Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Interview de Mme Gozé Maimouna Gazibo Directrice générale de l'ANLTP : ''La traite des personnes est une réalité au Niger (...) c'est la raison pour laquelle les autorités nigériennes font de la lutte contre cette pratique une priorité gouvernemental


dgClassée au deuxième rang des activités criminelles, les plus génératrices de revenus à l'échelle internationale, la traite des personnes est appréhendée comme ''toute opération qui vise à recruter, transporter, transférer, héberger ou accueillir des personnes, par la menace de recours ou le recours à la force ou d'autres formes de contraintes, par l'enlèvement, fraude, tromperie, abus d'autorités ou d'une situation de vulnérabilité ou par l'offre de l'acceptation de paiement d'avantage pour obtenir le consentement d'une personne ayant une autorité sur une autre aux fins d'exploitation'' . Au Niger, cette activité liberticide et carrément contradictoire aux principes des droits humains est formellement interdite. Pour rendre effective son éradication, l'Etat du Niger a créé l'Agence Nationale de Lutte contre la Traite des Personnes (ANLTP), dont la mission était, dans un premier temps la lutte contre la traite des personnes, avant de s'élargir à la lutte contre le trafic illicite des migrants.
Pour mieux comprendre la situation actuelle de la traite des personnes au Niger, une équipe de l'Agence Nigérienne de Presse (ANP) s'est entretenue avec la Directrice Générale de l'ANLTP, Mme Gozé Maimouna Gazibo.
Madame, l'Agence Nationale de Lutte contre la Traite des Personnes (ANLTP), dont vous êtes l'actuelle Directrice Générale, a été créée par l'Etat du Niger pour lutter contre la traite des personnes sur l'ensemble du territoire national. Dites-nous pourquoi le Niger fait de la lutte contre la traite des personnes une affaire prioritaire?

La traite des personnes constitue une préoccupation mondiale sur laquelle la communauté internationale se penche depuis des nombreuses années. A titre illustratif, le rapport 2012 des Nations Unies sur la criminalité organisée, la classe comme la deuxième infraction qui génère le plus de profit en termes de retombées financières. Selon ce rapport, la traite des personnes rapporte plus de 19.000 milliards de FCFA (par an) aux trafiquants. Dans ses diverses formes et manifestations, la traite des personnes, constitue une pratique qui porte atteinte aux principes qui sous tendent les droits humains, elle dévalorise le reflet de la société, se heurte aux valeurs constitutionnelles de la république et enfin dépossède ses victimes de leurs droits les plus élémentaires. Alors que l'article 11 de notre constitution dispose que « la personne humaine est sacrée. L'Etat a l'obligation absolue de la respecter et de la protéger », les trafiquants font de l'être humain un fonds de commerce qui leur rapporte bénéfices et dividendes. C'est la raison pour laquelle les autorités nigériennes font de la lutte contre la traite des personnes une priorité gouvernementale. En effet, nonobstant le caractère sensible du phénomène, vu sous l'angle de la religion et de la tradition, la nécessité de mettre les moyens juridiques et institutionnels adéquats à la disposition des différents services et structures de la société fut l'option du gouvernement. C'est donc dans cet état d'esprit que fut adoptée l'ordonnance n°2010-086 du 16 Décembre 2010 relative à la lutte contre la traite des personnes. L'objectif de cette ordonnance est de favoriser une meilleure prise en charge des victimes mais également de punir ceux qui vivent de la misère humaine avec une exceptionnelle sévérité.
Quelle est la situation actuelle de ce fléau dans notre pays ? Est-ce que vos interventions ont apporté des changements ?
La traite des personnes est une réalité au Niger. Ses formes les plus répandues sont l'exploitation des enfants talibés, des enfants appelés communément enfants guide-mendiants, l'exploitation des domestiques et la pratique de la Wahaya. En 2014 et 2015, nous avons organisé des collectes de données sur la traite des personnes devant les juridictions. Les rapports de ces collectes ont relevé 139 personnes poursuivies en 2014 contre 82 personnes en 2015. Cette différence de chiffres traduit l'effet dissuasif de nos interventions sur les populations. Aujourd'hui, on constate une prise de conscience, presque collective, de la gravité de la traite des personnes. Les questions d'esclavage, de mendicité forcée ne sont plus taboues du fait des débats publics que nous organisons. L'exploitation de la prostitution des jeunes femmes et enfants nigériens dans les rues de certaines grandes villes des pays voisins est une réalité. La situation justifie d'ailleurs les vagues de rapatriement de nos compatriotes de certains pays voisins afin de leur donner une nouvelle chance d'exercer un commerce honnête par la réinsertion socio professionnelle avec l'appui des partenaires.
En outre nos juridictions sont de plus en plus interpellées afin de poursuivre les personnes qui s'adonnent à l'exploitation de la mendicité d'autrui, le travail forcé des enfants ou encore l'esclavage ou les pratiques analogues à l'esclavage.

Quels sont les moyens dont dispose votre agence dans sa mission noble d'éradiquer cette pratique illégale?
Le décret déterminant l'organisation, la composition et les modalités de fonctionnement de notre Agence a prévu un certain nombre de moyens pour son fonctionnement. En termes de ressources humaines, nous avons un certain nombre d'agents mis à la disposition de l'ANLTP depuis ma nomination. Ces agents ont développé de l'expertise indispensable à la pérennité de l'agence. Le défi est de pouvoir sauvegarder cet acquis. Sur le plan financier, nous disposons d'un budget de fonctionnement alimenté par les contributions de l'Etat et des partenaires techniques et financiers œuvrant dans le domaine de la lutte contre la traite des personnes tels que l'Union européenne, le Bureau international du travail, l'Organisation internationale pour la migration et bien d'autres partenaires.

Malgré les efforts consentis par l'Etat du Niger et ses partenaires, la lutte contre la traite des personnes ne semble pas être une chose aisée, car le mal persiste encore. Quels sont les facteurs qui rendent votre tâche si difficile ?
La proximité de certaines formes de traite des personnes avec la culture, la religion et la tradition rend le travail des acteurs en charge de la thématique très difficile. En effet, l'esclavage dans sa forme traditionnelle, la mendicité des enfants, la pratique de la 5ème épouse (wahaya) et le travail forcé des enfants sont des pratiques qu'on tente très souvent de justifier sous l'angle de la religion, de la culture ou de la tradition. Par ailleurs la non-matérialisation du décret portant fonds spécial d'indemnisation des victimes de traite, l'absence d'un mécanisme de prise en charge ponctuelle des victimes de la traite, la pauvreté et l'analphabétisme accentuent les facteurs de vulnérabilité de nos populations face au phénomène de la traite des personnes.

Au sein du pays, quelles sont les localités où cette pratique est plus répandue ? Et quelles sont les formes les plus courantes?
Selon les rapports de 2014 et de 2015 sur la traite des personnes, les juridictions d'Arlit, d'Agadez et de Zinder ont le plus grand nombre d'affaires pendantes pour traite de personnes. Ainsi en 2014, les juridictions d'Arlit, d'Agadez et de Zinder ont poursuivi respectivement 67 personnes, 54 personnes et 16 personnes. Mais cela ne veut pas dire que ces localités sont les plus touchés car les victimes viennent de toutes les contrées du Niger. Au Niger, la traite des personnes se manifeste à travers l'exploitation de la mendicité d'autrui, l'esclavage sous sa forme traditionnelle, l'exploitation de la prostitution d'autrui, les servitudes domestiques, les servitudes pour dettes, le travail forcé et le trafic d'organes.

Le Niger étant un pays de destination des victimes de la traite, quels sont les pays de provenance des victimes de ce commerce honteux ?
Le Niger n'est pas qu'un pays de destination des victimes de traite, c'est aussi un pays d'origine et de transit. En tant que pays de destination, les victimes viennent principalement du Togo, du Bénin, du Mali, du Nigeria et du Ghana. Ces derniers temps, on enregistre des Sénégalais, des centrafricains et des camerounais parmi les victimes de traite.

Puisque le Niger est aussi un pays de départ des victimes de la traite, à destination de quels pays les victimes sont le plus souvent transportées ?
Permettez-moi de préciser d'abord que la traite des personnes n'est pas toujours internationale. Elle est souvent interne, dans ce cas, les victimes sont transportées des zones rurales vers les centres urbains comme Niamey. Maintenant pour répondre à votre question, les victimes recrutées au Niger sont transportées vers l'Algérie, la Libye, l'Arabie Saoudite, le Soudan, le Nigeria ou l'Europe.

Avez-vous un plan de prise en charge des victimes de la traite ? Si oui, à quoi consiste- t- il?
Pour la prise en charge des victimes de traite, nous sommes en train d'installer des centres d'accueil des victimes dans le ressort de chaque Tribunal de grande instance. Nous venons de construire le premier centre d'accueil à Zinder. Avec l'appui de l'organisation internationale pour les migrations (OIM) nous avons élaboré un manuel sur les Procédures standards opérationnelles relatives à l'identification et l'assistance aux victimes de la traite au Niger qui est dans le circuit d'adoption par le gouvernement. A ce document s'ajoute un guide pour l'identification des victimes de la traite des personnes au Niger qui sera très bientôt soumis à un atelier de validation. Ces documents permettront d'officialiser la prise en charge des victimes que nous faisons jusque-là en collaboration avec nos points focaux et nos partenaires

Pour l'année en cours, à peu près combien de dossiers, votre institution a eu à étudier ?
Les procureurs de la République sont nos points focaux sur cette question. Le procureur de la République de chaque tribunal est point focal et suit les dossiers de traite et de trafic pour l'agence. En 2015, on a recensé 82 personnes poursuivies pour traite de personnes et 80 % de ces personnes, sont des femmes.

Généralement la traite d'êtres humains se fait dans la clandestinité, (et rime parfois avec le trafic illicite des migrants). Est-ce qu'il y a lieu pour votre Agence de commencer à s'intéresser à la migration clandestine et plus particulièrement au trafic illicite des migrants?
Moi je serai tentée de vous dire que quand l'agence a été opérationnelle à partir de 2013, on a eu beaucoup de situations telle que la mort de 92 nigériens dans le désert pour lesquelles l'ordonnance sur la traite des personnes n'a pas pu permettre une meilleure répression des trafiquants nigériens. La nécessité, d'avoir une loi spécifique pour le trafic de migrants s'est vite fait ressentir et il fallait combler un vide juridique. Les échanges avec les procureurs qui représentent les points focaux de l'Agence et certains responsables des forces de défense et de sécurité autour du Ministre de la Justice ont mis à jour les insuffisances et incohérences de l'ordonnance. Il est apparu évident que l'ordonnance sur la traite ne résout pas la question de trafic illicite de migrants parce qu'il s'agissait des infractions distinctes dans leurs éléments constitutifs même si les victimes subissent des souffrances similaires. Les services du Ministère de la Justice ont donc travaillé pour proposer l'avant projet de loi sur le trafic illicite adopté le 26 Mai 2015. Actuellement, le Niger est l'un des premiers pays de l'Afrique de l'ouest à se doter d'une loi spécifique réprimant les faits de trafic illicite de migrants. Et depuis l'adoption de cette loi toutes les questions relatives au trafic illicite de migrants et de migration irrégulière relèvent des attributions et compétences de l'Agence Nationale de Lutte contre la Traite des Personnes. Ce qui a conduit à la modification de l'ordonnance sur la traite des personnes, pour prendre en compte les attributions de trafic illicite de migrants.

Jusqu'à preuve de contraire, le Niger ne dispose pas d'une ''Politique Migratoire'' (contrairement à des pays proches comme le Mali ou encore la Côte d'Ivoire). Est-ce que ce vide juridique n'est pas favorable à cette pratique criminelle ?

Il y'a une différence entre une politique migratoire et la lutte contre le trafic illicite de migrants. Généralement la politique migratoire gère globalement les flux migratoires et donne des orientations précises. C'est cela la migration positive. Elle intègre tous les aspects de la thématique. Une migration choisie et bien encadrée apporte un plus à l'Etat. Et pour qu'un Etat ait une politique migratoire efficace, il faut inévitablement un texte régissant la migration et qui protège les migrants tout en réprimant ceux qui s'enrichissent sur le dos des victimes. Et c'est en réponse à cette nécessité que le Niger a fait adopter la loi sur le trafic illicite de migrants.
Le Ministère de l'Intérieur vient de finaliser le projet de la stratégie sur la migration à laquelle nous avons pris part. Les services du Ministère de l'Intérieur et du Ministère de la Justice coordonnent leurs actions pour apporter des réponses appropriées aux péripéties de la migration irrégulière. Rappelons si besoin est, la loi sur le trafic illicite de migrants, n'est pas une loi contre la migration, mais plutôt un instrument juridique pouvant protéger le migrant hors de son pays et ce peu importe sa nationalité. Elle prend également en charge la répression des passeurs qui font du migrant un objet de commerce ou un fonds de commerce. Par ailleurs, la loi sur le trafic illicite de migrants si elle s'applique aux Nigériens ce n'est pas en tant que migrant mais plutôt en qualité de trafiquant ou complice.
Quelles sont les perspectives envisageables, selon vous, pour que la traite des personnes et le trafic illicite des migrants finissent au Niger?
Jusque-là nous utilisons la sensibilisation, la formation et la répression pour réduire les risques récurrents de la traite et du trafic illicite de migrants. Ces moyens peuvent être renforcés par la mise en place des projets de développement au profit des jeunes et des femmes qui constituent les couches les plus vulnérables. A mon avis, parallèlement à nos activités de sensibilisation et de formation, il est nécessaire de mettre en place un mécanisme pour lutter contre le chômage des jeunes et la pauvreté des femmes.

Réalisée par Mahamane Sabo Bachir
www.lesahel.org

Société

Lancement de la campagne de sensibilisation sur la surcharge routière : L'application du règlement 14 de l'UEMOA à l'ord…

Lancement de la campagne de sensibilisation sur la surcharge routière : L'application du règlement 14 de l'UEMOA à l'ordre du jour

Le Secrétaire général du Gouvernorat de Maradi, M. Harouna Assakaley, a procédé au lancement de la campagne de sensibilisation sur la surcharge routière. L'objectif est de débattre avec l'ensemble des acteurs, des conséquences de la surcharge routière. Cette rencontre intervient en prélude à l'application intégrale à partir du 1er avril 2017 du règlement n°14, adopté par les chefs d'Etats des pays membres de l'UEMOA. Ce règlement est re...

6ème congrès du Syndicat National des Travailleurs de l'Eau et de l'Energie du Niger (SYNATREEN) : L'indépendance énergé…

6ème congrès du Syndicat National des Travailleurs de l'Eau et de l'Energie du Niger (SYNATREEN) : L'indépendance énergétique et l'accès à l'énergie dans notre pays au centre de la rencontre

Le Syndicat National des Travailleurs de l'Eau et de l'Energie du Niger (SYNATREEN) organise du 19 au 21 Janvier 2017, son sixième congrès statutaire sur la problématique ''de l'énergie au Niger : quelles politiques pour indépendance énergétique et l'accès à l'énergie ?''. Ce fut l'occasion pour les congressistes pour discuter de cette problématique d'actualité et vitale dans la vie d'une communauté car sans une indépendance énergétique...

Premier conseil syndical de l'année 2017 du SYNAPAN : Passer les préoccupations des militants au peigne fin

Premier conseil syndical de l'année 2017 du SYNAPAN : Passer les préoccupations des militants au peigne fin

Le Syndicat Autonome du Personnel de l'Assemblée Nationale (SYNAPAN) a tenu hier, à Niamey, son premier conseil syndical de l'année 2017. Le thème retenu pour ces assises est ''Le Syndicalisme en milieu parlementaire, cas de l'Assemblée Nationale du Niger''. Le Conseil Syndical, constitue un cadre pour faire une revue des revendications soumises à l'administration, des actions à mener et des acquis au cours l'exercice écoulé et à venir....

Deuxième revue conjointe du programme sectoriel de l'éducation et de la Formation (PSEF 2014-2024) : Approche participat…

Deuxième revue conjointe du programme sectoriel de l'éducation et de la Formation (PSEF 2014-2024) : Approche participative pour des solutions durables aux préoccupations du secteur de l'éducation

Le Premier ministre, Chef du gouvernement S.E Brigi Rafini, a présidé hier matin au Palais des Congrès de Niamey, la cérémonie d'ouverture de la 2ème revue conjointe Gouvernement-Partenaires Techniques et Financiers- Société civile au titre de l'année 2016 du Programme sectoriel de l'éducation et de la formation (PSEF 2016-2024). Cette revue conjointe est un cadre approprié d'échanges et de dialogue entre tous les partenaires du secteur...

« La mise en œuvre du PSEF est un grand défi pour le gouvernement, un enjeu important pour l'école nigérienne », déclare…

« La mise en œuvre du PSEF est un grand défi pour le gouvernement, un enjeu important pour l'école nigérienne », déclare SEM. Brigi rafini, Premier ministre, Chef du gouvernement

« Chers invités.Mesdames, Messieurs ;La rencontre de ce matin, consacrée à la deuxième revue du programme sectoriel de l'éducation et de la formation (PSEF 2014-2024) traduit tout l'intérêt et toute l'importance qu'accorde le gouvernement à ce secteur clé, à savoir le secteur de l'éducation et de la formation, lequel occupe une place de choix dans le Programme de Renaissance II du Président de la République.Mesdames, MessieursLe Program...

11ème Réunion des ministres de l'Intérieur des pays membres de la CEN-SAD, à Niamey : Mutualisation des efforts pour fai…

11ème Réunion des ministres de l'Intérieur des pays membres de la CEN-SAD, à Niamey : Mutualisation des efforts pour faire face au phénomène de la migration irrégulière

La 11ème réunion des ministres de l'Intérieur des pays membres de la Communauté des Etats Sahélo-Sahariens (CEN-SAD) s'est tenu, hier à la salle Margou de l'Hôtel Gaweye de Niamey. La rencontre a vu la participation des délégations des pays membres de la CEN-SAD, du Secrétaire général de ladite organisation M. Ibrahim Sani Abani, des représentants de la CEDEAO, de la CBLT, du Conseil de l'Entente, de l'OIM, de la Fondation Hanns Seidel ...

Déclaration sur les migrations irrégulières et les enjeux sécuritaires dans l'espace sahélo-saharien

Déclaration sur les migrations irrégulières et les enjeux sécuritaires dans l'espace sahélo-saharien

« Nous, Ministres de l'Intérieur des pays membres de la CEN-SAD, réunis, à Niamey, du 18 au 19 janvier 2017,• Préoccupés par les tragédies récurrentes entraînant des pertes en vies humaines de migrants, par milliers, dans leur tentative de traverser le Sahara, la Méditerranée et le canal du Mozambique, en vue d'atteindre les côtes européennes ;• Convaincus que la gestion efficace des frontières constitue un élément clé de tout système d...

Les ministres de l'Intérieur de la Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD) visitent l'exposition du photographe …

Les ministres de l'Intérieur de la Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD) visitent l'exposition du photographe Jean-Marc Durou : Reconnaissance de l'identité en tant que facteur de paix et développement

Le Ministère de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, en collaboration avec l'Association dénommée la ''Route du Sel et de l'Espoir'' a organisé hier, à l'intention des ministres de l'Intérieur de la Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD), une séance d'exposition des œuvres du célèbre photographe Jean-Marc Durou intitulé ''Sahara, peuple et paysage''. Cette exposition a eu lieu au Musé Boubou Hama ...

Visite du Médiateur de la République à la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) : Mutualiser les efforts en mat…

Visite du Médiateur de la République à la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) : Mutualiser les efforts en matière de protection des droits de l'Homme

Le Médiateur de la République, Me Sirfi Ali Maiga a effectué, hier matin, une visite à la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH). Une occasion qui lui a permis de s'enquérir des conditions de travail, et du fonctionnement de la CNDH. Au cours de cette visite, Me Sirfi Ali Maïga a exprimé sa volonté de nouer un partenariat fécond entre les deux institutions pour œuvrer ensemble dans la protection des droits de l'Homme. Il a annon...

Remise de décoration au Ministère du Plan : M. Thomas Bedenbecker fait Chevalier dans l'Ordre du Mérite du Niger par la …

Remise de décoration au Ministère du Plan : M. Thomas Bedenbecker fait Chevalier dans l'Ordre du Mérite du Niger par la ministre du Plan

La ministre du Plan, Mme Kané Aichatou Boulama, a décoré, hier après-midi, M. Thomas Bedenbecker, chef du projet GIZ d'Appui au système de planification. M. Thomas Bedenbecker, qui quitte définitivement notre pays, a en effet été fait Chevalier dans l'Ordre du Mérite du Niger au nom du Président de la République, Chef de l'Etat.En lui épinglant la décoration, en présence du ministre du Développement communautaire et de l'Aménagement du ...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Pari gagné !

lundi 9 janvier 2017

Editorial : Pari gagné !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Mise en œuvre de la réforme du guichet unique auto…

Mise en œuvre de la réforme du guichet unique automobile au Niger : En finir avec les faux documents et leur corollaire de pertes énormes des recettes de l'Etat

Dans le cadre de la modernisation de l'administration des douanes afin d'améliorer ses pre...

jeudi 19 janvier 2017

SONILOGA, égalité des citoyens devant le service p…

SONILOGA, égalité des citoyens devant le service public

« Nous sommes des délégataires, et notre mission est de traduire en acte la reforme sur la...

jeudi 19 janvier 2017

Application du système du guichet unique des autom…

Application du système du guichet unique des automobiles : Complaintes des vendeurs des véhicules d'occasion

Le marché des véhicules d'occasion connait ces derniers temps dans notre pays un boulevers...

jeudi 19 janvier 2017

L'air du temps

Ces feux tricolores ''fantômes''

Ces feux tricolores ''fantômes''

Les feux optiques sont conçus pour jouer un rôle essentiel dans le dispositif de la régula...

jeudi 19 janvier 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.