Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Hommage / Ma dernière lettre à Boukary Adji : «On peut être un héros sans ravager la Terre! »



boukaryEn ce 5 juillet 2018 où, au beau milieu d'une de ces palabres de retraités dont seuls les fonctionnaires nigériens ont le secret, nous avons appris le décès, la veille au soir, de notre compatriote Boukary Adji, une grave pensée m'effleura l'esprit. Je me suis dit : « Voilà encore un des meilleurs d'entre-nous qui nous quitte pour toujours ! »
Amadou Hampâté Bâ, le sage de Bandiagara aimait à dire et à écrire qu'ici en Afrique, «un vieillard qui meurt est une bibliothèque qui brûle »...
Comment ne pas penser à cette vieille maxime quand on connait le capital d'expériences acquises et accumulées par ce grand banquier et homme d'Etat que fut Boukary Adji ? Un homme qui a su, par deux fois et sans calcul aucun, abandonner le confort douillet d'une vie de cadre dirigeant de la BCEAO à Dakar, pour venir se remettre dans la jungle incertaine de la politique nationale...une première fois comme Ministre des Finances du Président Kountché, avec pour mission le redressement d'une économie fortement affectée par la chute brutale du cours de l'uranium ;...une seconde fois, comme Premier Ministre, à la demande du Président Baré, dans des conditions que l'on sait : celles d'une crise de leadership au sommet de l'Etat et d'une sécheresse financière dramatique, qui avait conduit l'Etat nigérien aux portes de la banqueroute.
Tel était le décor avant le 27 janvier 1996...
Venu en pompier à l'instar d'un médecin appelé au chevet d'un malade, l'expert financier international Adji saura vite poser le diagnostic qui convient et prescrire les remèdes à la grave crise financière qui se dessinait alors.
Il s'agissait alors de réussir là où tant d'autres ont baissé les bras. Il s'agissait d'initier et de conduire les indispensables réformes politiques, économiques et sociales dont le pays avait un urgent besoin, pour survivre en tant qu'Etat.
Ces tâches-là, Boukary Adji avait pu les mener avec discrétion, avec diligence, avec efficacité et avec loyauté. Ce qui lui valut, au finish, d'accéder facilement au poste tant convoité de Vice-Gouverneur de la BCEAO à Dakar ; un poste qu'il occupera jusqu'à son départ à la retraite, le 17 octobre 2003.
Depuis lors, et contrairement à beaucoup d'autres, Adji a choisi de revenir vivre au pays, laissant à ses anciens collègues et amis Dakarois, ‟le souvenir d'un homme d'une rare élégance physique et surtout morale" a dit l'un d'entre eux.
Refusant obstinément de se laisser entrainer par les vagues de la politique, il a fait le choix d'ouvrir une nouvelle page de sa vie en consacrant tout son temps à sa famille et à sa nouvelle passion : l'Ecriture. Non pas une écriture de divertissement, mais celle orientée vers la pédagogie de l'exemple et la contribution à la réflexion et à l'action, nous précisait-il. Et d'ajouter : «Mon désir le plus ardent, c'est d'amener les jeunes Nigériens qui me liront, à comprendre que ce n'est pas le chemin qui est difficile, mais le difficile qui est le chemin».
Aimé et respecté pour sa riche expérience, son sens patriotique et sa sagesse, Boukary Adji était considéré par nombre de ses amis, comme ‟le soldat inconnu de l'arène politique nigérienne". L'un d'eux me rappelait hier encore, qu'Adji était ‟ le seul de nos hommes politiques à n'avoir pas vécu par et pour la Politique." Et il a ajouté : ‟Personne n'a vu M. Adji vociférant dans les stades ou exhibant des pancartes."
Je puis moi-même vous l'avouer : malgré mes 35 années passées dans la Presse nigérienne, parfois à des échelons les plus élevés et malgré les nombreuses années de servitude étatique de M. Adji au Ministère des Finances et à la Primature, je n'avais encore jamais eu le privilège de le rencontrer en tête à tête avant ce 22 novembre 2017.
Son épouse, Maître Fati Kountché que je tiens en haute estime et qui me le rend bien, m'avait téléphoné ce matin-là, pour me dire que son mari souhaitait me voir dès que possible.
Bien qu'ignorant tout du motif de la convocation, je me rendis à sa résidence dans la demi-heure qui suivit. Et ce fut pour me voir remettre par M. Adji qui m'attendait au salon, le manuscrit d'un livre qu'il venait d'écrire et qu'il cherchait à éditer. C'était en présence de sa femme et de l'un de ses fils, architecte.
« J'ai envoyé ce même texte à Alassane Ouattara à qui j'ai demandé de voir la possibilité d'en rédiger la préface » me dit-il, tout bonnement.
Ce que M. Adji me demandait dans l'intervalle, c'est ‟de faire une lecture critique et de lui retourner le texte avec mes observations".
Vous pouvez imaginer la joie que j'ai éprouvée à l'instant, pour l'honneur qui m'était fait. Savoir qu'un homme de son calibre, de son expérience et de sa notoriété, peut avoir assez d'humilité pour solliciter les conseils d'un ''plus petit que lui'', m'a procuré une grande satisfaction. Aussi, ai-je mis 3 jours à ausculter son texte. Et pour tout vous dire, il n'y avait rien ou presque rien à rewriter, à part quelques fautes de frappe, des virgules et points-virgules mal placés. J'ai cru bon cependant de mettre par écrit, ce qu'il convient d'appeler ‟mes appréciations" et de le lui renvoyer.
Le texte en encadré ci-joint, est une reproduction exacte de la lettre que je lui avais adressée, ce 25 novembre-là...
Niamey, le 25 novembre 2017

Par Amadou Ousmane



Monsieur Adji et cher Grand frère,
J'ai lu avec grand intérêt, votre manuscrit et je voudrais d'abord vous remercier pour l'honneur que vous m'avez fait d'être parmi les premiers à l'explorer.
J'y ai trouvé grand plaisir, notamment dans l'évocation de votre petite enfance. Pas seulement parce que l'histoire est belle : celle d'un petit garçon destiné à n'être au mieux, qu'un modeste instituteur de brousse, mais qui a su, par son intelligence, son courage et l'aide de Dieu, escalader une à une les marches de son destin.
J'y ai aussi trouvé du plaisir, parce que vous avez su, avec humilité et grâce à un style très accessible, rendre touchante, émouvante même, l'évocation de ce parcours exceptionnel d'un enfant du Damergou.
J'ai aussi beaucoup appris, notamment sur les réalités passées et présentes du Damergou des temps heureux des caravanes de sel, de dattes et de mil.
J'ai aimé le survol que vous avez fait de l'histoire récente de notre pays et de vos années de job dans les institutions nigériennes et étrangères... Même si, sur ce chapitre particulièrement, vous avez préféré, par modestie sans doute ; laissé parler certains de vos proches de la BCEAO qui vous ont longtemps côtoyé, ici et ailleurs.
Assurément, il y a là, beaucoup d'enseignements à tirer par les futurs lecteurs de ce bel ouvrage que nous attendons tous.
Je pense notamment à toute cette masse de jeunes Nigériens qui ignorent peut-être qu'il y a eu des hommes qui ont su servir leur patrie avec amour, abnégation, compétence et discrétion. Et qui ont su se retirer avec élégance et dignité.
A tous ceux-là, il convient peut-être d'inculquer les notions supplémentaires de persévérance, de civisme et de patriotisme. C'est ce que vous avez essayé de faire à travers les belles pages de cet essai autobiographique.
J'ai aimé enfin sincèrement cet autre passage de votre livre où, en tentant d'expliquer les raisons qui vous ont poussé à l'écrire, vous avez dit que « Au soir d'une vie plutôt bien remplie, je n'ai aucun besoin de me mettre en exergue. L'amical amour de quelques-uns, l'amour des miens me suffisent. Je suis en paix et même heureux.»
Par contre, vous avez tenu à préciser : « Une inquiétude m'habite : celle que mes enfants et les enfants de leurs enfants connaissent un monde plus difficile que celui dans lequel j'ai eu le privilège de grandir, d'étudier et de mener cette vie bien accomplie. »
Quelle belle leçon d'humanisme !
La leçon que moi je retiens de votre excellent parcours, c'est celle-ci : «On peut être un héros, sans ravager la Terre !»

Amadou Ousmane
écrivain nigérien

09/07/18

Société

Visite de travail et d'amitié du président de la Délégation spéciale de Niamey, à Durban, (Afrique du Sud) : Signature d…

Visite de travail et d'amitié du président de la Délégation spéciale de Niamey, à Durban, (Afrique du Sud) : Signature d'une convention de jumelage entre Niamey et la ville de Durban

Le Maire, président de la Délégation spéciale de Niamey, M. Mouctar Mamoudou, poursuit sa mission de travail et d'amitié à Durban, en Afrique du Sud où il a procédé, hier, à la signature d'une convention de jumelage entre la ville de Niamey et la ville sud-africaine de Durban.Mercredi soir, le Niger a été à l'honneur dans la grande salle de la ville de Durban où était organisée une grande soirée consacrée à la remise de prix aux lauréat...

1ère réunion du Comité Multisectoriel de Pilotage du Programme Stratégique 12 de l'I3N : Asseoir une gouvernance efficac…

1ère réunion du Comité Multisectoriel de Pilotage du Programme Stratégique 12 de l'I3N : Asseoir une gouvernance efficace et inclusive du secteur

Le Haut Commissaire à l'Initiative 3N, M. Ali Bety, a présidé hier matin à Niamey, les travaux de la première réunion du comité multisectoriel de pilotage du programme stratégique de coordination de la mise en œuvre de l'Initiative 3N. Cette réunion est un cadre qui permet non seulement de présenter aux partenaires techniques et financiers le nouveau mécanisme de gouvernance mais également de faire le point sur les récentes réformes et ...

Banque Mondiale/Niger : La Banque mondiale approuve une aide de 80 millions de dollars en faveur des réfugiés et des com…

Banque Mondiale/Niger : La Banque mondiale approuve une aide de 80 millions de dollars en faveur des réfugiés et des communautés d'accueil

La Banque mondiale a approuvé un financement de 80 millions de dollars en faveur du Projet d'appui aux réfugiés et aux communautés d'accueil (PARCA). Cette opération a pour objectif d'aider le Niger à améliorer l'accès aux services de base et aux débouchés économiques des réfugiés et des communautés hôtes dans 15 communes des régions de Diffa, Tahoua et Tillabéri, et d'apporter un soutien institutionnel aux autorités locales, régionales...

Atelier sur l'environnement juridique des communications numériques : Des recommandations pertinentes pour une communica…

Atelier sur l'environnement juridique des communications numériques : Des recommandations pertinentes pour une communication électronique responsable

Du 17 au 18 septembre dernier, la Cellule d'Appui au MCA-Niger (Millenium Challenge Account), a organisé au siège de l'ARTP de Niamey un atelier sur l'environnement juridique au Niger des communications électroniques à l'ère du numérique. Après deux jours d'échanges fructueux les participants aux travaux ont élaboré plusieurs recommandations. C'est le ministre Porte-parole du gouvernement M. Abdrahamane Zakaria qui a présidé les travaux...

Foire internationale de la ville de Durban en Afrique du Sud : M. Mouctar Mamoudou et sa délégation participent à l'évén…

Foire internationale de la ville de Durban en Afrique du Sud : M. Mouctar Mamoudou et sa délégation participent à l'événement

Les activités de la foire internationale de Durban en Afrique du Sud ont débuté mardi dernier. La délégation du Niger conduite par le maire Président de la délégation spéciale de Niamey, M. Mouctar Mamoudou a été accueillie par l'ambassadrice du Niger en Afrique du Sud Mme Rakiatou Mayaki, son staff et les autorités de la ville de Durban.Apres une séance de travail autour des questions liées aux attentes des villes de Niamey et Durban l...

Atelier de partage sur l'environnement juridique des communications électroniques : Réflexions des acteurs sur les enjeu…

Atelier de partage sur l'environnement juridique des communications électroniques : Réflexions des acteurs sur les enjeux et les défis du secteur

Le ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique, M. Sani Maigochi a présidé lundi dernier à Niamey, l'ouverture de l'atelier sur «l'environnement juridique des communications électroniques à l'ère de la démocratie » organisé par le programme Millennium Challenge Accont (MCA-Niger). L'objectif est de renforcer les capacités du public cible à cerner et à mener des réflexions sur les enjeux et défis de l'environne...

Communication du président du CSC lors de l'atelier : Des échanges enrichissants sur la communication électronique

Communication du président du CSC lors de l'atelier : Des échanges enrichissants sur la communication électronique

Dans le cadre de l'atelier sur l'environnement juridique au Niger des communications électroniques à l'ère du numérique, organisé, du 17 au 18 septembre à Niamey, par la Cellule d'Appui au MCA-Niger (Millenium Challenge Account ), le président du Conseil Supérieur de la Communication (CSC) Dr Sani Kabir a animé une conférence-débat sur les « Enjeux et Défis de l'utilisation des communications à l'ère et pour la promotion de la démocrati...

Visite de travail du ministre de la Défense de la République fédérale du Nigeria : La lutte contre Boko Haram et le band…

Visite de travail du ministre de la Défense de la République fédérale du Nigeria : La lutte contre Boko Haram et le banditisme transfrontalier au centre des échanges

Le ministre de la défense nationale du Nigeria et le commandant de la Force Multinationale Mixte(FMM) de lutte contre le groupe terroriste Boko Haram dans le bassin du Lac Tchad étaient hier en visite de travail à Niamey. Le renforcement de la lutte pour éradiquer le groupe terroriste Boko Haram ainsi que son corollaire de crime organisé transfrontalier et le banditisme dans certaines régions frontalières de la République fédérale du Ni...

Rentrée scolaire : Reprise des cours hier, pour les lycéens

Rentrée scolaire : Reprise des cours hier, pour les lycéens

Après les grandes vacances, les élèves du lycée ont repris hier 17 septembre 2018, le chemin de l'école sur l'ensemble du territoire national. Pour cette rentrée académique 2018-2019, c'est le collège Mariama qui a été choisi par l'autorité de tutelle pour le lancement officiel. Cet établissement scolaire de référence accueille cette année un effectif de 990 lycéens toutes séries confondues. C'est le ministre des Enseignements Secondair...

Zinder/Evaluation à mi-parcours de la campagne agricole : 21% des villages à risque enregistrés dans la région

Zinder/Evaluation à mi-parcours de la campagne agricole : 21% des villages à risque enregistrés dans la région

Les cadres régionaux de l'agriculture de Zinder ont effectué la semaine dernière une évaluation à mi-parcours de la campagne agricole dont les résultats ont été rendus public par une équipe multidisciplinaire venue de Niamey après avoir entrepris des visites de terrain pour constater de visu la situation des cultures et identifier 717 villages à risque dans la région, selon le Directeur Régional de l'Agriculture M. Ibrahim Moussa. A la ...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Cinquantenaire de la Société Nigérienne d'Electric…

Cinquantenaire de la Société Nigérienne d'Electricité (NIGELEC) : Boukari Kané, une figure marquante de la NIGELEC

Il est incontestablement celui qui a posé les jalons de la Société Nigérienne de l'Electri...

lundi 10 septembre 2018

Les grands projets de la NIGELEC : Environs 552 mi…

Les grands projets de la NIGELEC : Environs 552 milliards FCFA injectés pour améliorer et étendre la fourniture d'électricité

Créée en septembre 1968, la Société Nigérienne d'Électricité (NIGELEC) succède à la Saféle...

lundi 10 septembre 2018

Diner de gala de la Nigelec : La société honore se…

Diner de gala de la Nigelec : La société honore ses anciens dirigeants, ses meilleurs agents et clients

A l'occasion de son cinquantième anniversaire, la Société Nigérienne d'Electricité (Nigele...

lundi 10 septembre 2018

L'air du temps

L'IDH en questions

L'IDH en questions

Le verdict du rapport sur le rapport mondial de développement humain pour l'année 2017 est...

vendredi 21 septembre 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.