Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Les africains et le petit commerce en Inde : De l'espoir dans le petit business malgré la peur....


d-1Du 11 au 22 mars dernier, une trentaine de journalistes africains ont séjourné dans la capitale indienne dans le cadre d'un atelier organisé par le Centre de Recherche en Communication de Masse, en collaboration avec le Ministère des Affaires Extérieures. Mettant à profit ce séjour, notre reporter s'est intéressé à certains aspects de cette ville cosmopolite en pleine évolution, au site touristique du Taj Mahal et aussi au tourisme médical.
L'Inde devient peu à peu un pays attractif pour les Africains en quête de bien-être économique. Cela dans la foulée de la nouvelle politique de redynamisation et du renforcement des liens que les autorités indiennes ont lancée vis-à-vis de l'Afrique. Depuis quelques années, l'on constate un intérêt particulier des Africains qui choisissent l'Inde comme destination pour des raisons économiques, académiques, commerciales, médicales. Aujourd'hui, le nombre de ces hommes et femmes, qui tentent leur chance dans l'exercice du commerce dans ce pays devenu une plaque tournante d'affaires, est de plus en plus croissant. A la faveur d'une situation qui rend l'Inde de plus en plus attrayante, certains Africains s'y sont rendus et ont établi leur commerce afin de prendre part aux activités commerciales, au même titre que les autochtones.
A la Fédération Indienne de la Chambre de Commerce et d'Industrie (FICCI), la conseillère à la Division Afrique, Mme Sheila Sudhakaran, a affirmé qu'effectivement le nombre des Africains qui visitent ou vivent en Inde a connu une nette augmentation. La pratique du petit commerce des expatriés, notamment les Africains, en Inde semble plus ou moins prendre un envol. Certes, il n'y a pas de statistiques officielles disponibles sur le nombre exhaustif d'Africains exerçant le commerce en Inde.
Elle a souligné que les Africains commerçants s'adonnent essentiellement à la vente des produits africains. On trouve dans les boutiques d'Africains, dans plusieurs villes indiennes, des produits alimentaires, des produits de beauté ''Made in Africa''. Mme Sudhakaran explique que ''certains Africains ont commencé à s'engager dans la vente des spécialités alimentaires africaines pour répondre à la demande de plus en plus croissante de la part des étudiants, patients, opérateurs économiques vivant en Inde''. Cependant, a-t-elle souligné, la pratique du petit commerce pour les Africains n'est pas un long fleuve tranquille. L'existence de certaines formes de racisme et de xénophobie dont sont victimes certains étrangers de la part de certains nationaux rendent le séjour et l'exercice de commerce plus ou moins difficiles. Elle reste toutefois optimiste que la situation changera, s'appuyant sur l'engagement politique réaffirmé du Gouvernement indien.
Dans le marché ''na Market'', l'un des plus grands marchés de la capitale Delhi, nous avions rencontré Mme Mama Africa, une femme commerçante ressortissante de la République Démocratique du Congo. Arrivée en Inde en 2007, elle s'est établie à Delhi où elle exerce son commerce. Mama Africa, parlant couramment la langue locale Hindi, s'est spécialisée dans la vente des produits typiquement africains dans sa boutique sis au sous-sol dudit marché. ''Je suis venue en Inde avec mon fils et mes deux filles qui sont aujourd'hui étudiants. Depuis lors, je me suis engagée dans le commerce des produits africains. Mon objectif est d'aider les Africains qui visitent l'Inde ou qui y vivent à avoir certaines spécialités africaines'', explique-t-elle.
Grâce à sa patience et son courage, Mama Africa a su tisser un large réseau de clientèle et de fournisseurs à partir de l'Afrique. Comment vivre dans un pays étranger où l'on ne partage ni la langue, ni les coutumes, ni la religion? A cette question Mama Africa se veut optimiste. ''En dépit du contexte social dans lequel j'opère, différent de celui de mon pays et de mon continent, je peux affirmer que j'exerce mon business sans trop de menace. Mais nous faisons face à une sorte de discrimination de la part de certaines personnes qui, pour la plupart, ne connaissent pas les hommes noirs comme nous'', souligne la commerçante.
''Je suis reconnaissante vis-à-vis de mes collègues indiens pour leur compréhension et leur solidarité. Certes, il y en a qui ne nous acceptent pas. Ça ne me préoccupe pas tant. L'important pour moi, c'est que jusque-là, mes enfants et moi n'avons jamais été agressés. Et la clientèle se fait de plus en plus importante et mon business se développe bien'', ajoute-t-elle.
Dans le même marché, nous avions rencontré Mme Kike Davis. C'est une jeune femme nigériane vivant en Inde depuis deux ans. Elle exerce dans la restauration. ''Je suis en Inde depuis deux ans et j'évolue dans le business de la restauration et la vente des produits africains. Je vends mes produits aux commerçants indiens et africains disséminés un peu partout dans la ville''.
Exercer le commerce ici en Inde, en tant qu'Africain, est un travail difficile, mais Mme Kike Davis pense que la situation est en train de changer positivement dans la mesure où les clichés raciaux sont petit à petit abandonnés par beaucoup d'Indiens, notamment par ceux qui ont la chance de voyager à l'étranger. Parlant des relations sociales, Mme Kike affirme que leur séjour se passe plutôt bien, même s'ils sont confrontés parfois au racisme de certains autochtones.
''Le souhait des Africains que nous sommes est de voir la fin du racisme et des actes xénophobes le plus tôt possible, afin qu'on puisse vivre ensemble comme chez nous, et exercer nos activités malgré la différence de couleur, de langue et de culture'', a conclu Mme Kike Davis.

Par Zabeirou Moussa, envoyé spécial

Société

Fin de la mission de la ministre de la Communication dans la région de Tahoua : Apprécier les conditions de travail des …

Fin de la mission de la ministre de la Communication dans la région de Tahoua : Apprécier les conditions de travail des agents des médias et le déploiement des équipements pour la TNT

Après les étapes de Maradi, de Zinder et d'Agadez, la ministre de la Communication, Mme Sani Hadiza Koubra Abdoulaye, a séjourné du lundi au mercredi dernier dans la région de Tahoua. L'objectif primordial de cette visite de travail, en profondeur dans les régions, est de s'enquérir des conditions de travail des agents, de veiller à l'état de fonctionnement des équipements et de faire le point sur le déploiement du matériel prévu dans l...

Session du cadre de concertation du Ministère des Enseignements Secondaires : Echanges sur les conditions d'une meilleur…

Session du cadre de concertation du Ministère des Enseignements Secondaires : Echanges sur les conditions d'une meilleure tenue des examens de fin d'année

Le cadre de concertation du Ministère des Enseignements Secondaires, s'est réuni hier après midi, sous la présidence de M. Sani Abdourahamane, ministre en charge des Enseignements Secondaires. La rencontre a enregistré la participation d'une trentaine de partenaires sociaux du sous secteur de l'enseignement secondaire. Il s'est agi à travers cette rencontre de réfléchir pour trouver des solutions idoines au problème qui mime l'école nig...

Mission de la ministre de la Communication à Tahoua : Mme Sani Hadiza Koubra Abdoulaye visite plusieurs médias

Mission de la ministre de la Communication à Tahoua : Mme Sani Hadiza Koubra Abdoulaye visite plusieurs médias

En mission à l'intérieur du pays, la ministre de la Communication Mme Sani Hadiza Koubra Abdoulaye a visité hier les média publics et privés de la ville de Tahoua, en vue de s'enquérir des conditions de travail des agents.Les médias publics, privés et communautaires jouent un rôle majeur en ce qui concerne la visibilité de l'action gouvernemental. Ces outils de communication sont en conséquence un relais dans la mise en œuvre du program...

Séminaire de l'Association des Hautes Juridictions de Cassation des pays ayant en partage l'usage du français : La place…

Séminaire de l'Association des Hautes Juridictions de Cassation des pays ayant en partage l'usage du français : La place et le rôle des Cours de Cassation dans la lutte contre le terrorisme au Sahel

Niamey accueille depuis hier, un séminaire des Hautes juridictions de cassation des pays ayant en partage l'usage du français. C'est le Premier ministre, Chef du gouvernement SE. Brigi Rafini qui a présidé l'ouverture de ce séminaire organisé par l'Association des Hautes Juridictions de Cassation des pays ayant en partage l'usage du français. La cérémonie s'est déroulée au Grand Hôtel en présence des présidents des Institutions de la Ré...

Fin de la 60ème Session Ordinaire de la Commission Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples : Des progrès différen…

Fin de la 60ème Session Ordinaire de la Commission Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples : Des progrès différenciés et par endroits notables malgré la persistance des facteurs négatifs sur le continent

Les travaux de la 60ème session ordinaire de la Commission Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples(CADHP) ont pris fin hier, avec une cérémonie présidée par le Premier Ministre nigérien S.E Brigi Rafini, au Palais des Congrès de Niamey. Ouverte, depuis le 8 mai dernier, cette session a été marquée par l'organisation de plusieurs panels, de discussions interactives et informatives sur des thématiques d'actualités relatives aux dro...

Clôture de la 60ème session de la Commission africaine des Droits de l'Homme et des Peuples : «Il est réconfortant de vo…

Clôture de la 60ème session de la Commission africaine des Droits de l'Homme et des Peuples : «Il est réconfortant de voir les progrès enregistrés par le Niger quand on jette un regard rétrospectif sur le passé» déclare SE Brigi Rafini

Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement,Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, Chefs de missions diplomatiques et Représentants des Organisations Internationales,Madame la Présidente de la Commission Africaine des Droits de l'Homme et des Peuples,Mesdames et Messieurs les Commissaires,Honorables Chefs traditionnels,Distingués invités, Mesdames et Messieurs,Après deux semaines d'intenses travaux, consacrés à des séances publiq...

Agadez/Fin de la visite de travail de la ministre de la Communication : Mme Sani Hadiza Koubra Abdoulaye tire un bilan s…

Agadez/Fin de la visite de travail de la ministre de la Communication : Mme Sani Hadiza Koubra Abdoulaye tire un bilan satisfaisant de sa mission

Du 17 au 20 mai 2017, la ministre de La Communication Mme Sani Hadiza Koubra Abdoulaye a effectué une mission de travail dans la région d'Agadez. Durant son séjour dans la région, la ministre a visité plusieurs services relevant de son département ministériel et a eu des rencontres avec les agents des medias publics et privés. Lors de la réunion de synthèse qu'elle a dirigée en présence du gouverneur de la région, Mme Sani Hadiza Koubra...

Cérémonie de pose de la première pierre du projet de construction d'un village moderne à Tillabéri : Le ministre d'Etat …

Cérémonie de pose de la première pierre du projet de construction d'un village moderne à Tillabéri : Le ministre d'Etat Mohamed Bazoum assure que le projet bénéficiera d'un suivi régulier

Le Ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses M. Mohamed Bazoum a procédé vendredi dernier à Borgo Darey (dans la commune rurale de Tagazar, région de Tillabéri) à la pose de la première pierre pour la construction d'un village moderne. Ce projet financé par l'ONG Qatar Charity va coûter environ un milliard cinq cent millions de francs CFA. La céré...

La Première Dame Dr Malika Issoufou parraine la commémoration de la Journée internationale pour l'élimination de la fist…

La Première Dame Dr Malika Issoufou parraine la commémoration de la Journée internationale pour l'élimination de la fistule obstétricale : La Première Dame Plaide davantage pour la lutte contre la fistule

À l'instar des autres pays du monde, le Niger a commémoré, samedi dernier, la Journée internationale pour l'élimination de la fistule obstétricale. À Niamey, la cérémonie de la célébration de cette journée, placée sous le haut patronage de la Première Dame Dr. Malika Issoufou Mahamadou, marraine de la lutte contre la fistule au Niger, a eu lieu au centre d'accueil et de réinsertion des femmes fistuleuses. Cette année, le thème retenu po...

Message du ministre de l'Environnement et du Développement Durable à l'occasion de la journée internationale de la diver…

Message du ministre de l'Environnement et du Développement Durable à l'occasion de la journée internationale de la diversité biologique : Appel à l'intensification des actions de sensibilisation pour sauvegarder la diversité biologique

À l'instar du reste de la communauté internationale, le Niger commémore aujourd'hui 22 mai, la Journée internationale de la Diversité Biologique, placée cette année, sous le thème « Biodiversité et tourisme du durable». Le ministre de l'Environnement et du Développement durable, M. Almouspha Garba a livré un message à cette occasion qui constitue une opportunité pour sensibiliser le grand public en vue d'une plus grande prise de conscie...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Mashhad, la deuxième grande ville de la République…

Mashhad, la deuxième grande ville de la République Islamique d'Iran : Une cité classée par l'UNESCO « Capitale culturelle du monde islamique » en 2017

Du 25 au 27 avril dernier, s'est tenu à Mashhad, le premier sommet des Maires des pays du ...

jeudi 18 mai 2017

Visite au mausolée de l'Imâm Ridha ou Rezâ à Mashh…

Visite au mausolée de l'Imâm Ridha ou Rezâ à Mashhad : Héritage spirituel et architectural de l'histoire iranienne

L'Iran abonde de lieux de pèlerinage, non seulement musulmans, mais également chrétiens, j...

jeudi 18 mai 2017

Jardin botanique de Mashhad : Un lieu de distracti…

Jardin botanique de Mashhad : Un lieu de distraction, de repos et de tourisme

Des espaces verdoyants, sereins, des espèces rares de plus de 4000 variétés. Des moments o...

jeudi 18 mai 2017

L'air du temps

Vous avez dit autonomisation de la femme?

Vous avez dit autonomisation de la femme?

Une fois n'est pas coutume, les femmes nigériennes ont célébré, sans trop de faste, le wee...

jeudi 18 mai 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.