Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

La Première Dame Dr Malika Issoufou parraine la commémoration de la Journée internationale pour l'élimination de la fistule obstétricale : La Première Dame Plaide davantage pour la lutte contre la fistule

MALIKA 0171À l'instar des autres pays du monde, le Niger a commémoré, samedi dernier, la Journée internationale pour l'élimination de la fistule obstétricale. À Niamey, la cérémonie de la célébration de cette journée, placée sous le haut patronage de la Première Dame Dr. Malika Issoufou Mahamadou, marraine de la lutte contre la fistule au Niger, a eu lieu au centre d'accueil et de réinsertion des femmes fistuleuses. Cette année, le thème retenu pour la commémoration de la journée est : «Espoir, guérison et dignité pour tous». Des représentants d'institutions nationales et internationales ont assisté à la cérémonie.
En prononçant son allocution, la Première Dame Dr. Malika Issoufou Mahamadou, a rappelé de prime à bord l'objet de la célébration de la journée, qui consiste à se rappeler des quelques deux millions de femmes et de filles qui souffrent au quotidien de la Fistule Génitale Féminine (FGF) dans les pays en développement. Pourtant, a-t-elle relevé, rares sont les pays développés, où la fistule constitue un problème de santé publique. Selon les estimations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) 50.000 à 100 000 nouveaux cas de fistule sont enregistrés chaque année dans le monde. En ce qui concerne particulièrement le Niger, malgré les améliorations et les progrès enregistrés en matière de santé de la population, le pays continue d'enregistrer une forte mortalité maternelle. En effet, 535 décès sont enregistrés pour 100 000 naissances vivantes. Quant à la mortalité néonatale, elle est de 24 pour 1000 naissances vivantes. A cette forte mortalité, s'ajoute la morbidité lourde de conséquence qu'est la fistule génitale féminine. Selon les statistiques du Ministère de la Santé Publique, on estime chaque année entre 700 à 756, le nombre de nouveaux cas.
Soulignant les conséquences de la fistule, la Première Dame a estimé qu'il n'était pas normal à ce siècle que pour donner naissance, la femme puisse en payer de sa vie ou devenir handicapée du fait d'une fistule survenant toujours à la suite d'un accouchement long et difficile, ou en l'absence d'un personnel de santé qualifié et de soins obstétricaux d'urgence. « En tant que femme et mère, j'éprouve un sentiment d'injustice et de déni de droit à l'endroit de ces concitoyennes, ce d'autant plus que la fistule génitale touche des femmes et des jeunes filles souvent pauvres et illettrées et ayant un accès limité aux services de santé. C'est pour moi un honneur de réaffirmer ici toute ma volonté à soutenir toutes les initiatives de promotion de la santé de la reproduction en général et de la lutte contre la fistule génitale féminine en particulier» a déclaré avec émotion Dr. Malika Issoufou Mahamadou tout en précisant que sans l'accès au traitement, les femmes vivant avec la fistule ont peu de chance de trouver du travail et de mener une vie familiale normale, y compris d'avoir des enfants.
Accablée de honte, la femme souffrant de fistule est littéralement rejetée par la communauté et contrainte à vivre dans l'isolement. Malgré cela, cette morbidité peut être évitée et même guérie. A ce titre, la Première Dame a lancé un vibrant appel à tous les partenaires pour continuer à soutenir les efforts du Gouvernement pour l'amélioration des conditions de vie de la population nigérienne en général et celle des femmes et des enfants en particulier. Pour sa part, le ministre de la Santé Publique, Dr. Idi Illiassou Maïnassaraa a relevé que l'âge moyen du premier mariage d'une femme nigérienne est 15,1 ans, tandis que l'Indice Synthétique de fécondité est de 7,6 enfants par femme avec des maternités très rapprochées. Quant au taux d'accouchement assisté par un personnel qualifié, il est de 30 %. Et, plus de deux femmes sur trois accouchent en dehors des structures de santé.
«L'espoir est permis de croire un jour à l'éradication de cette maladie. Pour combattre cette morbidité maternelle, le Niger, à l'instar des autres pays de la région africaine, a souscrit aux différents engagements internationaux et régionaux en matière d'éradication de la fistule et particulièrement depuis 2003 à la campagne mondiale d'éradication de la fistule lancée par l'UNFPA avec l'appui des partenaires Techniques et Financiers et des organisations de la société civile» a indiqué le Dr. Illiassou Maïnassara, avant de rappeler certaines mesures prises et les actions menées par le Niger pour lutter contre la fistule génitale féminine. Dans le même ordre d'idées, le Représentant du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), M. Nestor Azandegbe a rappelé que son institution a lancé une Campagne mondiale pour éliminer les fistules en 2003 avec comme objectif de rendre la fistule aussi rare dans les pays en développement qu'elle l'est maintenant dans les pays industrialisés.
« La prévention, le traitement et la réinsertion sociale et économique des survivantes de la fistule constituent les trois domaines d'intervention stratégique de cette campagne mondiale à laquelle le Niger a pleinement souscrit. Notre 8ème Programme de Coopération 2004-2018 avec le Niger, a accordé une attention toute particulière à l'appui au Gouvernement dans son combat contre la fistule, au renforcement des capacités des structures sanitaires et des organisations de la société civile. L'UNFPA s'engage à œuvrer pour un monde ou la fistule obstétricale n'existe plus. Mettons fin une fois de plus à cet attentat contre la santé et les droits humains des femmes et des filles, qui les dépouille de leur dignité », a conclu M. Nestor Azandegbe. À l'occasion de la cérémonie, une femme guérie de la fistule a témoigné et d'autres personnes ont évoqué les raisons et les conséquences de la fistule.
Samira Sabou (ONEP)
22/05/17

Société

Rencontre entre la directrice générale du CNUT et la délégation de la TASK Force de la CEDEAO : Pour la promotion de la …

Rencontre entre la directrice générale du CNUT et la délégation de la TASK Force de la CEDEAO : Pour la promotion de la libre circulation des personnes et des biens dans l'Espace communautaire

La directrice générale du Conseil Nigérien des Utilisateurs des Transports Publics (CNUT) Mme Daoura Hadizatou Kafougou a rencontré hier matin une délégation de la TASK Force de la CEDEAO conduite par le Général de Corps d'armées Salou Djibo. Au cours de cette rencontre les deux parties ont échangé sur la question de la circulation des personnes et des biens dans la zone CEDEAO.Au cours de cette rencontre, le chef de la délégation de la...

Remise de don au CSI de Tondigamay dans la commune de Hamdallaye : 15 millions de FCFA en matériel et consommables produ…

Remise de don au CSI de Tondigamay dans la commune de Hamdallaye : 15 millions de FCFA en matériel et consommables produits médicaux offerts par la Fondation Tattali Iyali

Le Centre de Santé Intégré (CSI) du village de Tondigamaye dans la commune rurale de Hamdallaye, a reçu hier, des mains de Mme Sidikou Aïchatou Alassane, secrétaire exécutive de la Fondation Tattali Iyali de la première Dame Dr Lalla Malika Issoufou un don de matériel et consommables médicaux d'une valeur minimale de 15 millions de FCFA. Cet appui de la Fondation Tatali Iyali est destiné à la population du village de Tondigamay et hamea...

Lancement du Financement Additionnel du Programme de Productivité Agricole en Afrique de l'Ouest (PPAAO/WAAPP) : 15 mill…

Lancement du Financement Additionnel du Programme de Productivité Agricole en Afrique de l'Ouest (PPAAO/WAAPP) : 15 millions de dollars US pour consolider les acquis du programme

Le directeur de cabinet du ministre d'Etat, Ministre de l'Agriculture et de l'Elevage, M. Mahamadou Aoudi Diallo, a présidé, hier matin à l'hôtel Gawèye de Niamey, la cérémonie de lancement du Financement Additionnel du Programme de Productivité Agricole en Afrique de l'Ouest (PPAAO/WAAPP). D'un montant de 15 millions USD, ce financement est prévu pour une période de trois ans. La cérémonie s'est déroulée en présence du représentant rés...

Pénurie de gaz à Niamey : Un casse-tête pour les consommateurs

Pénurie de gaz à Niamey : Un casse-tête pour les consommateurs

De longues files de voitures, de motocyclistes et autres piétons devant les points de vente de gaz, d'interminables rangées de bonbonnes de gaz butane devant les dépôts de vente. Nous sommes aux alentours du rond-point Maurice Delens en ce lundi après-midi. Comme dans cette zone, nombreux sont les quartiers de la capitale où le gaz est introuvable. Depuis quelques années, Niamey vit de façon récurrente des pénuries de gaz butane, ce mal...

Le métier de "docker" ou "yan dako" : Gagner sa vie à la sueur de son front

Le métier de "docker" ou "yan dako" : Gagner sa vie à la sueur de son front

Le métier de docker attire de plus en plus de jeunes, pour l'essentiel venus des villages et horizons divers du pays et même des pays voisins. Communément appelés "yan dako" en Haoussa et "kaya-kaya" en Zarma, les dockers prennent leur quartier général au niveau des marchés, de l'autogare ou des grands entrepôts de la capitale. Activité très physique, le métier de docker est toutefois mal rémunéré. Mais ceux qui l'exercent se satisfont,...

Visite de la Première Dame Dr Malika et du président de la Commission de la CEDEAO au Centre National de Référence de la…

Visite de la Première Dame Dr Malika et du président de la Commission de la CEDEAO au Centre National de Référence de la Fistule Obstétricale(CNRFO) : Plaidoyer pour la réhabilitation du centre

En prélude au Forum des Premières dames de la CEDEAO édition 2017 qui se tiendra du 2 au 5 octobre prochain à Niamey, la Première Dame Dr Malika Issoufou Mahamadou, a invité le président de la Commission de la CEDEAO, Dr Marcel Alain De Souza en mission au Niger, à visiter le Centre National de Référence de la Fistule Obstétricale (CNRFO). Le président de la Commission de la CEDEAO et la Première dame se sont rendu hier dans ce centre p...

Point de presse du ministre en charge de l'Enseignement primaire, relatif à l'évaluation d'enseignants contractuels : De…

Point de presse du ministre en charge de l'Enseignement primaire, relatif à l'évaluation d'enseignants contractuels : Des leçons tirées et des mesures envisagées

Le ministère de l'Enseignement primaire, de l'Alphabétisation, de la Promotion des langues nationales et de l'Education civique a organisé le 15 et le 16 juillet dernier un test d'évaluation d'enseignants contractuels « Craie en main ». L'examen concernait les enseignants contractuels diplômés des ENI et ceux dit « Bruts » qui disposeraient du BEPC.Le ministre Daouda Mamadou Marthé a annoncé les résultats globaux définitifs de cette éva...

Hadj 2017 : Le premier vol charter a quitté Niamey le jeudi dernier avec plus de 500 pèlerins

Hadj 2017 : Le premier vol charter a quitté Niamey le jeudi dernier avec plus de 500 pèlerins

Le premier vol charter pour le transport des pèlerins nigériens en terre sainte d'Arabie Saoudite a quitté Niamey jeudi dernier aux environs de 23heures. Le ministre d'Etat, ministre de l'Agriculture et de l'Elevage, M. Albadé Abouba assurant l'intérim du Premier ministre a tenu à être présent au départ de ce vol à l'aéroport international Diori Hamani de Niamey. Il y'avait également le ministre d'Etat, ministre des Transports M. Omar H...

Rencontre des membres du Gouvernement et des responsables des Centrales Syndicales : Le ministre d'Etat Albadé Abouba, P…

Rencontre des membres du Gouvernement et des responsables des Centrales Syndicales : Le ministre d'Etat Albadé Abouba, Premier ministre PI, présente les résultats de l'évaluation des enseignants contractuels

Le Premier Ministre par intérim M. Albadé Abouba, a présidé, hier après-midi, dans la salle des Banquets de la Primature, une rencontre entre les organisateurs de l'évaluation des enseignants contractuels et les responsables en charge des Centrales syndicales. C'était en présence du ministre en charge de l'Enseignement Primaire, de l'Alphabétisation, de la Promotion des Langues Nationales et de l'Education Civique, de celui de l'Enseign...

4ème Session de la Commission paritaire entre la République du Niger et la République du Mali : Poser les bases d'une dé…

4ème Session de la Commission paritaire entre la République du Niger et la République du Mali : Poser les bases d'une délimitation effective de notre frontière commune

La 4ème session de la Commission mixte paritaire pour la matérialisation de la Frontière entre la République du Niger et la République du Mali se tient, depuis hier à Niamey. C'est le Conseiller Technique du ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, M. Alassane Seyboun, qui a présidé la cérémonie d'ouverture en présence du chef de la délégation malienne, M. Aboub...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

A la découverte du village de Tapoa : Un village t…

A la découverte du village de Tapoa : Un village touristique riche de sa biodiversité

Jadis un petit village habité par les gourmantchés, Tapoa est aujourd'hui un camp forestie...

vendredi 11 août 2017

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune…

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays

Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le v...

vendredi 11 août 2017

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Sécurité routière : arrêter l'hécatombe !

Sécurité routière : arrêter l'hécatombe !

Dans un précédent article publié dans cette même rubrique, nous soulignions la nécessité i...

vendredi 11 août 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.