Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Centre National de Référence de la Fistule Obstétricale (CNRFO) : Redonner de l'espoir aux femmes fistuleuses


AAIMG 1253La fistule est une maladie qui survient chez les femmes suite à des complications liées à l'accouchement. Au Niger, cette maladie est devenue un problème de santé publique au point où l'Etat a décidé en 2008 de créer à Niamey, un centre national de référence de la Fistule Obstétricale afin de prendre en charge gratuitement les patientes. Ce centre est situé dans le premier arrondissement communal de Niamey, précisément au quartier SONUCI Nord. Il accueille aussi bien des patientes venues de toutes les régions du Niger que des pays voisins comme le Mali ; le Nigeria ; le Burkina Faso et le Benin. Mais c'est en 2013 que le centre a véritablement commencé à fonctionner. Sa capacité d'accueil a connu une évolution sensible en passant de 38 lits à 50 actuellement.
Le CNRFO offre certains services notamment la consultation des patientes et leur prise en charge en l'occurrence le traitement qui est le plus souvent chirurgical. Toutefois, il y a certains cas qu'on peut traiter avec la sonde à condition que la fistule soit détectée précocement ou lorsqu'elle n'est pas très grande. Le centre a pour principales missions de prendre en charge toutes les femmes qui s'y présentent et qui souffrent de fistule obstétricale (prise en charge curative, chirurgicale ; psychologique et la réinsertion des patientes qui le nécessitent) ; de former des futurs gynécologues ainsi que d'autres déjà formés mais ayant un besoin de renforcement des capacités ; de participer activement à la mise en œuvre et à l'évaluation de la stratégie nationale d'éradication de la fistule et enfin de promouvoir la recherche dans ce domaine. C'est justement dans ce cadre que les Premières Dames de l'espace CEDEAO vont se réunir en octobre à Niamey pour réfléchir sur la maladie dont l'ampleur est inquiétante surtout dans les pays africains.
Dr. Lucien Djangnikpo, Gynécologue obstétricien est actuellement le seul médecin qui réalise des interventions chirurgicales dans ce centre de référence de la fistule obstétricale. Il est le « réparateur des femmes » atteintes de la fistule obstétricale à l'image du congolais Dr. Denis Mukwege, fervent militant des droits humains qui lui, redonne l'espoir aux femmes et jeunes filles congolaises victimes de viol. Un bureau exigu et une mini-pharmacie pour le traitement des urgences, en disent beaucoup sur les moyens dont dispose le centre.

Qu'est-ce que la fistule
obstétricale ?
Dr. Lucien Djangnikpo explique que la fistule obstétricale est une communication, une blessure, un trou qui se créé entre la vessie (le réservoir d'urine) et les voies génitales de la femme notamment le vagin. Mieux, c'est une blessure qui est occasionnée par une complication à l'accouchement au cours duquel la femme n'a pas été secourue et traitée à temps. Comme il y a un trou entre la vessie et le vagin, la patiente ne peut plus garder l'urine. Celle-ci coule directement pour traverser le vagin pour sortir et en permanence. La femme qui était partie accouchée revient avec ce problème d'incontinence. La fistule est dite obstétricale parce qu'elle survient après un accouchement. Cette maladie est bel et bien guérissable. Cependant, il faut dire que c'est une chirurgie qui cause beaucoup de problèmes de par le monde. C'est en fait une chirurgie qui est complexe et difficile.
La maladie a connu une évolution dans la mesure où sur le plan historique, la fistule existait dans tous les pays du monde. Mais aujourd'hui, la fistule obstétricale ne se voit que dans les pays africains notamment dans les pays au Sud du Sahara, en Asie et en Amérique du Sud. C'est dans ces pays qu'on peut trouver des femmes qui passent des jours en travail parce qu'elles sont très loin des centres de santé ; parce qu'il n'y a pas de route pour les évacuer, a expliqué Dr. Lucien Djangnikpo. Par ailleurs, il faut préciser que les facteurs de risque sont nombreux. On peut citer par exemple le mariage précoce ; la non scolarisation de la jeune fille ; l'accouchement à domicile ; la grossesse et l'accouchement précoces ; l'ignorance et la pauvreté etc.

Des résultats tangibles dans le traitement et la guérison de la fistule au niveau du centre de référence
Bien que la fistule soit une maladie dont la chirurgie est complexe, les patientes guérissent. Dans le Centre National de Référence de la Fistule Obstétricale, le taux de guérison est satisfaisant. Il avoisine selon Dr. Lucien Djangnikpo les 90%. Néanmoins, la guérison peut s'obtenir après un ou deux, voire plusieurs traitements. Lors que les patientes guérissent tôt, il ne se pose pas un problème de foyer. Sur le plan traitement, il faut relever son caractère gratuit. Les patientes qui sont admises au centre ne payent ni l'hospitalisation, encore moins la nourriture. Elles sont nourries avec l'appui de l'Etat et ses partenaires. Quand les patientes arrivent, la démarche veut qu'elles aient la consultation, puis le bilan préopératoire et l'intervention. Ce processus peut prendre une à deux semaines. Après l'opération, les patientes doivent observer deux à trois semaines avant d'être réexaminées. Si elles sont guéries, on les libère. Si la fistule n'est pas totalement fermée, on les reprogramme. Par ailleurs, il y a des cas graves dès au départ notamment pour celles qui trainent la maladie pendant 5 à 10 ans. Il existe plusieurs types de fistule. Mais la fistule vesico-vaginale est la plus fréquente.

Le nombre des interventions au CNRFO
De sa création à aujourd'hui, le Centre National de Référence de la Fistule Obstétricale a réalisé plusieurs interventions. En 2013, date à laquelle le centre a débuté ses activités, il y a eu 68 opérations chirurgicales ; 144 interventions en 2014 ; 219 opérations en 2015 ; 253 interventions en 2016 et 105 opérations pour l'année en cours. '' Même si nous avons opéré beaucoup des femmes en 2016 plus qu'en 2015, il a été constaté au cours du deuxième trimestre de l'année 2016, une baisse des interventions'', a souligné Dr. Lucien. Cela s'explique par le fait qu'il y a une diminution timide des patientes qui se présentent au centre. Cette diminution a continué en 2017. A la date du 18 septembre 2017, 26 patientes suivent le traitement dans le centre national de référence de la Fistule Obstétricale qui ne compte que 28 agents y compris les bénévoles. Parmi cet effectif, il n'ya qu'un seul médecin spécialiste disponible pour l'instant dans un centre qui est appelé régulièrement à faire des interventions. En 2015-2016, Dr Lucien faisait trois (3) à quatre (4) interventions par jour. Ce qui selon lui, joue véritablement sur la santé des patientes.

Des difficultés qui entravent le service du CNRFO
Le centre national de référence de la fistule obstétricale rencontre beaucoup de problèmes notamment au niveau des infrastructures. Au nombre de ces difficultés on peut noter le manque de laboratoire biomédicale ; l'absence de service de kinésie-thérapie, de buanderie, de cuisine, d'incinérateur; l'insuffisance du personnel et de capacité d'accueil. Toutefois, il faut reconnaitre que sur le plan médicament, le CNRFO n'a aucun problème grâce à l'appui de l'Etat et de ses partenaires. Même si les produits sont mal conservés, la salle de pharmacie est bien garnie en médicaments et les patientes sont satisfaites de la prise en charge.
Hassane Daouda(onep)
05/10/17

Société

5ème semaine de l'aviation civile à Niamey : «Je voudrais saluer ici l'accompagnement exemplaire de l'OACI à travers son…

5ème semaine de l'aviation civile à Niamey : «Je voudrais saluer ici l'accompagnement exemplaire de l'OACI à travers son Bureau régional accrédité qui travaille en harmonie avec l'ANAC du Niger dans la mise en œuvre des plans d'actions correctrices c

Niamey accueille, depuis le 16 et ce jusqu'au 20 juillet prochain, les activités entrant dans le cadre de la 5ème semaine de l'aviation civile dans la région Afrique et océan indien (AFI). Le lancement de ces activités qui s'est déroulé le lundi 16 juin au Palais des Congrès, a été présidé par le Premier ministre, Chef du gouvernement SE. Brigi Rafini en présence de la Secrétaire générale de l'Organisation de l'aviation civile (OACI) Dr...

Sixième session ordinaire du comité bilatéral frontalier (CBF) Niger-Algérie : Le ministre d'Etat Bazoum Mohamed dresse …

Sixième session ordinaire du comité bilatéral frontalier (CBF) Niger-Algérie : Le ministre d'Etat Bazoum Mohamed dresse un bilan de la mise en œuvre des recommandations de la dernière session ordinaire du CBF

Le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la sécurité publique, de la décentralisation et des affaires coutumières et religieuses, M Bazoum Mohamed conduisant une importante délégation, a participé aux travaux de la 6ème session ordinaire du comité bilatéral frontalier Niger-Algérie, tenue à Alger, les 15 et 16 juillet dernier. Le ministre d'Etat était aux côtés de son homologue algérien M Nouredine Bedoui.La session ordinaire du ...

6ème session du Comité bilatéral frontalier algéro-nigérien : Les questions de développement, de sécurité et de gestion …

6ème session du Comité bilatéral frontalier algéro-nigérien : Les questions de développement, de sécurité et de gestion des frontières au menu des travaux

Les travaux de la 6ème session du Comité bilatéral frontalier algéro-nigérien (CBF) ont débuté dimanche au Centre international des conférences Abdelatif Rehal (CIC) à Alger, pour discuter plusieurs dossiers relatifs au renforcement de la coopération sécuritaire et socio-économique au niveau des zones frontalières. La rencontre est présidée par le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Nour...

Remise de distinction à l'ONG Jeunesse-Enfance-Migration-Développement : Une reconnaissance des actions de l'organisatio…

Remise de distinction à l'ONG Jeunesse-Enfance-Migration-Développement : Une reconnaissance des actions de l'organisation en matière de lutte contre la migration irrégulière

Le président de l'ONG Jeunesse-Enfance-Migration-Développement, M. Manou Nabara Hamidou a reçu une distinction des mains de l'ambassadeur de la Délégation l'Union Européenne en République du Niger. C'était hier au cours d'une cérémonie organisée par l'Union Européenne à travers sa délégation au Niger. Cette cérémonie coïncidant avec la célébration de la Journée Mondiale des Compétences des Jeunes, est une manière pour l'UE d'encourager ...

Rapport d'évaluation intégrée de l'infrastructure nucléaire du Niger en Phase 1 : Une étape supplémentaire vers la concr…

Rapport d'évaluation intégrée de l'infrastructure nucléaire du Niger en Phase 1 : Une étape supplémentaire vers la concrétisation du Programme électronucléaire du pays

La Ministre de l'Energie, Mme Amina Moumouni a reçu hier matin, des mains du Directeur général Adjoint de l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA), M. Miktail Chudakov, le Rapport d'évaluation intégrée de l'infrastructure nucléaire (INIR) du Niger en Phase 1. La cérémonie s'est déroulée en présence de la présidente de la Haute Autorité Nigérienne à l'Energie Atomique (HANEA). Ce rapport contient des recommandations et des su...

Encombrement au niveau de l'échangeur Diori Hamani : "Il ne faut pas exclure des mesures coercitives pour faire rég…

Encombrement au niveau de l'échangeur Diori Hamani : "Il ne faut pas exclure des mesures coercitives pour faire régner l'ordre au niveau de certains carrefours de la capitale", déclare le président de la Délégation spéciale de la Ville de Niamey

Baptisé du nom du premier Président de la République du Niger, et père de l'indépendance du pays, Diori Hamani, le troisième échangeur de Niamey est un méga projet structurant. Il a été inauguré le 3 avril 2018 par le Président de la République Issoufou Mahamadou qui en avait lancé les travaux le 26 juin 2015. La construction de cet échangeur rentre dans le cadre du programme "Niamey Nyala", ou Niamey la coquette. Sa réalisation, comme ...

Atelier national de réflexion et d'échange sur la migration des jeunes et la nutrition: Motiver les jeunes à rester et t…

Atelier national de réflexion et d'échange sur la migration des jeunes et la nutrition: Motiver les jeunes à rester et travailler chez eux

Le Centre de formation en agro-écologie de Winditan accueille, du 14 au 18 juillet 2018, un atelier national de réflexions et d'échanges sur l'immigration des jeunes. Cette rencontre qui regroupe une centaine de personnes, venant de toutes les régions du Niger est organisée par la Plateforme Paysanne du Niger (PFPN). Plusieurs membres du gouvernement dont, le ministre d'Etat, ministre de l'Agriculture et de l'Elevage, celui de l'Entrepr...

Mise en service des Postes de Contrôle Juxtaposés de Malanville : Faciliter la libre circulation des biens et des person…

Mise en service des Postes de Contrôle Juxtaposés de Malanville : Faciliter la libre circulation des biens et des personnes

Les Postes de Contrôle Juxtaposés de Malanville ont été mis en service le jeudi 12 juillet dernier lors d'une cérémonie présidée par le représentant du président de la Commission de l'UEMOA, M. Ibrahim Diémé. Il s'est agi à travers la construction de cet important patrimoine sous-régional de contribuer entre autres à l'amélioration de la libre circulation des biens et des personnes, et de booster le développement socio-économique de l'e...

Réunion des membres du Comité Zinder Saboua : Faire l'état d'avancement des travaux

Réunion des membres du Comité Zinder Saboua : Faire l'état d'avancement des travaux

La réunion des membres du comité Zinder Saboua, chargé de l'organisation du 60ème anniversaire de la proclamation de la République du Niger, qui aura lieu le 18 décembre 2018 à Zinder, s'est tenue hier, au siège dudit comité sis dans les locaux de l'ex Direction du Matériel des Travaux Publics. Il s'agit de faire le point avec les présidents des Commissions Spécialisées sur l'état d'avancement des travaux ; les activités des Commissions...

Visite de l'usine de production d'eau potable de Goudel : Des progrès et des efforts pour répondre aux attentes des cons…

Visite de l'usine de production d'eau potable de Goudel : Des progrès et des efforts pour répondre aux attentes des consommateurs

La société en charge de l'exploitation des eaux du Niger (SEEN) et son partenaire principal, la SPEN, ont invité hier matin la presse au niveau de l'usine de traitement d'eau de Goudel. L'objectif de cette rencontre était pour les responsables des deux sociétés de partager avec l'ensemble de la population sur les progrès techniques réalisés et ceux qui sont en cours, sur les qualités des prestations, les systèmes de contrôle et de surve...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Ramadan 2018 /Denrées alimentaires : Disponibilité…

Ramadan 2018 /Denrées alimentaires : Disponibilité des produits et stabilité des prix sur tous les marchés de la capitale

Le mois béni de Ramadan est un mois pendant lequel, la consommation alimentaire est élevée...

vendredi 18 mai 2018

Ramadan 2018 : Prix du sucre en baisse, attention …

Ramadan 2018 : Prix du sucre en baisse, attention à la surconsommation

Le prix du sucre connait cette année une forte baisse par rapport au Ramadan 2017. Le cart...

vendredi 18 mai 2018

Prix des légumes sur les marchés : A la limite de …

Prix des légumes sur les marchés : A la limite de la flambée

Les musulmans du Niger, à l'instar de ceux des autres pays, ont entamé à partir du mercred...

vendredi 18 mai 2018

L'air du temps

Les candidats à l'heure de vérité

Les candidats à l'heure de vérité

Depuis mercredi dernier, les candidats aux examens du Baccalauréat se creusent la cervelle...

vendredi 13 juillet 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.