Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays


d-2Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le village de Alambaré est l'un des gros village de cette entité administrative. A cheval sur Tapoa et Tamou, le village de Alambaré est un village administratif dirigé par un chef de village en la personne de M. Issiaka Alfari. Ce village est un véritable carrefour entre les ethnies de différents pays grâce à son marché hebdomadaire qui a lieu chaque samedi.
Depuis la nuit des temps, les 40 000 habitants de ce village cohabitaient ensemble dans la paix et la quiétude sociale et avec les habitants des autres pays qui fréquentent le marché. La population de ce village est composée de Zarma, de Peuls, de Hausa, de Touareg, de Gourmantchés. La principale activité de cette population est l'agriculture.
Le village de Alambaré est un village qui dispose de plusieurs services sociaux dont une école primaire, un centre de santé intégré (CSI), un agent d'élevage, une mini adduction d'eau potable. L'ensemble de ses services sont opérationnels car dotés du personnel pour leur fonctionnement. Ces services se situent tous à côté du marché du village.
Le marché de Alambaré est composé de deux compartiments. Le marché traditionnel où se vendent toutes sortes d'articles et le marché moderne de bétail, construit depuis septembre 2016. Le samedi 15 juillet 2017, nous nous sommes rendus dans ce marché. C'est un marché fréquenté par les populations frontalières du Burkina Faso, du Nigéria et du Bénin.
Il est 10 heures et déjà le marché est ouvert. Les commerçants (grossistes et détaillants), les revendeurs et autres font leur entrée à compte-gouttes.

Comment se présente ce marché ?
A l'entrée du marché, vous avez un service de contrôle routier assuré par les agents de la gendarmerie. Il y a, à leur côté, leurs collègues des Eaux et forêts qui veillent au trafic des produits environnementaux. Ainsi, tout véhicule ou toute charrette et tout transporteur à dos d'âne, à moto ou autre moyen de transport est tenu de passer par cette unique entrée principale du marché. En dehors de cette mission, ces agents assurent la sécurité des personnes et de leurs biens. Tout litige ou acte condamnable est orienté vers les agents de ces deux services qui le prennent en charge.
Après ces services se trouve le CSI du village. Le jour du marché, c'est le jour de forte fréquentation de ce centre parce que la population surtout environnante profite du jour du marché pour venir faire les consultations et vendre ou acheter quelque chose au marché. A notre arrivée au niveau de ce centre, il y avait une vingtaine de femmes sur les bancs d'attente. Il est difficile d'accéder aux infirmières car elles sont surchargées et nous n'avons pas voulu perturber le service. Mais notre observation nous a permis de comprendre qu'il y a un déficit de personnel et de salles de soins dans ce CSI. Nous avons constaté, pendant près de 30 minutes, que seulement deux agents (des femmes) faisaient des va et vient d'une salle ou d'un bureau à l'autre.
Pour en revenir au marché, à notre arrivée, il n'est pas encore plein. Nous avons cherché et rencontré le chef du village de Alambaré dont un des fils nous a servi de guide pour visiter le marché. Pendant plus de deux heures de temps, nous avons fait le tour du marché y compris le marché de bétail, un marché moderne construit grâce à l'appui du PRODEX.
M. Issiaka Alfari nous a indiqué que cette période d'hivernage n'est pas bonne pour le marché. La fréquentation est très faible. Certains viennent très tôt pour finir vite leurs affaires et retourner pour les travaux champêtres. D'autres usagers du marché viennent tard dans l'après-midi après les travaux champêtres. « Cette situation ne va pas vous permettre d'apprécier la fréquentation du marché », a indiqué le chef du village de Alambaré. Le chef du village a profité de notre passage pour saluer les plus hautes autorités de notre pays pour avoir réalisé le bitumage de la route Niamey-Tapoa qui passe par son village.
M. Issiaka Alfari a souligné que le marché de son village a connu un grand succès de fréquentation après la finalisation des travaux de cette route goudronnée. « Grâce à cette route, notre village a connu plusieurs succès. Pour évacuer les malades, on n'a pas de problèmes. Nous avons des véhicules en permanence. Aussi, cette route a renforcé notre relation avec les villages voisins du Burkina et du Bénin. Il y a beaucoup de gens qui viennent de ces pays pour ce marché. Donc, nous remercions vraiment le Président de la République pour cette réalisation », a clamé le chef du village de Alambaré.
Le quartier des vendeurs de poules et de pintades a constitué la première étape. A ce niveau, nous avons assisté au déchargement et au chargement des véhicules et des charrettes. Ces poules et pintades viennent plus généralement des villages frontaliers du Burkina Faso, du Nigéria et du Bénin. Interrogé sur les prix de ces espèces, M. Moussa, un détaillant, a souligné qu'en ce moment, les prix ont augmenté du simple au double. Il a souligné que cette augmentation est due à l'exploitation de l'or dans la zone de Tamou. « Cette activité nous a amené la vie chère dans la commune de Tamou. Avant cela, nous vivions tranquillement. Tout est abordable. Mais actuellement, on vend les poulets entre 3500 et 4000 FCFA, alors qu'il y a moins d'un mois, ils se vendaient entre 2000 et 2500 FCFA. Pour les pintades, les prix actuels varient entre 4500, 5000 et 6000 FCFA alors qu'avant, on vendait les pintades à seulement 3000 FCFA », a-t-il souligné.
Le marché de Alambaré, c'est aussi un marché où les céréales sont disponibles. Le mil, le sorgho, le niébé et le maïs sont les principales céréales que l'on trouve dans ce marché. Les principaux acheteurs de ces denrées sont les gens du Nigéria. Selon M. Inoussa Bassirou un acheteur, les prix sont abordables. Le sac de mil de 100 kg se vend à 24.000 FCFA, le sorgho à 23.000, le maïs à 22500 FCFA. Il faut aussi noter que ces denrées se vendent aussi en détail.
L'autre aspect qui a attiré notre attention dans ce marché, c'est la vente de la viande. Au quartier des bouchers, nous nous sommes intéressés au contrôle de cette viande. L'agent d'élevage du village nous a assuré que ce contrôle se passe en permanence pour l'ensemble du village. Le jour du marché, c'est un jour spécial, a-t-il souligné. Toutes les viandes sont soumises au contrôle. Interrogé sur les difficultés particulières qu'il rencontre dans son travail, l'agent a souligné qu'il n'a pas de problèmes particuliers ; « tout se passe bien », a-t-il confirmé.

Le marché de bétail
Construit par le PRODEX à environ 114 millions de FCFA, ce marché moderne de bétail est construit sur 5 ha. Le marché à bétail accueille les petits et les gros ruminants. Un système de contrôle d'accès dudit marché, assuré par les agents de la mairie, est mis en place. Le marché se tient le même jour que le marché ordinaire de Alambaré. Les principaux visiteurs de ce marché sont la population environnante qui fournit des animaux et celles des pays voisins du Nigéria, du Burkina Faso et du Bénin. Ces derniers viennent généralement pour se ravitailler en bétails pour revendre au retour dans leurs pays. Selon l'agent de la mairie, M. Issiaka, également percepteur de taxes, en cette période d'hivernage, la fréquentation du marché est faible. Ces derniers temps, nous enregistrons 150 à 200 têtes de petits ruminants et 100 à 150 têtes de gros ruminants. Sur chaque tête, les agents perçoivent 50 FCFA pour les petits ruminants et 100 FCFA pour les gros ruminants, comme taxes d'accès. Par jour, la recette est de 15.000 à 20.000 FCFA pour les petits ruminants et 10.000 à 15.000 FCFA pour les gros ruminants. Les prix varient selon la nature de l'animal. Par exemple, les prix des moutons sont compris entre 30.000 à 125 000 FCFA. Pour la chèvre, le prix est compris entre 15.000 à 20.000 FCFA. Au niveau des gros ruminants, les prix sont compris entre 100.000, 200.000 et 400.000 FCFA, pour les plus grands. Pour les moyens et les petits, on en trouve pour 65.000 et 75.000 FCFA.

Ali Maman(onep)

11/08/17

Société

Interview président du CSC : «Nos interlocuteurs ont dit qu'ils ont maintenant compris que le CSC est là pour les aider,…

Interview président du CSC : «Nos interlocuteurs ont dit qu'ils ont maintenant compris que le CSC est là pour les aider, pour les guider et même pour les protéger», se réjouit Dr Sani Kabir

Du 30 juillet au 7 août derniers, le président du Conseil supérieur de la Communication (CSC) Dr Sani Kabir a effectué des missions dans les régions de Dosso, de Maradi, de Zinder et de Tahoua. Dans les différents Chefs-lieux des régions, Dr Kabir s'est notamment entretenu avec des journalistes, des autorités administratives et coutumières, des responsables des Forces de défense et de sécurité, des hommes politiques et des membres de la...

Réunion des experts de l'Autorité de développement intégrée du Liptako Gourma (ALG) : Les experts planchent sur plusieur…

Réunion des experts de l'Autorité de développement intégrée du Liptako Gourma (ALG) : Les experts planchent sur plusieurs questions relatives à l'institution

Dans le cadre de la 11ème session extraordinaire et de la 54ème session ordinaire du conseil des ministres de l'Autorité de Développement Intégré des Etats du Liptako Gourma (ALG) les experts de se réunissent du 14 au 17 aout à Niamey. Au cours de ces assises ils auront à statuer définitivement sur les documents inscrits à l'ordre du jour notamment les projets concernant le chronogramme prévisionnel de parachèvement du processus de tran...

Niamey/1er Congrès constitutif du Syndicat Alternatif des Enseignant du Niger (SAEN): « La contractualisation face au tr…

Niamey/1er Congrès constitutif du Syndicat Alternatif des Enseignant du Niger (SAEN): « La contractualisation face au transfert des compétences ; enjeux et perspectives », thème du congrès

La salle de réunions de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) de Niamey a abrité, le samedi 11 Aout dernier, le 1er congrès constitutif du Syndicat Alternatif des Enseignant du Niger (SAEN). Ces assises dirigées par le Secrétaire général, M. Souleymane Bandado se sont ouvertes en présence du Secrétaire général de l'Union Démocratique des Travailleurs du Niger (UDTN), et plusieurs Secrétaires généraux des syndicats affiliés à la...

Conférence de presse du Ministre, Porte Parole du Gouvernement : Poser les jalons d'une dynamique partenariale avec les …

Conférence de presse du Ministre, Porte Parole du Gouvernement : Poser les jalons d'une dynamique partenariale avec les médias

Quelques mois après sa nomination comme ministre, Porte Parole du Gouvernement M. Abdourahaman Zakaria a jugé nécessaire de rencontre hier, 13 Août 2018, la presse nationale et les correspondants des médias internationaux pour une prise de contact à travers un échange interactif. Il a saisi cette occasion pour décliner les missions assignées à ce jeune département ministériel. Il s'est aussi agi pour le ministre Zakaria de poser les jal...

Visite des membres de la Commission des affaires sociales et culturelles de l'Assemblée nationale à la maternité Issaka …

Visite des membres de la Commission des affaires sociales et culturelles de l'Assemblée nationale à la maternité Issaka Gazobi de Niamey : "Nous sommes très satisfaits de trouver un personnel motivé, qui est à la recherche de la satisfaction des pati

Dans le cadre du contrôle de l'action gouvernementale, les membres de la Commission des affaires sociales et culturelles de l'Assemblée nationale ont effectué hier matin une visite à la maternité Issaka Gazobi de Niamey. Cette mission conduite par le président de ladite commission, le député Mamoudou Oumarou intervient, après celles effectuées par la commission, dans les régions de Dosso et de Tillabéri. Ces visites se poursuivront dans...

Dosso : 2ème session ordinaire du Conseil municipal pour l'année 2018

Dosso : 2ème session ordinaire du Conseil municipal pour l'année 2018

Le conseil municipal de Dosso tient depuis lundi 13 août dernier, sa 2ème session ordinaire au titre de l'année 2018. Il sera question au cours des travaux d'adopter le procès verbal de la dernière session. La cérémonie d'ouverture a été présidée par le maire de la commune urbaine de Dosso, président du Conseil M. Issoufou Idrissa en présence du député national Kadri Dodo, du Secrétaire général de la préfecture de Dosso, du représentant...

Appui aux sinistrés de la région de Maradi suite aux fortes précipitations : La fondation Tattali Iyali fait don de 20 t…

Appui aux sinistrés de la région de Maradi suite aux fortes précipitations : La fondation Tattali Iyali fait don de 20 tonnes de riz aux sinistrés

A l'image d'autres régions de notre pays, Maradi n'échappe malheureusement pas aux vagues d'inondations qui affectent les populations. Treize (13) communes de la région ont été touchées pour un total de 42 villages. Ce sont donc 2.299 ménages qui sont déclarés sinistrés pour un total de 20.443 personnes.Face à cette situation, la réaction de la première Dame, Dr Lalla Malika Issoufou à travers sa fondation Tattali IYali a été prompt en ...

Assemblée nationale Les membres de la Commission développement rural et environnement visitent des infrastructures d'éle…

Assemblée nationale Les membres de la Commission développement rural et environnement visitent des infrastructures d'élevage et des sites de récupération de terres

Les membres de la Commission développement rural et environnement de l'Assemblée nationale ont effectué vendredi dernier une série de visites sur les sites relevant du secteur du développement rural à savoir, la station de l'élevage de Kikissoye et le site de récupération de terre de Bougoum. Cette visite entre dans le cadre du contrôle de l'action gouvernementale. La visite est conduite par le président de ladite commission, le député ...

Signature de convention entre le Comité Zinder Saboua et l'ONEP, l'ORTN, l'ANP, l'ARCEP et la société eau minérale ''BEL…

Signature de convention entre le Comité Zinder Saboua et l'ONEP, l'ORTN, l'ANP, l'ARCEP et la société eau minérale ''BELVIE''Synergie d'actions pour une plus grande couverture de l'événement

Dans le cadre de la fête tournante du 18 décembre ou date anniversaire de la proclamation de la République dont la ville de Zinder accueille l'édition 2018, le Comité d'organisation de "Zinder Saboua" continue de nouer des partenariats avec les différentes institutions et sociétés de la place. C'est dans ce cadre que le président dudit Comité, M. Mansour Hadj Daddo, a signé le 10 Août dernier une série de partenariats avec l'Office Nati...

Litige entre le Niger et la Société Africard Les deux parties optent pour un règlement à l'amiable

Litige entre le Niger et la Société Africard Les deux parties optent pour un règlement à l'amiable

Le dossier judiciaire entre la Société Africard et le Niger qui a longtemps défrayé la chronique aussi bien au plan national qu'international avec la saisie de quelques biens de l'Etat du Niger a connu son épilogue. En effet, les deux parties ont librement opté pour un règlement à l'amiable de cette affaire qui n'a que trop duré à travers un protocole d'accord transactionnel signé le 27 juin 2018. C'est le directeur général de l'Agence ...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Le Hadj : Un voyage de tous les sacrifices

Le Hadj : Un voyage de tous les sacrifices

Dans quelques jours, les pèlerins nigériens convergeront Incha Allah vers les Lieux Saints...

vendredi 20 juillet 2018

HADJ 2018 : La question du transport des pèlerins …

HADJ 2018 : La question du transport des pèlerins est déjà réglée

« Nous n'avons aucun problème. Nous allons transporter l'ensemble des pèlerins par le vol ...

vendredi 20 juillet 2018

Le Commissariat à l'Organisation du Hadj et de la …

Le Commissariat à l'Organisation du Hadj et de la Oumrah (COHO) : Le premier vol des pèlerins, prévu le 30 juillet 2018

Le hadj est ce rite religieux pour lequel les autorités nigériennes s'investissent chaque ...

vendredi 20 juillet 2018

L'air du temps

A quand la fin du calvaire ?

A quand la fin du calvaire ?

Alors que les habitants des quartiers inondés de la capitale ne sont pas encore sortis des...

vendredi 10 août 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.