Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Mariama Ekhizi, concepteur de l'Application « Wafu» : Une application "made in Niger"pour sauver des vies humaines


Mariama-Ekhizi-la-dveloppeuse-de-lapplication--Wafu---Comme dans plusieurs pays de par le continent et le monde, les jeunes nigériens s'investissent dans la conception d'applications technologiques dans plusieurs domaines de la vie. C'est l'exemple de Mariama Ekhizi, une jeune nigérienne qui a mis au point une application dans le domaine de la santé. ''Wafu'', c'est le nom de l'application développée par cette étudiante inscrite en master à l'Ecole Supérieure des Télécommunications (EST) de Niamey, Option Génie logiciel. L'application Wafu a d'ailleurs été primée lors la 2ème édition du concours « e-Takara » dont les résultats ont été proclamés à l'occasion de la fête anniversaire de la proclamation de la République le 18 décembre 2018 à Zinder.

Mariama Ekhizi a toujours eu une passion pour le secteur de la santé. Elle a voulu y effectuer des études universitaires, mais le destin l'a orientée vers la technologie et le numérique. A défaut de réaliser sa passion qui est celle d'entreprendre des études universitaires en Santé, Mariama Ekhizi se contente de la réaliser à travers le domaine du numérique qu'elle juge polyvalent. C'est ainsi qu'elle s'est engagée à développer des applications à même d'aider les populations nigériennes dans le secteur de la santé. Il s'agit pour elle d'apporter une contribution au développement du numérique au Niger. Selon la jeune développeuse, l'application « Wafu » a pour but de réduire le taux de mortalité lié aux épidémies et aux erreurs médicales dues au manque d'information sur les patients. Cette application est scindée en deux principales sections à savoir : gestion des épidémies et dossier médical électronique.
Il y a là deux applications qui font office de back and keep qui permettent de gérer l'application qui sera vue par les utilisateurs. Il existe aussi une application spéciale qui s'appelle «eWafu » destinée à la population. En effet, sur l'application on a une première page qui donne des informations relatives à la santé. « En cas d'épidémie, explique la jeune Mariama, il y a un mouton d'alerte qui apparait et diffuse au fur et mesure les symptômes liés à cette épidémie et éventuellement des informations détaillées sur la conduite à suivre pour une meilleure prévention ». Pour ne pas marginaliser cette bonne partie de la population, Mariama a eu le bon reflexe de faire en sorte que les personnes n'ayant pas été à l'école puissent utiliser cette application. A ce niveau, les utilisateurs de l'application verront des images illustratives et des synthèses vocales pour une perspective qui s'ouvre au reste de la population.
Le second volet de cette application concerne le dossier médical électronique. A la première page, l'utilisateur a des informations minimalistes. Mais pour accéder à tout autre dossier, il faudrait s'identifier. « Une fois que la personne effectue ce travail, son dossier ne peut être modifié par les agents de santé qu'avec son accord pour la simple raison qu'il y a un système de sécurité derrière. Toutefois, les agents de santé ont accès aux informations minimalistes pour qu'en cas d'urgence, ils puissent vous administrer les premiers soins sans commettre des erreurs comme
l'administration d'un sérum glucosé à un patient atteint de diabète. Donc, à première vue, dès que l'agent de santé tape votre numéro de carte d'identité, il aura des informations sur le nom et prénom ; le groupe sanguin ; les quatre (4) numéros à contacter en cas de problème ; toutes les allergies du patient et éventuellement les maladies chroniques s'il en a », précise Mariama Ekhizi.

L'application « Wafu » en mode de perfectionnement

Le travail d'amélioration de l'application Wafu continue pour qu'au finish les utilisateurs aient une application qui réponde véritablement à leurs besoins en la matière. Mariama avait cogité pendant neuf mois pour arriver au stade actuel de son application. A présent, son travail se focalise sur le niveau sécurité de l'application. « Nous sommes en train de construire un ''mur en béton'' pour pallier les cybers attaques », a-t-elle ajouté. Dans ce travail, elle se fait aider par un expert en système d'informations sanitaires en la personne de M. Adakal. A chaque fois qu'un souci d'amélioration de l'application s'impose, Mariama n'hésite pas à faire appel à cet expert dont elle loue les qualités aussi bien en informatique que dans le domaine de la santé.
En outre, la jeune « génie en informatique » âgée seulement de 22 ans affirme qu'ils sont deux développeurs encadrés par l'expert. Son camarade s'appelle Djibril Issoufou. L'application Wafu sera totalement gratuite pour la population avec l'accord du Ministère de la Santé publique. Lorsqu' elle sera complément achevée, il suffit juste que les centres sanitaires ; les pharmacies et les laboratoires disposent de l'application pour jouir pleinement de toutes les opportunités qu'elle offre. Par ailleurs, pour faire fonctionner une telle application, il faut nécessairement l'accord du Ministère de la Santé dans la mesure où la gestion des épidémies est très sensible. Du reste le lancement de l'alerte épidémique relève des prérogatives de ce Ministère. L'application Wafu est développée mais il appartient au Ministère de la faire bouger.
Mariama en a eu quelques soutiens dans son travail. Et d'ores et déjà, les démarches sont en cours pour que l'application Wafu puisse être fonctionnelle. Cependant, l'une des préoccupations de cette jeune développeuse est de savoir si les acteurs qui peuvent avancer les choses seront ouverts pour une révolution dans leur secteur à travers l'usage du numérique sachant que l'essentiel des actes (médicaux et administratifs) sont exécutés manuellement. Toutefois Mariama demande à la jeunesse nigérienne, de déployer tout son potentiel. « Il ne faut pas s'enfermer ; il ne faut jamais se dire que cela ne peut pas se faire. Tout est possible. La jeunesse nigérienne a un talent incroyable. Il suffit juste pour elle d'avoir une petite lampe torche qui va lui servir de lumière », dit Mariama Ekhizi.
Hassane Daouda(onep)
12/02/19

Le Niger en bref

Error: No articles to display

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

Audiences

Dossier

Tresses traditionnelles nigériennes : Derrière la …

Tresses traditionnelles nigériennes : Derrière la beauté, se cache toute une symbolique

Au-delà de la beauté artistique et visuelle, la tresse symbolise une forme d'expression po...

jeudi 18 avril 2019

Tresse traditionnelle

Tresse traditionnelle

La tresse traditionnelle a longtemps été un des métiers les plus reconnus à la femme nigér...

jeudi 18 avril 2019

Santé et sécurité au travail : Peu d'importance ac…

Santé et sécurité au travail : Peu d'importance accordée à la question

La problématique traite de la protection des travailleurs contre les maladies, les acciden...

jeudi 4 avril 2019

L'air du temps

Endiguer le banditisme urbain

Endiguer le banditisme urbain

Il y a environ une semaine, la Police Nationale a une fois de plus mis hors d'état de nuir...

jeudi 18 avril 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.