Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays


d-2Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le village de Alambaré est l'un des gros village de cette entité administrative. A cheval sur Tapoa et Tamou, le village de Alambaré est un village administratif dirigé par un chef de village en la personne de M. Issiaka Alfari. Ce village est un véritable carrefour entre les ethnies de différents pays grâce à son marché hebdomadaire qui a lieu chaque samedi.
Depuis la nuit des temps, les 40 000 habitants de ce village cohabitaient ensemble dans la paix et la quiétude sociale et avec les habitants des autres pays qui fréquentent le marché. La population de ce village est composée de Zarma, de Peuls, de Hausa, de Touareg, de Gourmantchés. La principale activité de cette population est l'agriculture.
Le village de Alambaré est un village qui dispose de plusieurs services sociaux dont une école primaire, un centre de santé intégré (CSI), un agent d'élevage, une mini adduction d'eau potable. L'ensemble de ses services sont opérationnels car dotés du personnel pour leur fonctionnement. Ces services se situent tous à côté du marché du village.
Le marché de Alambaré est composé de deux compartiments. Le marché traditionnel où se vendent toutes sortes d'articles et le marché moderne de bétail, construit depuis septembre 2016. Le samedi 15 juillet 2017, nous nous sommes rendus dans ce marché. C'est un marché fréquenté par les populations frontalières du Burkina Faso, du Nigéria et du Bénin.
Il est 10 heures et déjà le marché est ouvert. Les commerçants (grossistes et détaillants), les revendeurs et autres font leur entrée à compte-gouttes.

Comment se présente ce marché ?
A l'entrée du marché, vous avez un service de contrôle routier assuré par les agents de la gendarmerie. Il y a, à leur côté, leurs collègues des Eaux et forêts qui veillent au trafic des produits environnementaux. Ainsi, tout véhicule ou toute charrette et tout transporteur à dos d'âne, à moto ou autre moyen de transport est tenu de passer par cette unique entrée principale du marché. En dehors de cette mission, ces agents assurent la sécurité des personnes et de leurs biens. Tout litige ou acte condamnable est orienté vers les agents de ces deux services qui le prennent en charge.
Après ces services se trouve le CSI du village. Le jour du marché, c'est le jour de forte fréquentation de ce centre parce que la population surtout environnante profite du jour du marché pour venir faire les consultations et vendre ou acheter quelque chose au marché. A notre arrivée au niveau de ce centre, il y avait une vingtaine de femmes sur les bancs d'attente. Il est difficile d'accéder aux infirmières car elles sont surchargées et nous n'avons pas voulu perturber le service. Mais notre observation nous a permis de comprendre qu'il y a un déficit de personnel et de salles de soins dans ce CSI. Nous avons constaté, pendant près de 30 minutes, que seulement deux agents (des femmes) faisaient des va et vient d'une salle ou d'un bureau à l'autre.
Pour en revenir au marché, à notre arrivée, il n'est pas encore plein. Nous avons cherché et rencontré le chef du village de Alambaré dont un des fils nous a servi de guide pour visiter le marché. Pendant plus de deux heures de temps, nous avons fait le tour du marché y compris le marché de bétail, un marché moderne construit grâce à l'appui du PRODEX.
M. Issiaka Alfari nous a indiqué que cette période d'hivernage n'est pas bonne pour le marché. La fréquentation est très faible. Certains viennent très tôt pour finir vite leurs affaires et retourner pour les travaux champêtres. D'autres usagers du marché viennent tard dans l'après-midi après les travaux champêtres. « Cette situation ne va pas vous permettre d'apprécier la fréquentation du marché », a indiqué le chef du village de Alambaré. Le chef du village a profité de notre passage pour saluer les plus hautes autorités de notre pays pour avoir réalisé le bitumage de la route Niamey-Tapoa qui passe par son village.
M. Issiaka Alfari a souligné que le marché de son village a connu un grand succès de fréquentation après la finalisation des travaux de cette route goudronnée. « Grâce à cette route, notre village a connu plusieurs succès. Pour évacuer les malades, on n'a pas de problèmes. Nous avons des véhicules en permanence. Aussi, cette route a renforcé notre relation avec les villages voisins du Burkina et du Bénin. Il y a beaucoup de gens qui viennent de ces pays pour ce marché. Donc, nous remercions vraiment le Président de la République pour cette réalisation », a clamé le chef du village de Alambaré.
Le quartier des vendeurs de poules et de pintades a constitué la première étape. A ce niveau, nous avons assisté au déchargement et au chargement des véhicules et des charrettes. Ces poules et pintades viennent plus généralement des villages frontaliers du Burkina Faso, du Nigéria et du Bénin. Interrogé sur les prix de ces espèces, M. Moussa, un détaillant, a souligné qu'en ce moment, les prix ont augmenté du simple au double. Il a souligné que cette augmentation est due à l'exploitation de l'or dans la zone de Tamou. « Cette activité nous a amené la vie chère dans la commune de Tamou. Avant cela, nous vivions tranquillement. Tout est abordable. Mais actuellement, on vend les poulets entre 3500 et 4000 FCFA, alors qu'il y a moins d'un mois, ils se vendaient entre 2000 et 2500 FCFA. Pour les pintades, les prix actuels varient entre 4500, 5000 et 6000 FCFA alors qu'avant, on vendait les pintades à seulement 3000 FCFA », a-t-il souligné.
Le marché de Alambaré, c'est aussi un marché où les céréales sont disponibles. Le mil, le sorgho, le niébé et le maïs sont les principales céréales que l'on trouve dans ce marché. Les principaux acheteurs de ces denrées sont les gens du Nigéria. Selon M. Inoussa Bassirou un acheteur, les prix sont abordables. Le sac de mil de 100 kg se vend à 24.000 FCFA, le sorgho à 23.000, le maïs à 22500 FCFA. Il faut aussi noter que ces denrées se vendent aussi en détail.
L'autre aspect qui a attiré notre attention dans ce marché, c'est la vente de la viande. Au quartier des bouchers, nous nous sommes intéressés au contrôle de cette viande. L'agent d'élevage du village nous a assuré que ce contrôle se passe en permanence pour l'ensemble du village. Le jour du marché, c'est un jour spécial, a-t-il souligné. Toutes les viandes sont soumises au contrôle. Interrogé sur les difficultés particulières qu'il rencontre dans son travail, l'agent a souligné qu'il n'a pas de problèmes particuliers ; « tout se passe bien », a-t-il confirmé.

Le marché de bétail
Construit par le PRODEX à environ 114 millions de FCFA, ce marché moderne de bétail est construit sur 5 ha. Le marché à bétail accueille les petits et les gros ruminants. Un système de contrôle d'accès dudit marché, assuré par les agents de la mairie, est mis en place. Le marché se tient le même jour que le marché ordinaire de Alambaré. Les principaux visiteurs de ce marché sont la population environnante qui fournit des animaux et celles des pays voisins du Nigéria, du Burkina Faso et du Bénin. Ces derniers viennent généralement pour se ravitailler en bétails pour revendre au retour dans leurs pays. Selon l'agent de la mairie, M. Issiaka, également percepteur de taxes, en cette période d'hivernage, la fréquentation du marché est faible. Ces derniers temps, nous enregistrons 150 à 200 têtes de petits ruminants et 100 à 150 têtes de gros ruminants. Sur chaque tête, les agents perçoivent 50 FCFA pour les petits ruminants et 100 FCFA pour les gros ruminants, comme taxes d'accès. Par jour, la recette est de 15.000 à 20.000 FCFA pour les petits ruminants et 10.000 à 15.000 FCFA pour les gros ruminants. Les prix varient selon la nature de l'animal. Par exemple, les prix des moutons sont compris entre 30.000 à 125 000 FCFA. Pour la chèvre, le prix est compris entre 15.000 à 20.000 FCFA. Au niveau des gros ruminants, les prix sont compris entre 100.000, 200.000 et 400.000 FCFA, pour les plus grands. Pour les moyens et les petits, on en trouve pour 65.000 et 75.000 FCFA.

Ali Maman(onep)

11/08/17

Société

Flintlock 2018 : Les experts planchent sur la planification finale de l'exercice

Flintlock 2018 : Les experts planchent sur la planification finale de l'exercice

Le Niger accueille l'exercice Flintlock 2018. La cérémonie d'ouverture de la conférence de planification finale de cet exercice militaire international a eu lieu hier au Grand hôtel de Niamey sous la présidence du Chef d'état-major adjoint des armées, le général de brigade Issa Boulama en présence de plusieurs hauts responsables militaires américains, burkinabé, maliens et nigériens. ......Pour lire la suite abonnez- vous

Réunion extraordinaire du Comité Consultatif General du Conseil Africain et Malgache pour l'Enseignement Supérieur (CAME…

Réunion extraordinaire du Comité Consultatif General du Conseil Africain et Malgache pour l'Enseignement Supérieur (CAMES) : Concertation sur les grands enjeux de l'heure

Depuis sa création il y a de cela cinquante ans, le Conseil Africain et Malgache pour l'Enseignement Supérieur (CAMES), a toujours fait des efforts dans le cadre des reformes afin d'adapter les systèmes d'enseignement supérieur et de recherche africains aux standards internationaux. Pour continuer à œuvrer dans la même dynamique, des enseignants chercheurs et chercheurs technologues des universités, des centres et grandes écoles des vin...

Visite du Premier ministre au Centre National d'Energie Solaire (CNES) : Le Gouvernement s'engage à appuyer le centre po…

Visite du Premier ministre au Centre National d'Energie Solaire (CNES) : Le Gouvernement s'engage à appuyer le centre pour assurer la souveraineté énergétique au Niger

Le Premier ministre, Chef du Gouvernement, SE. Brigi Rafini a effectué, dans la matinée du samedi dernier, une visite dans les locaux du Centre National d'Energie Solaire (CNES). Le Chef du gouvernement est allé s'enquérir de la situation de l'institution. A l'issue de cette visite M. Brigi Rafini a assuré de l'engagement du gouvernement à appuyer ce centre pour qu'il soit autonome financièrement afin de dégager des ressources permettan...

Rencontre entre le président de la CNDH et l'ambassadeur du Royaume d'Espagne au Niger : Echanges sur les questions de d…

Rencontre entre le président de la CNDH et l'ambassadeur du Royaume d'Espagne au Niger : Echanges sur les questions de droits humains au menu de la rencontre

Le président de Commission Nationale de Droits Humains (CNDH), Pr. Khalid Ikhiri a reçu vendredi dernier à son cabinet, l'ambassadeur du Royaume d'Espagne au Niger SE. Ricardo Mor Solà. Plusieurs questions liées aux droits humains ont été abordées au cours de cette rencontre. ......Pour lire la suite abonnez- vous

Symposium sur la lutte contre les hépatites virales au Niger, sous le haut patronage de la Première Dame Hadjia Aissata …

Symposium sur la lutte contre les hépatites virales au Niger, sous le haut patronage de la Première Dame Hadjia Aissata Issoufou : Concertation sur des stratégies de lutte contre le fléau

Un Symposium sur la lutte contre les hépatites virales au Niger, placé sous le haut patronage de la Première Dame Hadjia Aissata Issoufou, a tenu ses travaux, hier après-midi, à la Salle Sani Bako du Ministère des Affaires Etrangères. Cette rencontre, organisée dans le cadre du partenariat entre le ministère de la Santé Publique et la Fondation Guri Vie Meilleure, témoigne de l'engagement de ces deux structures à s'investir pleinement d...

Inauguration de l'oasis des entrepreneurs par la Première Dame Dr Malika Issoufou : Un Centre dédié à la promotion de l'…

Inauguration de l'oasis des entrepreneurs par la Première Dame Dr Malika Issoufou : Un Centre dédié à la promotion de l'entrepreneuriat féminin

La Première Dame Dr Malika Issoufou a lancé officiellement, hier, les activités de l'Oasis des entrepreneurs et Empow'her du Niger. Centre de formation, d'accompagnement et de mise en relations pour les entrepreneurs avec pour slogan « les ressources à l'infini » et ayant pour marraine la Première Dame Dr. Malika Issoufou, l'Oasis des entrepreneurs est dédié à l'entrepreneuriat en général et celui des femmes plus particulièrement.Fruit ...

Poursuite de la 7ème foire des maraichers de la région d'Agadez à Niamey : Les députés sur les sites d'exposition pour e…

Poursuite de la 7ème foire des maraichers de la région d'Agadez à Niamey : Les députés sur les sites d'exposition pour encourager les producteurs

Lancée depuis le 10 janvier dernier à la place Toumo et au stade Général Seyni Kountché, la 7ème foire des maraichers de la région d'Agadez bat son plein à Niamey. Sur instruction du président de l'Assemblée nationale SE. Ousseini Tinni, une douzaine d'élus du peuple membres de la Commission développement rural et environnement et leurs collègues de la Commission affaires sociales, ont rendu, hier après-midi, une visite aux exposants ba...

Atelier sur la gestion des inondations au Niger : Pour une meilleure mobilisation et coordination des interventions

Atelier sur la gestion des inondations au Niger : Pour une meilleure mobilisation et coordination des interventions

Comme d'autres pays, le Niger n'est pas épargné par la recrudescence et la récurrence des inondations et ses corollaires. Depuis 2012, le pays et ses partenaires s'activent dans la lutte contre les désagréments que causent ce phénomène naturel en déployant d'énormes d'efforts pour permettre à la population vulnérable d'accroitre sa résilience. C'est dans ce cadre que le Ministère de l'Action humanitaire et de la Gestion des catastrophes...

Santé/Laits et farines infantiles contaminés à la salmonelle : Le Ministère de la Santé Publique interdit la vente de la…

Santé/Laits et farines infantiles contaminés à la salmonelle : Le Ministère de la Santé Publique interdit la vente de laits et farines des marques PICOT, CELIA et ILUMEL sur l'ensemble du territoire national

Dans un communiqué qu'il a rendu public, dimanche dernier, le Ministère de la Santé Publique, annonce que depuis quelques temps, des informations qui circulent font état de la vente, aussi bien en Europe qu'en Afrique, de laits et farines infantiles des gammes PICOT, CELIA et ILUMEL fabriqués et distribués par le laboratoire Lactalis. «Ces produits sont suspectés de contamination à la Salmonelle», prévient le ministre de la santé Publiq...

Remise de don par la Fondation Guri Vie Meilleure aux morgues de l'Hôpital National de Niamey et de l'Hôpital National d…

Remise de don par la Fondation Guri Vie Meilleure aux morgues de l'Hôpital National de Niamey et de l'Hôpital National de Lamordé : Des kits offerts par la Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou à ces deux structures

La Fondation Guri Vie Meilleure de la Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou Mahamadou a offert un don de kits de linceul destiné à la morgue de l'Hôpital National de Niamey (HNN) et à celle de l'Hôpital National de Lamordé (HNL). Le don a été réceptionné par le Secrétaire général Adjoint du Ministère de la Santé publique au cours d'une cérémonie qui s'est déroulée en présence du Secrétaire exécutif de la Fondation, des Directeurs généra...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Le paludisme : Des efforts soutenus dans la lutte …

Le paludisme est une maladie parasitaire qui constitue un problème de santé publique au Ni...

vendredi 27 octobre 2017

Interview de Dr. Hadiza Jackou, Coordinatrice du P…

Cette année encore, le paludisme fait beaucoup de victimes au Niger : quel est le nombre d...

vendredi 27 octobre 2017

Paludisme : Le choix de lutte

La lutte contre le paludisme a été entreprise, à l'échelle internationale, par l'Organisat...

vendredi 27 octobre 2017

L'air du temps

Réseaux sociaux : le cocktail imbuvable du mensonge et de l'intox

Réseaux sociaux : le cocktail imbuvable du mensonge et de l'intox

Avec l'avènement de l'internet, et les innombrables plateformes d'informations plus rapide...

vendredi 19 janvier 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.