Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Gestion des catastrophes naturelles au Niger : Bientôt une politique nationale pour réduire les impacts sociaux et macroéconomiques négatifs


inondInondations, sécheresse, épidémies, invasions acridiennes, des conflits intercommunautaires, etc. Ce sont là, entre autres, des catastrophes naturelles devenues récurrentes au Niger, exerçant un impact significatif sur les performances macroéconomiques de notre pays. Cette année particulièrement, les catastrophes sont devenues l'objet d'une grande préoccupation pour les populations touchées, ainsi que pour les autorités. En effet, avec les pluies diluviennes qui se sont abattues sur le Niger, plusieurs localités du pays ont été victimes d'inondation, aussi bien dans les centres urbains que dans le milieu rural avec des maisons et des champs envahis par les eaux de ruissellement.
La situation des catastrophes liées à la saison pluvieuse a atteint une telle gravité que les autorités, à travers le Ministère en charge de l'Action Humanitaire et de la Gestion des Catastrophes, ont décidé récemment de doter notre pays d'une Politique nationale de l'Action humanitaire et de la Gestion des Catastrophes, avant la fin de l'année en cours. Déjà, a assuré le Ministre en charge de la question M. Laouan Magagi, un comité composé des acteurs humanitaires, des services techniques de l'Etat, avec l'appui des partenaires techniques et financiers, a été chargé de l'élaboration de cette politique qui sera un outil approprié pour atténuer les souffrances des victimes et les dommages sur l'économie nationale.
En effet, selon la synthèse du Rapport du Fonds Monétaire Internationale (FMI) pour le mois de décembre 2016, rendu public le 21 juillet 2017, les effets néfastes des catastrophes naturelles sur la création de richesse du pays et sur la sécurité alimentaire entravent les efforts déployés pour réduire la pauvreté, alors que les dépenses publiques imprévues engagées pour répondre aux besoins d'urgences humanitaires qui en découlent, sont à l'origine de dérapages budgétaires. Le même rapport précise que « les impacts des catastrophes naturelles, qui se répercutent également sur le niveau des prix, constituent une source de volatilité pour la plupart des variables socioéconomiques, notamment la croissance économique ». Ces phénomènes devenant de plus en plus récurrents au Niger, le rapport du FMI a souligné l'importance, voire la nécessité, de les connaître de façon exhaustive afin de concevoir et gérer les programmes économiques de façon cohérente.
Les catastrophes naturelles, note le FMI, s'expliquent essentiellement par la situation géographique du pays et par la fragilité de son écosystème. « Le changement climatique et la forte croissance démographique aggravent l'impact des catastrophes naturelles et accélèrent la dégradation de la nature. Leur impact négatif sur les revenus et la protection sociale est d'autant plus significatif que l'économie dépend fortement de l'agriculture pluviale (l'agriculture représente 40 % du PIB et assure les revenus de plus de 80 % de la population) », souligne le rapport.
« Même si les autorités ont mis en œuvre un robuste dispositif d'atténuation destiné à traiter les problèmes d'insécurité alimentaire provoqués par ces catastrophes, le Niger reste confronté à de graves pénuries alimentaires lors des années de sécheresse et/ou en cas d'invasions acridiennes, ce qui entretient l'insécurité alimentaire et nutritionnelle. Si les catastrophes naturelles sont devenues plus fréquentes au cours des dernières années, leur impact a été jugulé par le renforcement des institutions en charge de leur prévention et de la gestion des risques, lequel se traduit par des systèmes d'alerte précoce, des plans d'urgence et des programmes de résilience » souligne le rapport du FMI.
Notant que le Niger fait partie des 34 pays du monde présentant un risque très élevé de catastrophes naturelles, le Rapport fait constater que 80% de la superficie du Niger est recouverte par le désert du Sahara et seulement 1 % du territoire reçoit au moins 600 mm de précipitations annuelles en moyenne. «Les conditions climatiques extrêmes accentuent la vulnérabilité à la famine et impactent gravement la production agricole, déstabilisant les performances macroéconomiques, engendrant d'importantes répercussions sur la création de richesse et entravant les mesures de lutte contre la pauvreté dans les zones rurales exposées. D'autres parties du pays sont menacées par la désertification, des pratiques agricoles destructrices et une mauvaise gestion du débit du fleuve Niger », note le FMI.
Or, poursuit le rapport en se référant aux statistiques du Système national de gestion de l'information sur les catastrophes (DESINVENTAR), « le nombre de catastrophes enregistrées entre 1973 et 2014 est estimé à 3.702 catastrophes dont 1.526 épidémies (humaines), 765 inondations, 487 épizooties (animaux), 310 feux de friches, 289 sécheresses, et 158 invasions de ravageurs et de criquets pèlerins». Pire, indique-t-on, la fréquence et le nombre de catastrophes naturelles ont augmenté avec le temps, car environ 85 % des catastrophes enregistrées au cours de la période 1973-2014 se sont produites entre 2001 et 2014.
Les catastrophes les plus néfastes ont été les sécheresses cycliques qui provoquent généralement des pénuries alimentaires, voire des famines. Viennent ensuite les inondations qui affectent essentiellement les régions désertiques d'Agadez et de Tahoua, où elles font des morts, détruisent les infrastructures routières et les logements, et tuent des troupeaux entiers de bovins, d'ovins et de chameaux. A titre d'exemple, le Rapport révèle que les inondations de 2010 et 2012 ont touché 500.000 personnes, celles de 2012 ayant fait 60 morts. « Selon les chiffres du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (BCAH) des Nations Unies, en date du 23 septembre 2016, plus de 123.000 personnes ont été affectées par les inondations de 2016, qui ont provoqué 50 morts et détruit environ 14.000 foyers, essentiellement dans les régions de Maradi, de Tahoua et d'Agadez », précise la même source.
Insistant encore sur l'impact macroéconomique négatif des catastrophes, le rapport indique qu'elles déstabilisent la production agricole, aggravent la volatilité de l'inflation alimentaire, et détériorent le solde budgétaire et le solde des transactions courantes. «De façon générale, l'impact négatif des catastrophes naturelles sur l'activité économique réelle et les prix n'a été que temporaire puisque les chutes de production agricole ont été suivies de rapides reprises», expliquent les experts du FMI.
Cependant, souligne le rapport, notre pays dispose d'atouts dans ce domaine, constant qu'au fil du temps, « le Niger a élaboré un robuste dispositif de prévention et de gestion des catastrophes naturelles ». Ce dispositif, sur bien de points évoqués par le Rapport, pourrait être amélioré. Ce que le gouvernement s'efforce de faire en décidant de l'adoption d'une Politique nationale de l'Action humanitaire et de la Gestion des Catastrophes.

Assane Soumana(onep)
25/08/17

Société

Réunion de haut niveau de l'Organisation des Premières Dames d'Afrique contre le VIH/SIDA (OPDAS), à New York (Etats Uni…

Réunion de haut niveau de l'Organisation des Premières Dames d'Afrique contre le VIH/SIDA (OPDAS), à New York (Etats Unis) : La Première Dame Hadjia Aissata Issoufou met en exergue les actions de la Fondation Guri Vie Meilleure

Après avoir pris une part active au Forum mondial sur la nutrition infantile, à Montréal, au Canada, au cours duquel elle a plaidé en faveur d'une nutrition infantile abondante et de qualité, la Première Dame Hadjia Aissata Issoufou se trouve depuis lundi à New York, aux Etats Unis d'Amérique, pour honorer de sa présence la réunion de haut niveau de l'Organisation des Premières Dames d'Afrique contre le VIH/SIDA (OPDAS) qui se tient en ...

Fin des travaux de la deuxième session ordinaire, au titre de l'année 2017, du Conseil Economique, Social et Culturel (C…

Fin des travaux de la deuxième session ordinaire, au titre de l'année 2017, du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) : Un bilan réconfortant, en dépit que certaines contingences

Après cinq jours d'intenses activités, les travaux de la deuxième session ordinaire, au titre de l'année 2017 du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) ont pris fin, hier après-midi, au Palais des congrès de Niamey, sur une note de satisfaction générale. C'est le président de ladite institution, M. Moussa Moumouni Djermakoye qui a présidé la cérémonie de clôture desdits travaux. La fin de ces travaux coïncidant avec la fin de la...

Cure salée, In'Gall édition 2017 : «Le pastoralisme comme vecteur de paix au Sahel», thème retenu

Cure salée, In'Gall édition 2017 : «Le pastoralisme comme vecteur de paix au Sahel», thème retenu

Le Premier ministre chef du gouvernement, SEM. Brigi Rafini, a présidé, le samedi dernier, la cérémonie de lancement officiel de la Cure Salée ou Tinekert, grand rassemblement des éleveurs. La cure salée, l'évènement annuel le plus important de la localité de In 'Gall s'est tenue comme à l'accoutumée au pied de la petite palmeraie sous la Présidence du Premier ministre chef du gouvernement SEM Brigi Rafini qui pour la circonstance était...

«Il n'y a donc aucun doute à reconnaitre la place qu'occupe le pastoralisme dans la promotion de la paix et du vivre-ens…

«Il n'y a donc aucun doute à reconnaitre la place qu'occupe le pastoralisme dans la promotion de la paix et du vivre-ensemble», déclare SE. Brigi Rafini, Premier ministre, Chef du Gouvernement

«Chers Invités ;Chers Eleveurs ;Population d'Ingall ;Par la grâce de Dieu, nous nous retrouvons, à nouveau, à Ingall, comme il est de coutume, pour la traditionnelle Cure salée. Je voudrais me réjouir de la qualité de l'accueil dont nous avons été l'objet, et saluer cette population d'Ingall si généreuse et si hospitalière ; une générosité et une hospitalité jamais démenties. Générosité et hospitalité légendaires des habitants, auxquell...

Cure salée, édition 2017 : Le Premier ministre visite les stands d'exposition et le CSI d'Ingall

Cure salée, édition 2017 : Le Premier ministre visite les stands d'exposition et le CSI d'Ingall

Les festivités entrant dans le cadre de la célébration de la fête annuelle des éleveurs communément appelée ''Cure Salée'' se poursuivent activement à Ingall. Le thème de cette édition 2017 est « Pastoralisme, vecteur de paix au Sahel». Présent à Ingall, le Premier ministre, Chef du Gouvernement, M. Brigi Rafini, après avoir donné le coup d'envoi des manifestations, a effectué plusieurs visites, samedi dernier. C'est ainsi qu'il a visit...

Décès de notre confrère Joseph Seydou Allakaye : La presse nigérienne perd un de ses grands ''baobabs''

Décès de notre confrère Joseph Seydou Allakaye : La presse nigérienne perd un de ses grands ''baobabs''

C'est avec une profonde consternation que la Rédaction de l'ONEP a appris la disparition, vendredi dernier du journaliste Joseph Seydou Allakaye, des suites d'une maladie. L'enterrement a eu lieu, le samedi 16 septembre après-midi au cimetière de Yantala, à Niamey. Il laisse une veuve, des orphelins et des petits-fils. Cité parmi les doyens de la presse nigérienne, Joseph Seydou Allakaye, a fait ses premier pas dans la presse nationale ...

Intervention de la Première Dame au Forum Mondial sur la Nutrition Infantile (GCNF) à Montréal, au Canada : Hadjia Aissa…

Intervention de la Première Dame au Forum Mondial sur la Nutrition Infantile (GCNF) à Montréal, au Canada : Hadjia Aissata Issoufou appelle les partenaires pour un accompagnement conséquent des programmes d'alimentation scolaire et de nutrition infan

La Première Dame Hadjia Aissata Issoufou participe au Forum mondial sur la nutrition infantile (GCNF) qui se tient du 17 au 21 septembre 2017 à Montréal au Canada. A cette occasion, la première Dame a prononcé un discours devant une assistance constituée de la Présidente du Forum mondial sur la Nutrition, du Directeur du Centre d'excellence du PAM, des ministres issus des pays participants, des représentants du corps diplomatique et des...

Le Chef de l'Etat préside deux cérémonies de prestation de serment : Le 1er président de la Cour de Cassation et un nouv…

Le Chef de l'Etat préside deux cérémonies de prestation de serment : Le 1er président de la Cour de Cassation et un nouveau membre de la Cour Constitutionnelle, renvoyés à l'exercice de leurs fonctions

Le Président de la République, Chef de l'Etat, SE. Issoufou Mahamadou, a présidé vendredi dernier, dans la matinée deux cérémonies de prestation de serment : la première concernant un nouveau membre de la Cour de cassation et la seconde un nouveau membre de la Cour Constitutionnelle. Les prestations de serment se sont déroulées dans l'auditorium Sani Bako du Ministère des Affaires Etrangères.Pour le 1er acte de ces deux cérémonies, c'es...

Lancement officiel de l'approche ''Police de proximité'' projet REGARDS à Bankilaré : Pour une gestion efficace et parti…

Lancement officiel de l'approche ''Police de proximité'' projet REGARDS à Bankilaré : Pour une gestion efficace et participative de la sécurité communautaire

Le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, M. Mohamed Bazoum, a procédé, samedi dernier à Bankilaré, au lancement officiel de l'approche Police de proximité à travers le projet « Renforcement de l'Engagement des Communautés pour la Gestion Alerte des Risques de Déstabilisation Sociales et Sécuritaires » (REGARDS). La cérémonie de lancement s'es...

Conseil Supérieur de la Communication (CSC) : Plaidoyer en faveur de l'adoption des textes sur la communication

Conseil Supérieur de la Communication (CSC) : Plaidoyer en faveur de l'adoption des textes sur la communication

Le Conseil supérieur de la communication (CSC) a organisé, hier matin, une rencontre de plaidoyer pour informer et sensibiliser les participants sur la nécessité d'adopter des textes. Cette rencontre s'est déroulée dans la salle de réunion du CSC, en présence de représentants des institutions et ministères.Le président du Conseil Supérieur de Communication, M. Abourahamane Ousmane, a fait part dans son intervention que « plusieurs avant...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

A la découverte du village de Tapoa : Un village t…

A la découverte du village de Tapoa : Un village touristique riche de sa biodiversité

Jadis un petit village habité par les gourmantchés, Tapoa est aujourd'hui un camp forestie...

vendredi 11 août 2017

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune…

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays

Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le v...

vendredi 11 août 2017

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Exit la ''Pilule'' et le chicha, vive le wifi-club !

Exit la ''Pilule'' et le chicha, vive le wifi-club !

Exit les escapades démentielles à la ''Pilule'' et les virées dans les lieux vaporeux des ...

vendredi 15 septembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.