Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Interview du Gouverneur de Maradi, M. Zakari Oumarou : « Le Programme Maradi Kolliya a non seulement embelli la ville de Maradi, mais mieux, il a permis de booster l'économie régionale avec plus de 60 milliards injectés »


maradiMonsieur le Gouverneur de Maradi, comment se porte votre région ?
Question difficile à répondre d'un seul coup, tant les éléments à prendre en compte sont nombreux. Mais d'une manière générale, mises à part les conjonctures nationales et internationales, la Région de Maradi se porte bien. N'eurent été quelques contingences climatiques fâcheuses, j'allais même dire qu'elle se porte très bien, en tout cas mieux que certaines régions du pays, en termes d'opportunités et de vitalité économiques, de sécurité, de gouvernances locale et régionale, mais également de développement tout court.
S'agissant de « contingence climatique », je voudrai alerter sur les pénibles réalités que vivent nos administrés du nord et du nord-est dont les terroirs ont été affectés cette année par une succession de calamités naturelles allant de la pluviométrie irrégulière, aux vents destructeurs de semis et aux criquets ravageurs. Au finish, dans cette bande située au nord de la région, ce sont quelques 877 villages qui sont directement affectés par les « effets du changement climatique ». Car à notre sens, la combinaison de ces trois éléments est la résultante de changement climatique extrême. Voilà sur le plan conjoncturel, notre urgence du moment.
Sinon sur le plan structurel, malgré ses performances économiques évidentes, Maradi c'est surtout un gros défi démographique. L'ISF ici, d'après les chiffres qui circulent, est de 7.9 enfants par femme. C'est le plus élevé du Niger. Conséquemment, le taux de croissance de la population qui est de 4,16% est également le plus élevé du pays, ce qui a des conséquences sur tous les autres indicateurs de développement humain. On est ici en face d'un vrai paradoxe, où l'économie la plus dynamique est confrontée aux indicateurs de développement humain les plus faibles du pays. Notre rôle ici consiste en effet à travailler avec tous les acteurs pour que la région de Maradi tire le maximum de dividende démographique.
Cela fait un an que le président de la République a entamé un second mandat. Beaucoup de choses sont en train d'être réalisées dans le cadre du programme de la renaissance 2. Quand est-il du secteur de la santé dans la région de Maradi ?
On parlait tantôt d'indicateur de développement. Le taux de couverture sanitaire dans la région est de 44,62% en 2015. Il s'est nettement amélioré certainement en 2017 et, est sans commune mesure avec celui de 2010, c'est-à-dire avant la mise en œuvre du programme de Renaissance. Il y a des avancées certaines. Et pour mieux comprendre ces avancées, il faut se rendre sur le terrain. Donc, concrètement, ce sont plusieurs centres de santé équipés qui ont été construits, l'ensemble des structures sanitaires existantes ont vu la qualité de leurs plateaux techniques renforcée, des dizaines de Médecins, sages-femmes et infirmiers ont été recrutés, tous les districts sanitaires ont été équipés d'au moins une ambulance.
Aujourd'hui, le tissu sanitaire dans la région de Maradi se présente comme suit : un CHR en pleine rénovation, un centre de santé de la mère et de l'enfant (CSME), 06 hôpitaux de districts, 09 Districts sanitaires, 155 CSI, 462 cases de santé, 01CRTS, 03 formations sanitaires des FDS, 53 cabinets médicaux et salles de soins, 04 cliniques privées, 07pharmacies publiques et 04 pharmacies privées, 06 dépôts pharmaceutiques privés, 02 chambres froides. Et pour compléter ce tableau, un hôpital général de référence et un hôpital ophtalmologique sont en construction.
Enfin, il faut noter que si sur les 155 CSI, 14 seulement ont un médecin, 149 disposent d'au moins 02 agents chacun. Il est aussi à signaler que 12 nouveaux CSI vont ouvrir leur porte cette année ; ce qui améliorera sensiblement le taux de couverture sanitaire de la région. Cette évolution très remarquable s'observe dans tous les secteurs sociaux de base.
L'I3N occupe une place de choix dans ce programme de Renaissance. Peut-on savoir par des exemples concrets ce qui est fait dans ce domaine ?
Comme tout le monde le sait, avant l'avènement du programme de Renaissance, l'intervention de l'Etat dans le domaine agricole en particulier, se limitait à quelques tracteurs et quelques périmètres irrigués pour simplifier l'image de cette politique. A partir de 2011, il y a eu deux changements majeurs. Le premier est programmatique en ce sens que pour la première fois une vraie politique agricole et nutritionnelle chiffrée est mise en place et appelée « Initiative3N » les Nigériens Nourrissent les Nigériens ».
Le deuxième changement est qualitatif et stratégique. Avec les partenaires de la région, nous travaillons pour accroitre la résilience de l'agriculture familiale face aux chocs extérieurs. Et l'un des axes de cette stratégie c'est d'accroitre l'accès aux marchés des producteurs de la région. D'où justement la construction de plusieurs marchés céréaliers et maraichers dans les différents pôles de production. Le dernier de ces marchés dit « marché de demi gros » a été inauguré il y a 3 mois de cela à Djirataoua ; plusieurs autres ont été construits ou sont en train de l'être ainsi pour les marchés à bétail dans la région.
Autour de ces marchés céréaliers, maraichers ou à bétail, l'Etat et ses partenaires de l'agriculture dont le leadership est assuré par le FIDA, sont en train de mettre en place un maillage de pistes rurales pour non seulement faciliter l'accès au marché par les producteurs, mais également procéder à l'inter connexion des zones de production. D'ores et déjà, j'ai personnellement réceptionné plusieurs pistes rurales dans différents bassins de production. Donc concrètement, nous sommes en train de travailler pour évoluer de « l'agriculture de subsistance » vers une « agriculture entrepreneuriale ».
En matière de sécurité, l'on constate que les autorités de notre pays, à tous les niveaux s'impliquent pour que les nigériens dorment en paix. A Maradi, comment se présente la situation sécuritaire ?
La situation sécuritaire à Maradi et dans la région est calme et totalement maitrisée. Nos FDS sont à pied d'œuvre et ratissent quotidiennement la région pour que les populations « dorment en paix » comme vous le dites.
Cela dit, le risque zéro n'existant pas en matière de sécurité, nous ne dormons pas sur nos lauriers. Nous communiquons quotidiennement avec la population, notamment dans les zones frontalières, sur leur contribution pour assoir cette sécurité. Partout où nous sommes passés, nous avons fait comprendre aux communautés qu'elles sont pleinement responsables de la sécurité de leur environnement immédiat et par ricochet, de celle du pays...
Cette dynamique endogène de gestion de la sécurité a donné ses résultats les plus éclatants ; récemment quand les FDS du département de Madarounfa, sur information des communautés vivant autour de la forêt classée de Baban Rafi, ont neutralisé une cellule terroriste venue probablement en éclaireur en vue d'implanter une base arrière. Un membre de la cellule a été tué, 2 ont été capturés et un arsenal militaire avec des moyens de transmission ont été trouvés avec eux, et depuis, le sud de la région est sous contrôle permanent des forces de l'ordre.
Maradi a accueilli en 2015 la fête tournante du 18 décembre. A cette occasion beaucoup de réalisations ont été faites dans la ville de Maradi et dans les départements. Dites-nous quel est l'impact de ces réalisations dans la vie socio-économiques et le bien-être des populations de la région ?
C'est indéniable, le Programme Maradi Kolliya a non seulement embelli la ville de Maradi, mais mieux, il a permis de booster l'économie régionale, avec plus de 60 milliards qui sont injectés dans ce programme. Le programme a donné des contrats à plus de 100 entreprises, lesquelles ont créé plus de 10 000 emplois.
Aujourd'hui la ville de Maradi, c'est un décor nouveau, c'est plus de fluidité dans la circulation et moins d'accident, c'est aussi une ville suffisamment éclairée, une ville dotée d'infrastructures sociales telles que la tribune officielle ou le stade régional pour ne citer que celles qui sont terminées.
Mais le programme n'est pas terminé, il continue de plus belle. Beaucoup de chantiers ont évolué et sont au stade de finition. C'est le cas notamment des sièges de la trésorerie régionale, du Conseil Régional, de l'ORTN, des groupements de la police, la garde nationale, des sapeurs-pompiers et au niveau de certaines cités. Autre satisfaction, c'est aussi les travaux des caniveaux qui sont quasiment terminés, ce qui veut dire qu'on ne connaitra plus les désagréments de la saison hivernale passée.

Malgré ces avancées, on a toujours quelques petits soucis, notamment avec les entreprises chinoises qui ont arrêté les travaux, alors qu'elles sont bénéficiaires des chantiers parmi les plus emblématiques. Je citerai entre autre l'arène des jeux traditionnels, la maison de la culture et l'académie des arts martiaux. J'ose espérer que ces chantiers redémarreront à nouveau très bientôt.
Il faut aussi noter que le programme Maradi est en train d'être accompagné par les partenaires de notre pays avec des réalisations très importantes dans divers domaines ; je citerai entre autres : l'hôpital général de référence aussi moderne que celui de Niamey, l'hôpitalophtalmologique qui n'a rien à envier à l'hôpital Makkah de Niamey, le dépôt de la SONIDEP, l'Université Mariam Abatcha, l'abattoir frigorifique moderne, le nouveau marché à bétail moderne, le nouveau complexe douanier, les 2 nouveaux châteaux d'eau d'une capacité de 2000 m3 chacun, la télévision régionale d'Etat (la 1ère du genre), etc; c'est une somme de plus de 200 milliards qui est en train d'être injectée dans la ville de
Maradi en plus du programme Maradi Kolliya. Qui dit mieux ?
Sur le plan énergétique, on parle de l'éventualité de connecter bientôt la ville et la région de Maradi au réseau de la SORAZ. Comment Maradi compte tirer profit de cette aubaine ?
L'on sait qu'en effet, beaucoup de villes nigériennes sont confrontées à un problème d'approvisionnement en électricité, surtout en cette période de grande chaleur. Mais cette situation est en passe d'être réglée par les autorités de la 7ème République avec la mise en service de la station de Gorou Banda et la connexion des villes de l'intérieur à la SORAZ.
En ce qui concerne Maradi et sa région, les travaux de connexion aux installations de la SORAZ sont déjà terminés. Je l'ai constaté moi-même en procédant à une visite sur les chantiers de raccordement. Les habitants de Maradi et de la région le ressentent présentement, car il n'y a quasiment plus de coupure résultant d'un faible approvisionnement. D'ailleurs, des travaux d'extension du réseau sont en cours dans la ville de Maradi pour enterrer près de20 000 m de câble électrique dans 15 quartiers périphériques pour installer 7700 nouveaux compteurs « à prix modérés» ou branchements promotionnels.

Cela veut dire que nous avons désormais la possibilité de faire plus de branchements et surtout transporter cette électricité jusque dans les zones les plus reculées de la région. Cela va sans conteste doper notre économie qui dépend pour l'essentiel de la fourniture de l'énergie.
Propos recueillis par Tiémogo Amadou, ANP-ONEP Maradi
www.lesahel.org

Société

Remise d'un don de la Fondation Tattali-Iyali à cinq (5) maisons d'arrêt du Niger : Geste de solidarité de la première D…

Remise d'un don de la Fondation Tattali-Iyali à cinq (5) maisons d'arrêt du Niger : Geste de solidarité de la première Dame Dr Malika Issoufou au profit de la population carcérale

Comme à son habitude, à la veille du mois béni de Ramadan, la Fondation Tattali-Iyali de la Première Dame Dr. Malika Issoufou a fait un don de vivres, et divers autres produits à cinq (5) maisons d'arrêt du Niger. La remise officielle de ce don est intervenue vendredi dernier à la Maison d'arrêt de Niamey devant quatre régisseurs sur les cinq centres pénitentiaires concernés par ce don. C'est le ministre de la Justice, Garde des Sceaux,...

Tillabéri : Forum sur la sécurité, la prévention des conflits, la coexistence pacifique, le changement des mentalités et…

Tillabéri : Forum sur la sécurité, la prévention des conflits, la coexistence pacifique, le changement des mentalités et le développement à Torodi

Le ministre d'Etat, Ministre de l'Intérieur, de la Sécurité publique, de la Décentralisation et des Affaires coutumières et religieuses M. Mohamed Bazoum, a présidé, samedi dernier, à Torodi dans la région de Tillabéry, l'ouverture d'un forum communautaire sur la sécurité, axé sur le thème : «la prévention des conflits, la coexistence pacifique, le changement des mentalités et le développement ». C'était en présence de membres du gouver...

Cérémonie de remise de certificats couplée à la nuit culturelle du conseil des étudiants de la commission de l'Union afr…

Cérémonie de remise de certificats couplée à la nuit culturelle du conseil des étudiants de la commission de l'Union africaine : « Le panafricanisme est une éducation », thème de la 2ème édition

Le Conseil des Etudiants de l'Union Africaine, a organisé mercredi dernier, sous le haut parrainage de l'Ambassade des Etats-Unis d'Amérique au Niger, une cérémonie de remise de certificats de fin de formation. La cérémonie qui a été jumelée à la nuit culturelle du conseil des étudiants de la commission de l'Union africaine s'est tenue à l'auditorium du Centre Culturel Américain de Niamey. Le thème central de cette 2ème édition est : « ...

Ouverture de la 3ème Assemblée Générale ordinaire de la Fédération des Organisations Patronales du Niger (FOP-Niger) : R…

Ouverture de la 3ème Assemblée Générale ordinaire de la Fédération des Organisations Patronales du Niger (FOP-Niger) : Récession économique mondiale : quel avenir pour les entreprises nigériennes ?

La Fédération des Organisations Patronales du Niger a tenu, hier à Niamey, sa 3ème Assemblée Générale ordinaire qui a pour thème : «récession économique mondiale : quel avenir pour les entreprises nigériennes ?». C'est le directeur de cabinet du ministre de l'Emploi, du Travail et de la Protection Sociale, M. Waziri Mato Maman, qui a présidé la cérémonie d'ouverture de ces assises en présence du président du Conseil National du Patronat...

Fin de la mission de la ministre de la Communication dans la région de Tahoua : Apprécier les conditions de travail des …

Fin de la mission de la ministre de la Communication dans la région de Tahoua : Apprécier les conditions de travail des agents des médias et le déploiement des équipements pour la TNT

Après les étapes de Maradi, de Zinder et d'Agadez, la ministre de la Communication, Mme Sani Hadiza Koubra Abdoulaye, a séjourné du lundi au mercredi dernier dans la région de Tahoua. L'objectif primordial de cette visite de travail, en profondeur dans les régions, est de s'enquérir des conditions de travail des agents, de veiller à l'état de fonctionnement des équipements et de faire le point sur le déploiement du matériel prévu dans l...

Session du cadre de concertation du Ministère des Enseignements Secondaires : Echanges sur les conditions d'une meilleur…

Session du cadre de concertation du Ministère des Enseignements Secondaires : Echanges sur les conditions d'une meilleure tenue des examens de fin d'année

Le cadre de concertation du Ministère des Enseignements Secondaires, s'est réuni hier après midi, sous la présidence de M. Sani Abdourahamane, ministre en charge des Enseignements Secondaires. La rencontre a enregistré la participation d'une trentaine de partenaires sociaux du sous secteur de l'enseignement secondaire. Il s'est agi à travers cette rencontre de réfléchir pour trouver des solutions idoines au problème qui mime l'école nig...

Mission de la ministre de la Communication à Tahoua : Mme Sani Hadiza Koubra Abdoulaye visite plusieurs médias

Mission de la ministre de la Communication à Tahoua : Mme Sani Hadiza Koubra Abdoulaye visite plusieurs médias

En mission à l'intérieur du pays, la ministre de la Communication Mme Sani Hadiza Koubra Abdoulaye a visité hier les média publics et privés de la ville de Tahoua, en vue de s'enquérir des conditions de travail des agents.Les médias publics, privés et communautaires jouent un rôle majeur en ce qui concerne la visibilité de l'action gouvernemental. Ces outils de communication sont en conséquence un relais dans la mise en œuvre du program...

Séminaire de l'Association des Hautes Juridictions de Cassation des pays ayant en partage l'usage du français : La place…

Séminaire de l'Association des Hautes Juridictions de Cassation des pays ayant en partage l'usage du français : La place et le rôle des Cours de Cassation dans la lutte contre le terrorisme au Sahel

Niamey accueille depuis hier, un séminaire des Hautes juridictions de cassation des pays ayant en partage l'usage du français. C'est le Premier ministre, Chef du gouvernement SE. Brigi Rafini qui a présidé l'ouverture de ce séminaire organisé par l'Association des Hautes Juridictions de Cassation des pays ayant en partage l'usage du français. La cérémonie s'est déroulée au Grand Hôtel en présence des présidents des Institutions de la Ré...

Fin de la 60ème Session Ordinaire de la Commission Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples : Des progrès différen…

Fin de la 60ème Session Ordinaire de la Commission Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples : Des progrès différenciés et par endroits notables malgré la persistance des facteurs négatifs sur le continent

Les travaux de la 60ème session ordinaire de la Commission Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples(CADHP) ont pris fin hier, avec une cérémonie présidée par le Premier Ministre nigérien S.E Brigi Rafini, au Palais des Congrès de Niamey. Ouverte, depuis le 8 mai dernier, cette session a été marquée par l'organisation de plusieurs panels, de discussions interactives et informatives sur des thématiques d'actualités relatives aux dro...

Clôture de la 60ème session de la Commission africaine des Droits de l'Homme et des Peuples : «Il est réconfortant de vo…

Clôture de la 60ème session de la Commission africaine des Droits de l'Homme et des Peuples : «Il est réconfortant de voir les progrès enregistrés par le Niger quand on jette un regard rétrospectif sur le passé» déclare SE Brigi Rafini

Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement,Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, Chefs de missions diplomatiques et Représentants des Organisations Internationales,Madame la Présidente de la Commission Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples,Mesdames et Messieurs les Commissaires,Honorables Chefs traditionnels,Distingués invités, Mesdames et Messieurs,Après deux semaines d'intenses travaux, consacrés à des séances publiq...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Préparatifs du mois béni de Ramadan : Disponibilit…

Préparatifs du mois béni de Ramadan : Disponibilité des céréales à Katako pour couvrir les besoins des populations

A quelques heures du début du mois béni de Ramadan, les prix des céréales tels que le mil,...

jeudi 25 mai 2017

Les syndicats des commerçants rassurent les consom…

Les syndicats des commerçants rassurent les consommateurs de la stabilité des prix du sucre

A l'approche du mois béni de Ramadan, la revue à la hausse des prix des produits de grande...

jeudi 25 mai 2017

La hausse des prix de certains produits commence à…

La hausse des prix de certains produits commence à se faire sentir

La vente des produits de première nécessité est une activité pratiquée par nombre de Nigér...

jeudi 25 mai 2017

L'air du temps

Sucre de ramadan : solidarité à grande échelle

Sucre de ramadan : solidarité à grande échelle

En cette veille du mois béni du Ramadan, tous les chemins mènent aux magasins de vente de ...

jeudi 25 mai 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.