Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Centre National de Référence de la Fistule Obstétricale (CNRFO) : Redonner de l'espoir aux femmes fistuleuses


AAIMG 1253La fistule est une maladie qui survient chez les femmes suite à des complications liées à l'accouchement. Au Niger, cette maladie est devenue un problème de santé publique au point où l'Etat a décidé en 2008 de créer à Niamey, un centre national de référence de la Fistule Obstétricale afin de prendre en charge gratuitement les patientes. Ce centre est situé dans le premier arrondissement communal de Niamey, précisément au quartier SONUCI Nord. Il accueille aussi bien des patientes venues de toutes les régions du Niger que des pays voisins comme le Mali ; le Nigeria ; le Burkina Faso et le Benin. Mais c'est en 2013 que le centre a véritablement commencé à fonctionner. Sa capacité d'accueil a connu une évolution sensible en passant de 38 lits à 50 actuellement.
Le CNRFO offre certains services notamment la consultation des patientes et leur prise en charge en l'occurrence le traitement qui est le plus souvent chirurgical. Toutefois, il y a certains cas qu'on peut traiter avec la sonde à condition que la fistule soit détectée précocement ou lorsqu'elle n'est pas très grande. Le centre a pour principales missions de prendre en charge toutes les femmes qui s'y présentent et qui souffrent de fistule obstétricale (prise en charge curative, chirurgicale ; psychologique et la réinsertion des patientes qui le nécessitent) ; de former des futurs gynécologues ainsi que d'autres déjà formés mais ayant un besoin de renforcement des capacités ; de participer activement à la mise en œuvre et à l'évaluation de la stratégie nationale d'éradication de la fistule et enfin de promouvoir la recherche dans ce domaine. C'est justement dans ce cadre que les Premières Dames de l'espace CEDEAO vont se réunir en octobre à Niamey pour réfléchir sur la maladie dont l'ampleur est inquiétante surtout dans les pays africains.
Dr. Lucien Djangnikpo, Gynécologue obstétricien est actuellement le seul médecin qui réalise des interventions chirurgicales dans ce centre de référence de la fistule obstétricale. Il est le « réparateur des femmes » atteintes de la fistule obstétricale à l'image du congolais Dr. Denis Mukwege, fervent militant des droits humains qui lui, redonne l'espoir aux femmes et jeunes filles congolaises victimes de viol. Un bureau exigu et une mini-pharmacie pour le traitement des urgences, en disent beaucoup sur les moyens dont dispose le centre.

Qu'est-ce que la fistule
obstétricale ?
Dr. Lucien Djangnikpo explique que la fistule obstétricale est une communication, une blessure, un trou qui se créé entre la vessie (le réservoir d'urine) et les voies génitales de la femme notamment le vagin. Mieux, c'est une blessure qui est occasionnée par une complication à l'accouchement au cours duquel la femme n'a pas été secourue et traitée à temps. Comme il y a un trou entre la vessie et le vagin, la patiente ne peut plus garder l'urine. Celle-ci coule directement pour traverser le vagin pour sortir et en permanence. La femme qui était partie accouchée revient avec ce problème d'incontinence. La fistule est dite obstétricale parce qu'elle survient après un accouchement. Cette maladie est bel et bien guérissable. Cependant, il faut dire que c'est une chirurgie qui cause beaucoup de problèmes de par le monde. C'est en fait une chirurgie qui est complexe et difficile.
La maladie a connu une évolution dans la mesure où sur le plan historique, la fistule existait dans tous les pays du monde. Mais aujourd'hui, la fistule obstétricale ne se voit que dans les pays africains notamment dans les pays au Sud du Sahara, en Asie et en Amérique du Sud. C'est dans ces pays qu'on peut trouver des femmes qui passent des jours en travail parce qu'elles sont très loin des centres de santé ; parce qu'il n'y a pas de route pour les évacuer, a expliqué Dr. Lucien Djangnikpo. Par ailleurs, il faut préciser que les facteurs de risque sont nombreux. On peut citer par exemple le mariage précoce ; la non scolarisation de la jeune fille ; l'accouchement à domicile ; la grossesse et l'accouchement précoces ; l'ignorance et la pauvreté etc.

Des résultats tangibles dans le traitement et la guérison de la fistule au niveau du centre de référence
Bien que la fistule soit une maladie dont la chirurgie est complexe, les patientes guérissent. Dans le Centre National de Référence de la Fistule Obstétricale, le taux de guérison est satisfaisant. Il avoisine selon Dr. Lucien Djangnikpo les 90%. Néanmoins, la guérison peut s'obtenir après un ou deux, voire plusieurs traitements. Lors que les patientes guérissent tôt, il ne se pose pas un problème de foyer. Sur le plan traitement, il faut relever son caractère gratuit. Les patientes qui sont admises au centre ne payent ni l'hospitalisation, encore moins la nourriture. Elles sont nourries avec l'appui de l'Etat et ses partenaires. Quand les patientes arrivent, la démarche veut qu'elles aient la consultation, puis le bilan préopératoire et l'intervention. Ce processus peut prendre une à deux semaines. Après l'opération, les patientes doivent observer deux à trois semaines avant d'être réexaminées. Si elles sont guéries, on les libère. Si la fistule n'est pas totalement fermée, on les reprogramme. Par ailleurs, il y a des cas graves dès au départ notamment pour celles qui trainent la maladie pendant 5 à 10 ans. Il existe plusieurs types de fistule. Mais la fistule vesico-vaginale est la plus fréquente.

Le nombre des interventions au CNRFO
De sa création à aujourd'hui, le Centre National de Référence de la Fistule Obstétricale a réalisé plusieurs interventions. En 2013, date à laquelle le centre a débuté ses activités, il y a eu 68 opérations chirurgicales ; 144 interventions en 2014 ; 219 opérations en 2015 ; 253 interventions en 2016 et 105 opérations pour l'année en cours. '' Même si nous avons opéré beaucoup des femmes en 2016 plus qu'en 2015, il a été constaté au cours du deuxième trimestre de l'année 2016, une baisse des interventions'', a souligné Dr. Lucien. Cela s'explique par le fait qu'il y a une diminution timide des patientes qui se présentent au centre. Cette diminution a continué en 2017. A la date du 18 septembre 2017, 26 patientes suivent le traitement dans le centre national de référence de la Fistule Obstétricale qui ne compte que 28 agents y compris les bénévoles. Parmi cet effectif, il n'ya qu'un seul médecin spécialiste disponible pour l'instant dans un centre qui est appelé régulièrement à faire des interventions. En 2015-2016, Dr Lucien faisait trois (3) à quatre (4) interventions par jour. Ce qui selon lui, joue véritablement sur la santé des patientes.

Des difficultés qui entravent le service du CNRFO
Le centre national de référence de la fistule obstétricale rencontre beaucoup de problèmes notamment au niveau des infrastructures. Au nombre de ces difficultés on peut noter le manque de laboratoire biomédicale ; l'absence de service de kinésie-thérapie, de buanderie, de cuisine, d'incinérateur; l'insuffisance du personnel et de capacité d'accueil. Toutefois, il faut reconnaitre que sur le plan médicament, le CNRFO n'a aucun problème grâce à l'appui de l'Etat et de ses partenaires. Même si les produits sont mal conservés, la salle de pharmacie est bien garnie en médicaments et les patientes sont satisfaites de la prise en charge.
Hassane Daouda(onep)
05/10/17

Société

Dosso/Education : Première édition de remise de prix du projet Sarraounia

Dosso/Education : Première édition de remise de prix du projet Sarraounia

Le projet Sarraounia, un projet d'appui à la scolarisation des jeunes filles dans la région de Dosso mis en œuvre par le ministère des Enseignements secondaires en collaboration avec la Coopération technique belge (CTB) a organisé le samedi dernier la première édition de remise de prix suite à une compétition au niveau de six établissements secondaires où intervient le projet. Le thème retenu pour la présente édition est « Encourageons ...

Célébration du 69ème anniversaire de la DUDH à Agadez 2017 : Pr. Khalid Ikhiri préside les festivités

Célébration du 69ème anniversaire de la DUDH à Agadez 2017 : Pr. Khalid Ikhiri préside les festivités

Du 9 au 11 décembre 2017, Agadez a accueilli les activités commémoratives du 69ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme(DUDH). Les manifestations placées sous le patronage du Président de la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) Pr. Khalid Ikhiri, se sont étalées sur trois jours. C'est la salle de réunion de l'ONG Imane de la ville d'Agadez qui a servi de cadre au lancement des activités, rehaussé pa...

Accord entre les communautés peules et touareg Daoussahak du département d'Abala au Niger et du Cercle d'Adranboukan au …

Accord entre les communautés peules et touareg Daoussahak du département d'Abala au Niger et du Cercle d'Adranboukan au Mali : Pour la stabilité et la sécurité dans les zones frontalières

Les communautés Peule et Touaregue Daoussahak du département d'Abala au Niger et du Cercle d'Adranboukan au Mali ont procédé, hier après-midi, au Ministère de l'Intérieur, à la signature d'un Accord de paix mettant définitivement fin à la situation de tension et de belligérance qui prévaut entre elles depuis un certain temps. La signature de cet accord supervisée par le ministre d'Etat, Ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, ...

Incendie à la station ORIBA Cité Chinoise : Le pire a été évité !

Incendie à la station ORIBA Cité Chinoise : Le pire a été évité !

Les habitants des quartiers Cité Chinoise et Lazaret ont eu la peur de leur vie suite à un incendie qui s'est déclaré au niveau de la station d'essence ORIBA sur la voie principale menant au rond point de la Cité Francophonie. C'est un incendie d'une rare intensité qui s'est déclenché hier aux environs de 11heures. Heureusement, le feu a été circonscrit grâce à la promptitude, l'abnégation et le professionnalisme des éléments de la prot...

Lancement officiel du programme d'appui à la reforme de l'état civil au Niger 2017-2020 : Pour un état civil moderne et …

Lancement officiel du programme d'appui à la reforme de l'état civil au Niger 2017-2020 : Pour un état civil moderne et efficace

Les pièces d'état civil constituent des documents essentiels pour tout citoyen dans la mesure où elles garantissent le droit d'appartenance à une Nation, à une communauté et à une famille. Au Niger, en dépit des progrès réalisés par l'Etat en matière de délivrance des pièces d'état civil, force est de constater que la problématique est toujours d'actualité. C'est pour maitriser cette question extrêmement importante dans la gouvernance d...

Ouverture hier des journées des écoles doctorales de l'UAM : Renforcement des connaissances des doctorants dans leurs tr…

Ouverture hier des journées des écoles doctorales de l'UAM : Renforcement des connaissances des doctorants dans leurs travaux de recherche

Le collège des écoles doctorales organise depuis hier à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines les journées des écoles doctorales de l'Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM). C'est le Vice-recteur de l'UAM, Chargé de la Recherche et des Relations Extérieures, Pr. Rabani Adamou, qui a présidé la cérémonie d'ouverture en présence des directeurs des écoles doctorales, de M. Fréderic Colin de l'Université Libre de Bruxelles, des ens...

Communiqué du Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Exté…

Communiqué du Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur

La République du Niger a appris avec préoccupation la décision du gouvernement des Etats Unis d'Amérique de reconnaître unilatéralement Jérusalem comme Capitale de l'Etat d'Israël et le transfèrement de son Ambassade de Tel Aviv à Jérusalem.Le Ministère des Affaires Etrangères du Niger rappelle à cet égard les pertinentes Résolutions adoptées sur la question Israélo Palestinienne notamment les Résolutions 465, 476, et 478 du Conseil de ...

18ème édition du Mouloud à Kotchiri (Kollo) : Dans la ferveur religieuse et le respect des valeurs islamiques

18ème édition du Mouloud à Kotchiri (Kollo) : Dans la ferveur religieuse et le respect des valeurs islamiques

La population de Kotchiri a célébré jeudi dernier, la 18ème édition du Mouloud. Une initiative de Cheikh Hassane Kotchiri qui aujourd'hui est en train de prendre de l'ampleur. Comme par les années précédentes, la population de Kotchiri et leurs invités ont célébré dans la joie cette fête. Cette célébration placée sous les auspices du nouveau Cheikh de Kotchiri Amadou Tidjani a été marqué par la présence du Président de l'Assemblée natio...

1er Symposium de Cardiologie : Les facteurs de risques cardiovasculaires au centre de la rencontre

1er Symposium de Cardiologie : Les facteurs de risques cardiovasculaires au centre de la rencontre

Le Premier ministre, Chef du gouvernement SE Brigi Rafini a présidé vendredi dernier la cérémonie d'ouverture du 1er Symposium de cardiologie sur les facteurs de risque cardiovasculaire organisé par la Société nigérienne de cardiologie. C'était en présence des membres du gouvernement, du président de la Société nigérienne de cardiologie Pr. Touré Ali Ibrahim, et des invités venus de la sous région.Dans son intervention, le Premier minis...

Forum national de la Sécurité et de la Défense : Vers l'élaboration de la Politique nationale de sécurité et défense (PN…

Forum national de la Sécurité et de la Défense : Vers l'élaboration de la Politique nationale de sécurité et défense (PNSD)

Le Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) organise depuis le 6 décembre 2017 un forum national de la Sécurité et de la Défense. C'est le ministre Directeur de Cabinet du Président de la République, M. Ouhoumoudou Mahamadou, qui a présidé la cérémonie d'ouverture dudit forum en présence du directeur du CNESS, le Général de Brigade Ibra Boulama Issa. L'objectif visé à travers ce forum est d'échanger sur les questions...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Le paludisme : Des efforts soutenus dans la lutte …

Le paludisme est une maladie parasitaire qui constitue un problème de santé publique au Ni...

vendredi 27 octobre 2017

Interview de Dr. Hadiza Jackou, Coordinatrice du P…

Cette année encore, le paludisme fait beaucoup de victimes au Niger : quel est le nombre d...

vendredi 27 octobre 2017

Paludisme : Le choix de lutte

La lutte contre le paludisme a été entreprise, à l'échelle internationale, par l'Organisat...

vendredi 27 octobre 2017

L'air du temps

Fuite des cerveaux : à qui la faute ?

Fuite des cerveaux : à qui la faute ?

Dès qu'on parle de fuite de cerveaux, on se tourne à première vue vers l'occident. Et pour...

vendredi 8 décembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.