Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Le travail des enfants à Niamey : Entre débrouillardise et exploitation


d-1Le phénomène ne semble nullement choqué et pourtant le travail des enfants prend de l'ampleur à Niamey. Partout en effet, on constate que des enfants, souvent de moins de dix ans, sont en train de se mouiller véritablement la chemise ou la robe pour effectuer un travail qui dépasse des fois largement leur capacité moyennant des espèces sonnantes et trébuchantes dérisoires. Ils sont talibés, scolaires ou bien ils ont abandonné les bancs de l'école depuis belle lurette. Les filles ne sont pas en reste, elles qui travaillent comme domestiques dans certains ménages. Certes pour certains parents, le travail des enfants est normal, mais en suivant pas à pas les concernés dans leurs œuvres, on peut affirmer que les enfants triment véritablement pour gagner leur pain au risque de leur santé, leur avenir, leur vie... Dossier.
Il n'est un secret pour personne que pour vivre heureux et indépendant, il faut nécessairement travailler. En effet, nous avons trouvé des enfants qui travaillent et selon eux, ils le font de façon régulière et tous les jours. Ce triste constat que nous avons vu est amer, très amer. Car les tâches qui sont confiées à ces nombreux enfants que nous avons rencontrés est au-dessus de leur capacité.
En fait, qui sont ces enfants que l'on croise partout dans la ville de Niamey dans les marchés, sur des chantiers de construction, dans des ateliers... Des enfants qui effectuent aussi des tâches ménagères pendant de longues heures dans un milieu ou une situation inconvenante, dans des lieux dangereux et nécessitant l'utilisation d'outils et de matériaux dangereux ou encore obligeant l'enfant à porter souvent des objets trop lourds.
Pour qui travaillent-ils et pour quelle raison ou à quels prix? La plupart de ces enfants sont des talibés venus des villages environnants, qui souvent retournent au village dès la tombée de la première pluie. Mais malheureusement, certains enfants préfèrent rester en ville pour travailler, en s'adonnant au transport des bagages communément appelé ''Kaya Kaya'' ».
Ibrahim Soumaila est l'un de ces enfants talibés, envoyé par ses parents il y a à peine 6 ans. Aujourd'hui, il affirme qu'il fait ''le Kaya-kaya'' depuis l'année passée : « Je travaille avec cette charrette depuis longtemps ; c'est un monsieur qui nous donne ces charrettes en location, en raison de 300 F CFA par jour. Nous versons les 300 F juste avant la descente dans les environs de 18 H. Vraiment, Dieu merci, souvent on gagne 2000 voire 2500 FCFA par jour. Je déduis seulement les frais de location de la brouette et le reste, je l'empoche pour la maison. Mais, il arrive souvent qu'on ne trouve pas de brouette à louer ; quand on arrive en retard. Là, on est obligé de transporter les produits sur la tête. C'est ça qui est le plus difficile et on gagne moins», a-t-il expliqué.
Ali Hassane, que nous avons vu au marché Djamadjé avec sa charrette qu'il pousse tout au long de la journée, amène des marchandises à des revendeurs dans les environs du marché. Nous nous sommes intéressés aussi aux enfants qui, très tôt le matin, convergent vers les différents marchés de la capitale. Bien sûr démunis et même vulnérables, pour aller au marché, ils arrêtent de manière pitoyable et polie tout motard ou véhicule qui se dirige vers le Grand marché en disant '' Béré, aï Kabey'' ou '' Tonton occasion''. Au grand marché, où nous avons trouvé un enfant du nom de Almoustapha Boubacar, venu du quartier Talladjé. En notre présence, l'enfant a aperçu une grande dame dans une boutique. La femme a fait un gros achat et attendait l'emballage, l'enfant s'approcha d'elle en disant « Hajia, Kaya-kaya no ? ». Après un petit silence durant lequel elle semblait se demander si le petit qui lui parait bizarre et étrange pourra transporter ses bagages. Tristement, elle a chargé le petit Almoustapha comme un âne. Il fallait voir la charge! Et surtout quand on se rend compte que le petit n'a même pas encore 12 ans. C'est avec grande-peine que le petit garçon bien chargé habillé par ses légers haillons déchirés a pu transporter les bagages à la gare des taxis de Yantala. Après un long moment à la recherche de taxi, le bagage toujours sur la tête de l'enfant, la bonne dame sort de son sac à mains une pièce de 50 F et dit : « Tiens, petit. Je n'ai pas assez d'argent pour te donner. Que Dieu te bénisse ». La routine! Et c'est comme ça que Almoustapha et bon nombre d'enfants passent leur journée.
Alhaji Amadou, commerçant, affirme que « les enfants là que vous voyez passent toutes leurs journées à transporter des bagages pour des miettes qu'on leur donne, souvent 50 F ou une simple bénédiction». Par ailleurs, il a ajouté que la plupart des enfants qui viennent dans les marchés ne vivent que de leur force, travaillant généralement pour des adultes. Cet avis semble être partagé par Hadjia Mohawe qui estime pourtant que « le travail des enfants permettra de faire des économies pour faire face à certaines dépenses scolaires ; c'est aussi un coup de pouce à la famille.» Mieux, cela les responsabilise. Selon elle, à l'école comme en famille, il faudrait apprendre à l'enfant quelque chose d'utile. « Donc, il faut faire travailler l'enfant. Seulement, il ne faut pas les exploiter en leur donnant des travaux difficiles qui peuvent durer trop longtemps, surtout quand l'enfant est trop jeune », a-t-elle conseillé.
Abdoul Aziz Ibrahim Souley
09/06/17

Société

Accord entre les communautés peules et touareg Daoussahak du département d'Abala au Niger et du Cercle d'Adranboukan au …

Accord entre les communautés peules et touareg Daoussahak du département d'Abala au Niger et du Cercle d'Adranboukan au Mali : Pour la stabilité et la sécurité dans les zones frontalières

Les communautés Peule et Touaregue Daoussahak du département d'Abala au Niger et du Cercle d'Adranboukan au Mali ont procédé, hier après-midi, au Ministère de l'Intérieur, à la signature d'un Accord de paix mettant définitivement fin à la situation de tension et de belligérance qui prévaut entre elles depuis un certain temps. La signature de cet accord supervisée par le ministre d'Etat, Ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, ...

Incendie à la station ORIBA Cité Chinoise : Le pire a été évité !

Incendie à la station ORIBA Cité Chinoise : Le pire a été évité !

Les habitants des quartiers Cité Chinoise et Lazaret ont eu la peur de leur vie suite à un incendie qui s'est déclaré au niveau de la station d'essence ORIBA sur la voie principale menant au rond point de la Cité Francophonie. C'est un incendie d'une rare intensité qui s'est déclenché hier aux environs de 11heures. Heureusement, le feu a été circonscrit grâce à la promptitude, l'abnégation et le professionnalisme des éléments de la prot...

Lancement officiel du programme d'appui à la reforme de l'état civil au Niger 2017-2020 : Pour un état civil moderne et …

Lancement officiel du programme d'appui à la reforme de l'état civil au Niger 2017-2020 : Pour un état civil moderne et efficace

Les pièces d'état civil constituent des documents essentiels pour tout citoyen dans la mesure où elles garantissent le droit d'appartenance à une Nation, à une communauté et à une famille. Au Niger, en dépit des progrès réalisés par l'Etat en matière de délivrance des pièces d'état civil, force est de constater que la problématique est toujours d'actualité. C'est pour maitriser cette question extrêmement importante dans la gouvernance d...

Ouverture hier des journées des écoles doctorales de l'UAM : Renforcement des connaissances des doctorants dans leurs tr…

Ouverture hier des journées des écoles doctorales de l'UAM : Renforcement des connaissances des doctorants dans leurs travaux de recherche

Le collège des écoles doctorales organise depuis hier à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines les journées des écoles doctorales de l'Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM). C'est le Vice-recteur de l'UAM, Chargé de la Recherche et des Relations Extérieures, Pr. Rabani Adamou, qui a présidé la cérémonie d'ouverture en présence des directeurs des écoles doctorales, de M. Fréderic Colin de l'Université Libre de Bruxelles, des ens...

Communiqué du Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Exté…

Communiqué du Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur

La République du Niger a appris avec préoccupation la décision du gouvernement des Etats Unis d'Amérique de reconnaître unilatéralement Jérusalem comme Capitale de l'Etat d'Israël et le transfèrement de son Ambassade de Tel Aviv à Jérusalem.Le Ministère des Affaires Etrangères du Niger rappelle à cet égard les pertinentes Résolutions adoptées sur la question Israélo Palestinienne notamment les Résolutions 465, 476, et 478 du Conseil de ...

18ème édition du Mouloud à Kotchiri (Kollo) : Dans la ferveur religieuse et le respect des valeurs islamiques

18ème édition du Mouloud à Kotchiri (Kollo) : Dans la ferveur religieuse et le respect des valeurs islamiques

La population de Kotchiri a célébré jeudi dernier, la 18ème édition du Mouloud. Une initiative de Cheikh Hassane Kotchiri qui aujourd'hui est en train de prendre de l'ampleur. Comme par les années précédentes, la population de Kotchiri et leurs invités ont célébré dans la joie cette fête. Cette célébration placée sous les auspices du nouveau Cheikh de Kotchiri Amadou Tidjani a été marqué par la présence du Président de l'Assemblée natio...

1er Symposium de Cardiologie : Les facteurs de risques cardiovasculaires au centre de la rencontre

1er Symposium de Cardiologie : Les facteurs de risques cardiovasculaires au centre de la rencontre

Le Premier ministre, Chef du gouvernement SE Brigi Rafini a présidé vendredi dernier la cérémonie d'ouverture du 1er Symposium de cardiologie sur les facteurs de risque cardiovasculaire organisé par la Société nigérienne de cardiologie. C'était en présence des membres du gouvernement, du président de la Société nigérienne de cardiologie Pr. Touré Ali Ibrahim, et des invités venus de la sous région.Dans son intervention, le Premier minis...

Forum national de la Sécurité et de la Défense : Vers l'élaboration de la Politique nationale de sécurité et défense (PN…

Forum national de la Sécurité et de la Défense : Vers l'élaboration de la Politique nationale de sécurité et défense (PNSD)

Le Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) organise depuis le 6 décembre 2017 un forum national de la Sécurité et de la Défense. C'est le ministre Directeur de Cabinet du Président de la République, M. Ouhoumoudou Mahamadou, qui a présidé la cérémonie d'ouverture dudit forum en présence du directeur du CNESS, le Général de Brigade Ibra Boulama Issa. L'objectif visé à travers ce forum est d'échanger sur les questions...

Appui aux populations victimes des inondations des arrondissements III, IV et V de Niamey : Plus de 27 millions de FCFA …

Appui aux populations victimes des inondations des arrondissements III, IV et V de Niamey : Plus de 27 millions de FCFA en vivres et produits d'entretien au profit des sinistrés

Avec le soutien financier de l'USAID, l'ONG World Vision a apporté, dimanche dernier, un appui en biens non alimentaires composés entre autres de couvertures, d'ustensiles de cuisine, nattes, savon et autres produits l'hygiène aux populations des arrondissements communaux III, IV et V de Niamey, victimes d'inondation. Cet appui d'une valeur de 50.000 dollars soit 27 millions de francs CFA entièrement financé par l'USAID est destiné aux ...

4ème session du Comité National du Code Rural : L'état des lieux de la gouvernance foncière en prélude à la tenue des ét…

4ème session du Comité National du Code Rural : L'état des lieux de la gouvernance foncière en prélude à la tenue des états généraux du foncier du Niger

Les membres du comité national du code rural (CNCR) ont tenu, hier à Niamey, la 4ème session ordinaire dudit comité. C'est le ministre d'Etat, ministre de l'Agriculture et de l'Elevage, M Abouba Albadé, président du Conseil national du code rural qui a présidé la cérémonie d'ouverture de cette rencontre en présence de plusieurs membres du gouvernement, des représentants des partenaires techniques et financiers et des membres statutaires...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Le paludisme : Des efforts soutenus dans la lutte …

Le paludisme est une maladie parasitaire qui constitue un problème de santé publique au Ni...

vendredi 27 octobre 2017

Interview de Dr. Hadiza Jackou, Coordinatrice du P…

Cette année encore, le paludisme fait beaucoup de victimes au Niger : quel est le nombre d...

vendredi 27 octobre 2017

Paludisme : Le choix de lutte

La lutte contre le paludisme a été entreprise, à l'échelle internationale, par l'Organisat...

vendredi 27 octobre 2017

L'air du temps

Fuite des cerveaux : à qui la faute ?

Fuite des cerveaux : à qui la faute ?

Dès qu'on parle de fuite de cerveaux, on se tourne à première vue vers l'occident. Et pour...

vendredi 8 décembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.