Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Hommage / Ma dernière lettre à Boukary Adji : «On peut être un héros sans ravager la Terre! »



boukaryEn ce 5 juillet 2018 où, au beau milieu d'une de ces palabres de retraités dont seuls les fonctionnaires nigériens ont le secret, nous avons appris le décès, la veille au soir, de notre compatriote Boukary Adji, une grave pensée m'effleura l'esprit. Je me suis dit : « Voilà encore un des meilleurs d'entre-nous qui nous quitte pour toujours ! »
Amadou Hampâté Bâ, le sage de Bandiagara aimait à dire et à écrire qu'ici en Afrique, «un vieillard qui meurt est une bibliothèque qui brûle »...
Comment ne pas penser à cette vieille maxime quand on connait le capital d'expériences acquises et accumulées par ce grand banquier et homme d'Etat que fut Boukary Adji ? Un homme qui a su, par deux fois et sans calcul aucun, abandonner le confort douillet d'une vie de cadre dirigeant de la BCEAO à Dakar, pour venir se remettre dans la jungle incertaine de la politique nationale...une première fois comme Ministre des Finances du Président Kountché, avec pour mission le redressement d'une économie fortement affectée par la chute brutale du cours de l'uranium ;...une seconde fois, comme Premier Ministre, à la demande du Président Baré, dans des conditions que l'on sait : celles d'une crise de leadership au sommet de l'Etat et d'une sécheresse financière dramatique, qui avait conduit l'Etat nigérien aux portes de la banqueroute.
Tel était le décor avant le 27 janvier 1996...
Venu en pompier à l'instar d'un médecin appelé au chevet d'un malade, l'expert financier international Adji saura vite poser le diagnostic qui convient et prescrire les remèdes à la grave crise financière qui se dessinait alors.
Il s'agissait alors de réussir là où tant d'autres ont baissé les bras. Il s'agissait d'initier et de conduire les indispensables réformes politiques, économiques et sociales dont le pays avait un urgent besoin, pour survivre en tant qu'Etat.
Ces tâches-là, Boukary Adji avait pu les mener avec discrétion, avec diligence, avec efficacité et avec loyauté. Ce qui lui valut, au finish, d'accéder facilement au poste tant convoité de Vice-Gouverneur de la BCEAO à Dakar ; un poste qu'il occupera jusqu'à son départ à la retraite, le 17 octobre 2003.
Depuis lors, et contrairement à beaucoup d'autres, Adji a choisi de revenir vivre au pays, laissant à ses anciens collègues et amis Dakarois, ‟le souvenir d'un homme d'une rare élégance physique et surtout morale" a dit l'un d'entre eux.
Refusant obstinément de se laisser entrainer par les vagues de la politique, il a fait le choix d'ouvrir une nouvelle page de sa vie en consacrant tout son temps à sa famille et à sa nouvelle passion : l'Ecriture. Non pas une écriture de divertissement, mais celle orientée vers la pédagogie de l'exemple et la contribution à la réflexion et à l'action, nous précisait-il. Et d'ajouter : «Mon désir le plus ardent, c'est d'amener les jeunes Nigériens qui me liront, à comprendre que ce n'est pas le chemin qui est difficile, mais le difficile qui est le chemin».
Aimé et respecté pour sa riche expérience, son sens patriotique et sa sagesse, Boukary Adji était considéré par nombre de ses amis, comme ‟le soldat inconnu de l'arène politique nigérienne". L'un d'eux me rappelait hier encore, qu'Adji était ‟ le seul de nos hommes politiques à n'avoir pas vécu par et pour la Politique." Et il a ajouté : ‟Personne n'a vu M. Adji vociférant dans les stades ou exhibant des pancartes."
Je puis moi-même vous l'avouer : malgré mes 35 années passées dans la Presse nigérienne, parfois à des échelons les plus élevés et malgré les nombreuses années de servitude étatique de M. Adji au Ministère des Finances et à la Primature, je n'avais encore jamais eu le privilège de le rencontrer en tête à tête avant ce 22 novembre 2017.
Son épouse, Maître Fati Kountché que je tiens en haute estime et qui me le rend bien, m'avait téléphoné ce matin-là, pour me dire que son mari souhaitait me voir dès que possible.
Bien qu'ignorant tout du motif de la convocation, je me rendis à sa résidence dans la demi-heure qui suivit. Et ce fut pour me voir remettre par M. Adji qui m'attendait au salon, le manuscrit d'un livre qu'il venait d'écrire et qu'il cherchait à éditer. C'était en présence de sa femme et de l'un de ses fils, architecte.
« J'ai envoyé ce même texte à Alassane Ouattara à qui j'ai demandé de voir la possibilité d'en rédiger la préface » me dit-il, tout bonnement.
Ce que M. Adji me demandait dans l'intervalle, c'est ‟de faire une lecture critique et de lui retourner le texte avec mes observations".
Vous pouvez imaginer la joie que j'ai éprouvée à l'instant, pour l'honneur qui m'était fait. Savoir qu'un homme de son calibre, de son expérience et de sa notoriété, peut avoir assez d'humilité pour solliciter les conseils d'un ''plus petit que lui'', m'a procuré une grande satisfaction. Aussi, ai-je mis 3 jours à ausculter son texte. Et pour tout vous dire, il n'y avait rien ou presque rien à rewriter, à part quelques fautes de frappe, des virgules et points-virgules mal placés. J'ai cru bon cependant de mettre par écrit, ce qu'il convient d'appeler ‟mes appréciations" et de le lui renvoyer.
Le texte en encadré ci-joint, est une reproduction exacte de la lettre que je lui avais adressée, ce 25 novembre-là...
Niamey, le 25 novembre 2017

Par Amadou Ousmane



Monsieur Adji et cher Grand frère,
J'ai lu avec grand intérêt, votre manuscrit et je voudrais d'abord vous remercier pour l'honneur que vous m'avez fait d'être parmi les premiers à l'explorer.
J'y ai trouvé grand plaisir, notamment dans l'évocation de votre petite enfance. Pas seulement parce que l'histoire est belle : celle d'un petit garçon destiné à n'être au mieux, qu'un modeste instituteur de brousse, mais qui a su, par son intelligence, son courage et l'aide de Dieu, escalader une à une les marches de son destin.
J'y ai aussi trouvé du plaisir, parce que vous avez su, avec humilité et grâce à un style très accessible, rendre touchante, émouvante même, l'évocation de ce parcours exceptionnel d'un enfant du Damergou.
J'ai aussi beaucoup appris, notamment sur les réalités passées et présentes du Damergou des temps heureux des caravanes de sel, de dattes et de mil.
J'ai aimé le survol que vous avez fait de l'histoire récente de notre pays et de vos années de job dans les institutions nigériennes et étrangères... Même si, sur ce chapitre particulièrement, vous avez préféré, par modestie sans doute ; laissé parler certains de vos proches de la BCEAO qui vous ont longtemps côtoyé, ici et ailleurs.
Assurément, il y a là, beaucoup d'enseignements à tirer par les futurs lecteurs de ce bel ouvrage que nous attendons tous.
Je pense notamment à toute cette masse de jeunes Nigériens qui ignorent peut-être qu'il y a eu des hommes qui ont su servir leur patrie avec amour, abnégation, compétence et discrétion. Et qui ont su se retirer avec élégance et dignité.
A tous ceux-là, il convient peut-être d'inculquer les notions supplémentaires de persévérance, de civisme et de patriotisme. C'est ce que vous avez essayé de faire à travers les belles pages de cet essai autobiographique.
J'ai aimé enfin sincèrement cet autre passage de votre livre où, en tentant d'expliquer les raisons qui vous ont poussé à l'écrire, vous avez dit que « Au soir d'une vie plutôt bien remplie, je n'ai aucun besoin de me mettre en exergue. L'amical amour de quelques-uns, l'amour des miens me suffisent. Je suis en paix et même heureux.»
Par contre, vous avez tenu à préciser : « Une inquiétude m'habite : celle que mes enfants et les enfants de leurs enfants connaissent un monde plus difficile que celui dans lequel j'ai eu le privilège de grandir, d'étudier et de mener cette vie bien accomplie. »
Quelle belle leçon d'humanisme !
La leçon que moi je retiens de votre excellent parcours, c'est celle-ci : «On peut être un héros, sans ravager la Terre !»

Amadou Ousmane
écrivain nigérien

09/07/18

Société

Ouverture, hier à Niamey, du 2ème forum de la CEDEAO sur l'éducation à la culture de la paix : Deux jours d'échanges pou…

Ouverture, hier à Niamey, du 2ème forum de la CEDEAO sur l'éducation à la culture de la paix : Deux jours d'échanges pour renforcer l'implication des jeunes à la culture de la paix à travers le dialogue intra et inter religieux

Les travaux du 2ème forum de la CEDEAO sur l'éducation à la paix à travers le dialogue intra et inter religieux, ont commencé depuis hier matin à Niamey. Pendant deux jours, les participants aux travaux tenteront de trouver des mécanismes de dialogue entre les communautés religieuses de la CEDEAO afin de cultiver l'esprit de tolérance et de coexistence pacifique. Cette 2ème édition du forum co-organisé par la République du Niger et la C...

«Il s'agira de renforcer, au sein de cette jeunesse, les mécanismes de dialogue et de cultiver la compréhension mutuelle…

«Il s'agira de renforcer, au sein de cette jeunesse, les mécanismes de dialogue et de cultiver la compréhension mutuelle, l'esprit de tolérance et de coexistence pacifique entre les religions, par l'éducation à la culture de la paix », déclare SEM. B

« Mesdames et Messieurs ;Je voudrais d'abord vous transmettre les salutations fraternelles du Président de la République, Chef de l'Etat, Son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou, et ses souhaits de plein succès à ce forum sur l'Education à la Culture de la Paix à travers le Dialogue Intra et Interreligieux, dont il a personnellement présidé la cérémonie d'ouverture de la première édition en novembre 2016.Je voudrais ici féliciter et ...

2ème forum du programme West Africa Food Markets (WAFM) : Contribution à l'amélioration de la production et à la commerc…

2ème forum du programme West Africa Food Markets (WAFM) : Contribution à l'amélioration de la production et à la commercialisation des produits alimentaires

Pour contribuer au développement et combattre la crise alimentaire dans les pays du Sahel, le gouvernement britannique a initité, à travers son Département de Développement International, un programme dénommé «West Africa Food Markets ». Pour dévoiler les opportunités liées à cette initiative, le programme, « West Africa Food Markets » a organisé hier matin à Niamey, le 2ème forum sur le commerce transfrontalier. L'objectif de ce progra...

Message du Ministre de la Santé Publique à l'occasion de la Journée Mondiale de lutte contre le Diabète : Dr Idi Illiass…

Message du Ministre de la Santé Publique à l'occasion de la Journée Mondiale de lutte contre le Diabète : Dr Idi Illiassou Maïnassara invite les populations à se faire dépister

A l'instar des autres pays du monde, le Niger célèbre aujourd'hui 14 novembre, la Journée mondiale de lutte contre le Diabète. A cette occasion, le ministre de la Santé publique, Dr Idi Illiassou Mainassara a livré hier matin, un message dans lequel il a invité toute la population à se mobiliser pour se faire dépister dans les différents sites prévus à cet effet. Le thème retenu pour cette journée est : « Famille et Diabète ».Dans son m...

Santé : L'angine de poitrine

Santé : L'angine de poitrine

Au nombre des maladies du cœur et des vaisseaux, il y a ce qu'on appelle l'angine de poitrine. C'est une affection cardiaque à ne pas confondre, bien entendu, avec l'angine tout court qui, elle, est une inflammation de la gorge.L'angine de poitrine que les spécialistes des maladies du cœur appellent aussi ''angor'', est un syndrome caractérisé par des crises douloureuses d'origine cardiaque, que la personne ressent au niveau de la poitr...

Réception d'un don algérien au Ministère des Affaires étrangères : Cinq Bus flambant neufs pour appuyer le programme ''Z…

Réception d'un don algérien au Ministère des Affaires étrangères : Cinq Bus flambant neufs pour appuyer le programme ''Zinder Saboua''

La ministre déléguée auprès du ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur, Mme Lamido Ousseini Salamatou Bala Goga a réceptionné hier des mains de l'Ambassadeur de la République démocratique et populaire d'Algérie au Niger, SE. Baallal Azzouz, un don de cinq bus offerts par le gouvernement algérien au Niger pour accompagner l'organisation des festivités du 60ème anniver...

Semaine mondiale de l'Entreprenariat des jeunes Edition 2018 : Le Premier ministre encourage les jeunes entrepreneurs à …

Semaine mondiale de l'Entreprenariat des jeunes Edition 2018 : Le Premier ministre encourage les jeunes entrepreneurs à persévérer dans le domaine

Les activités entrant dans le cadre de la 11ème édition de la Semaine mondiale de l'Entreprenariat ont été lancées hier matin au Palais des Sports de Niamey sous le patronage du Premier Ministre, Chef du Gouvernement SE Brigi Rafini. Des activités qui visent à explorer les opportunités et à identifier les obstacles auxquels sont confrontés les jeunes entrepreneurs afin de leur trouver des solutions idoines à travers des échanges et des ...

Visite de la ministre de la Défense de la République fédérale d'Allemagne au Niger : Volonté commune de renforcer la coo…

Visite de la ministre de la Défense de la République fédérale d'Allemagne au Niger : Volonté commune de renforcer la coopération dans le domaine de la sécurité

La ministre de la Défense de la République Fédérale d'Allemagne, Mme Ursula Von Der Leyen, est arrivée à Niamey le dimanche 11 novembre dernier pour réaffirmer la volonté de son pays de maintenir une coopération durable avec le Niger dans les domaines de la sécurité et du développement. Elle a été accueillie à sa descente d'avion par le ministre de la Défense Nationale, M. Kalla Moutari. La ministre fédérale a mis à profit cette visite ...

Atelier de validation du Projet des textes relatifs à la qualité de l'enseignement supérieur et de la recherche : Vers l…

Atelier de validation du Projet des textes relatifs à la qualité de l'enseignement supérieur et de la recherche : Vers la mise en place effective d'une Agence Nationale Assurance qualité

Le Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation a organisé hier au Palais des Congrès de Niamey, en collaboration avec le projet SHENZHEN-UNESCO, un atelier de validation du Projet des textes sur la création d'une Agence Nationale d'Assurance Qualité de l'Enseignement Supérieur et la Recherche (ANAQ EnSuRe). C'est le ministre de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, M. Yahouza Sadisso...

Tahoua : Réception de deux CEG construits par le député Samaila Maïka et les ressortissants de la région dans la commune…

Tahoua : Réception de deux CEG construits par le député Samaila Maïka et les ressortissants de la région dans la commune de Bambèye

Le ministre des Enseignements secondaires M. Sanoussi El hadji Samro a procédé, le vendredi 9 novembre dernier, la réception puis l'ouverture officielle de deux collèges d'enseignements généraux (CEG) à Rididi et à Inkafi Birawa dans la commune de Bambeye, département de Tahoua. Ces infrastructures ont été construites sur fonds propres du député national Samaila Maïka avec la contribution de la diaspora. La cérémonie s'est déroulée en p...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Ingall : Entre cauchemars de la route et ambiances…

Ingall : Entre cauchemars de la route et ambiances de la Cure salée

Dans le langage des routiers nigériens, l'expression ''éviter les nids de poule'' est bien...

vendredi 26 octobre 2018

Yashi à Ingall : Une pratique ancestrale qui perdu…

Yashi à Ingall : Une pratique ancestrale qui perdure encore !

7 heures le matin au quartier Aghafey de Ingall. Les visiteurs sont curieux d'assister à u...

vendredi 26 octobre 2018

La Cure salée : Un véritable espace marchand aussi

La Cure salée : Un véritable espace marchand aussi

La Cure Salée ne se limite pas seulement à la jouissance culturelle des communautés nomade...

vendredi 26 octobre 2018

L'air du temps

Tenir le cap et aller de l'avant...

Tenir le cap et aller de l'avant...

Pouvait-on rester là et assister, impassible, à la sinistre cascade des pertes en vies hum...

vendredi 9 novembre 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.