidats inscrits en 2018, contre 217 en 2017. Une trentaine de lauréats ont été primés ; ils ont reçu leurs prix le 3 février dernier des mains du Président de la République. Le lauréat du premier a reçu un chèque de 20 millions de FCFA.

Mahamane Chékaré Ismaël (Stagiaire)

12/02/19

 

 

 

Le Niger en bref

Error: No articles to display

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

Audiences

Dossier

Tresses traditionnelles nigériennes : Derrière la …

Tresses traditionnelles nigériennes : Derrière la beauté, se cache toute une symbolique

Au-delà de la beauté artistique et visuelle, la tresse symbolise une forme d'expression po...

jeudi 18 avril 2019

Tresse traditionnelle

Tresse traditionnelle

La tresse traditionnelle a longtemps été un des métiers les plus reconnus à la femme nigér...

jeudi 18 avril 2019

Santé et sécurité au travail : Peu d'importance ac…

Santé et sécurité au travail : Peu d'importance accordée à la question

La problématique traite de la protection des travailleurs contre les maladies, les acciden...

jeudi 4 avril 2019

L'air du temps

Endiguer le banditisme urbain

Endiguer le banditisme urbain

Il y a environ une semaine, la Police Nationale a une fois de plus mis hors d'état de nuir...

jeudi 18 avril 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.