Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Frank Van Der Mueren, Chef de la mission EUCAP SAHEL Niger : «Tout ce qu'on a fait jusqu'à présent, c'est de renforcer les capacités de nos partenaires»


inviteM. le Chef de la mission EUCAP SAHEL Niger, comment peut-on présenter EUCAP Sahel Niger, autrement dit quelle est la genèse de la mission ?
L'Union Européenne a adopté une stratégie pour le Sahel en 2011, axée sur la sécurité et le développement. Cette stratégie a été discutée par les Etats de la région et sur la base de cela, une mission a été lancée en 2012 dans le cadre de la politique sécurité-défense commune de l'Union Européenne. Dans le cadre de cette politique, qui a quelques axes prioritaires et dans le cadre de cette stratégie, 4 domaines sont ciblés, à savoir la lutte contre le terrorisme, la lutte contre le crime organisé transnational, la favorisation des activités pour les jeunes dans la région afin de lutter contre la radicalisation, et à partir de 2015, la problématique de la migration irrégulière et les crimes associés. C'est dans ce cadre que la mission a été lancée en 2012, avec un mandat non-exécutif, pour assister les autorités à mettre en place une approche intégrée, cohérente, qui respecte les droits de l'homme et qui permettra de lutter contre le terrorisme et le crime organisé.
C'est essentiellement dans ces deux domaines que la mission veut assister et aider ses partenaires nigériens.

Quelle est la contribution d'EUCAP Sahel Niger dans la formation et le soutien aux Forces de Défense et de Sécurité ?
La formation est effectivement l'un des 3 piliers que sont le conseil, la formation et les projets, donc l'équipement. Dans les domaines de la lutte contre le terrorisme, le crime organisé et la lutte contre la migration irrégulière, 12.000 personnes, qui viennent surtout de la Police Nationale, de la Gendarmerie Nationale et de la Garde Nationale, ont été formées. On a aussi des activités avec les ministères de tutelle, avec par exemple l'Agence Nationale de Lutte contre la Traite des Personnes et avec les magistrats, parce qu'un de nos objectifs est de renforcer la chaine pénale. On forme donc les officiers de police judiciaire mais aussi les magistrats. On travaille aussi avec la société civile, plus particulièrement dans le rapprochement des forces de l'ordre auprès de la population, domaine où la société civile est très importante. On les forme surtout dans les techniques d'investigations, la collecte de renseignements, les faux documents, la gestion des frontières, les droits de l'homme, la drogue, le trafic des armes et la gestion des crises. On a aussi formé la Police Technique Scientifique

Quels sont les principaux défis à relever pour promouvoir la paix et quelle place tient EUCAP Sahel Niger dans ce combat ?
La sécurité et la paix passent surtout par la stabilité et la sécurité humaine. On rappelle cette sécurité humaine parce qu'elle inclut une stabilité, non seulement économique, mais aussi politique,sociale et sécuritaire. C'est en fait le rôle des autorités, de créer les conditions dans lesquelles les hommes, les femmes et les jeunes peuvent se développer, avoir accès aux services sociaux de base et à l'éducation. Il est important de n'avoir ni peur, ni faim,pour arriver à une paix durable. Si les autorités peuvent garantir un système sécuritaire et judiciaire qui donne des garanties aux citoyens pour un traitement équitable, là ça sera déjà pas mal. C'est pour ça qu'en plus des formations techniques, on accorde aussi beaucoup d'attention à tout ce qui est droit de l'homme, donc le respect des citoyens.On dit toujours « servir et protéger », donc les forces de l'ordre doivent se dire qu'elles sont là pour la population.

Comment comptez-vous procéder pour pérenniser le travail accompli?
En effet, une de nos priorités est la durabilité des actions. La mission en tant que telle, n'est pas une mission permanente.Pour garantir la durabilité des actions menées, nous formons des formateurs. Actuellement, dans certains domaines c'est le formateur nigérien qui donne cours. C'est le cas de la police technique scientifique où les formateurs qui sont formés donnent des cours. Premièrement, c'est de pérenniser les activités par les formateurs nigériens, ensuite, il faut créer des textes légaux et des structures pérennes, et enfin il faut investir dans un système informatisé de ressources humaines qui permettra de mieux gérer les hommes et leurs matériels.Entre autres actions allant dans ce sens, il y'a eu l'adoption de la Stratégie de Sécurité Intérieure, la mise en place des structures des centres régionaux, et l'Agence Nationale de Lutte contre la Traite des Personnes. On travaille maintenant pour mettre en place une plateforme qui permettra aux forces de sécurité et à la société civile, de se rencontrer et d'échanger.

Ces formations sont-elles destinées uniquement au Niger ?
La structure du G5 Sahel a été mise en place pas seulement au niveau sécuritaire, mais aussi au niveau du développement, de la gouvernance, des infrastructures, et au niveau d'autres relais de sécurité. Avec la création de la force conjointe du G5 Sahel, nous explorons avec les autorités concernées, la possibilité d'avoir une composante Police dedans.
Elle permettra une judiciarisation des opérations militaires afin d'éviter que des présumés malfrats ou même terroristes, ne soient relâchés par après par un juge pour manque de preuves. Nous comprenons bien sûr que les militaires doivent jouer leur rôle et conduire leurs opérations, de même que les magistrats doivent garantir les droits de l'homme dans toutes ces opérations.Il ne faut pas oublier que les actions militaires sont menées contre un ennemi qui n'est pas clairement identifié, et qui est souvent tapis parmi la population. C'est pourquoi nous pensons qu'il faut faire très attention à la manière de gérer ces opérations.

Remarquez-vous des progrès dans vos domaines d'intervention depuis l'installation de EUCAP SAHEL Niger ?
Effectivement, il y'a des progrès qui ont été faits, à commencer par le comité technique de pilotage qui renforce la structure de collaboration avec les autorités nigériennes.
On constate aussi des avancées conséquentes dans des domaines d'intérêts communs. J'ai déjà cité la Police Technique Scientifique (la PTS) et l'accélération des centres opérationnels régionaux pour gérer les incidents et les crises. Dans le domaine de la lutte contre la drogue, les résultats sont visibles. Par exemple il y'a un mois de cela, nous avons assisté à la saisie de presque 3 tonnes de résine de cannabis, saisie qui fait suite à l'aboutissement d'une enquête bien gérée par la Police. On peut aussi citer le service central de lutte contre le terrorisme qui était très jeune à notre arrivée. Aujourd'hui, c'est un service développé et performant. Vous voyez bien qu'il y'a des progrès visibles qui sont là.

Quels sont les perspectives pour la mission qui, je crois, est à son deuxième mandat?
On est dans le 3ème mandat qui prendra fin ce 15 juillet. On aura un autre mandat de 2 ans car les autorités nigériennes ont déjà donné leur accord et c'est en discussion au niveau de l'Union Européenne pour approbation. L'une des priorités pour nous, c'est d'aller vers le mentorat et les services commandés. Nous irons plus sur le terrain avec nos collègues nigériens pour voir leur fonctionnement et faire un coaching, toujours avec l'accord bien sûr des chefs de services. La durabilité des actions menées est aussi une de nos priorités. On a déjà atteint la 1ère phase de la mission qui consiste à l'atteinte d'une capacité optimale des formations et des conseils. La 2ème phase quant à elle, c'est d'aller vers une situation de transition et de remettre les activités à notre partenaire. Et la dernière phase elle, consiste à la phase de sortie. Notre mandat pour l'instant c'est le Niger. Si on nous donne des activités sous régionales, ça ne peut pas être au détriment de celles du Niger. Tout ce qu'on a fait jusqu'à présent, c'est de renforcer les capacités de nos partenaires. C'est le cœur même de notre mandat.

Votre mot de la fin ?
C'est vraiment un mot de soutien et d'encouragement pour le peuple nigérien. C'est aussi un mot de respect, le respect pour vous, pour votre fierté, pour votre volonté de s'attaquer aux problèmes et surtout de progresser ensemble. Comme vous le dites si bien au Niger, on est ensemble.

Par Souleymane yahaya

20/07/18

Société

Communiqué du Conseil Islamique du Niger : La fête de l'Aïd-El Kebir se déroulera le mercredi 22 août prochain

Communiqué du Conseil Islamique du Niger : La fête de l'Aïd-El Kebir se déroulera le mercredi 22 août prochain

Par un communiqué qu'il a rendu public, le 13 août dernier, le Conseil Islamique du Niger a annoncé que la fête de l'Aïd-El Kebir ou fête de Tabaski, aura lieu le mercredi 22 Août 2018, conformément aux dispositions coraniques.En effet, a expliqué dans son communiqué, le Conseil Islamique, le 1er jour du Djoulhadj de l'Hégire 1439 étant le lundi 13 Août 2018, la fête de l'Aïd El Kebirou Aid El Adha sera ainsi célébrée à la date du 22 ao...

Mission des Agences Onusienne au Niger : Les Responsables de la FAO, du FIDA et du PAM au Niger

Mission des Agences Onusienne au Niger : Les Responsables de la FAO, du FIDA et du PAM au Niger

Le Directeur général de la FAO José Graziano da Silva, le Président du FIDA Gilbert F. Houngbo et le Directeur exécutif du PAM David Beasley, sont arrivés à Niamey, hier après-midi. Ces responsables des agences de l'ONU effectuent cette visite afin de soutenir les efforts visant à lutter contre la faim au Sahel.Selon un communiqué de presse de l'ONU daté du 14 août 2018, les responsables de l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimen...

Visite du ministre de la Communication au PK5 : Un prototype de décodeur de réception, testé et jugé satisfaisant

Visite du ministre de la Communication au PK5 : Un prototype de décodeur de réception, testé et jugé satisfaisant

Les autorités en charge de la question de la Télévision Numérique Terrestre multiplient les offensives pour l'avènement de la TNT, le plus tôt possible, dans notre pays. C'est dans ce cadre que le ministre de la Communication, M. Habi Mahamadou Salissou, s'est rendu, hier matin, au niveau au PK5 sis au quartier Lazaret de Niamey, en vue de s'enquérir de l'évolution des travaux d'installation des équipements et encourager les techniciens...

Organisation des Examens et Concours du Supérieur par l'ONECS : « Chaque direction technique a un plan annuel d'activité…

Organisation des Examens et Concours du Supérieur par l'ONECS : « Chaque direction technique a un plan annuel d'activités qui incorpore la période des concours et l'examen du BTS d'Etat » déclare M. Ousmane Douka Soumaila

L'Office National des Examens et Concours du Supérieur(ONECS), a pour mission d'organiser les examens et concours qui relèvent du Supérieur. A ce titre, il est chargé de proposer le programme annuel des examens et concours du supérieur ; de préparer, organiser et gérer les examens et concours du supérieur et, enfin, d'évaluer les modalités du déroulement des examens et concours et de proposer les ajustements nécessaires. Avant la créati...

Interview président du CSC : «Nos interlocuteurs ont dit qu'ils ont maintenant compris que le CSC est là pour les aider,…

Interview président du CSC : «Nos interlocuteurs ont dit qu'ils ont maintenant compris que le CSC est là pour les aider, pour les guider et même pour les protéger», se réjouit Dr Sani Kabir

Du 30 juillet au 7 août derniers, le président du Conseil supérieur de la Communication (CSC) Dr Sani Kabir a effectué des missions dans les régions de Dosso, de Maradi, de Zinder et de Tahoua. Dans les différents Chefs-lieux des régions, Dr Kabir s'est notamment entretenu avec des journalistes, des autorités administratives et coutumières, des responsables des Forces de défense et de sécurité, des hommes politiques et des membres de la...

Réunion des experts de l'Autorité de développement intégrée du Liptako Gourma (ALG) : Les experts planchent sur plusieur…

Réunion des experts de l'Autorité de développement intégrée du Liptako Gourma (ALG) : Les experts planchent sur plusieurs questions relatives à l'institution

Dans le cadre de la 11ème session extraordinaire et de la 54ème session ordinaire du conseil des ministres de l'Autorité de Développement Intégré des Etats du Liptako Gourma (ALG) les experts de se réunissent du 14 au 17 aout à Niamey. Au cours de ces assises ils auront à statuer définitivement sur les documents inscrits à l'ordre du jour notamment les projets concernant le chronogramme prévisionnel de parachèvement du processus de tran...

Niamey/1er Congrès constitutif du Syndicat Alternatif des Enseignant du Niger (SAEN): « La contractualisation face au tr…

Niamey/1er Congrès constitutif du Syndicat Alternatif des Enseignant du Niger (SAEN): « La contractualisation face au transfert des compétences ; enjeux et perspectives », thème du congrès

La salle de réunions de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) de Niamey a abrité, le samedi 11 Aout dernier, le 1er congrès constitutif du Syndicat Alternatif des Enseignant du Niger (SAEN). Ces assises dirigées par le Secrétaire général, M. Souleymane Bandado se sont ouvertes en présence du Secrétaire général de l'Union Démocratique des Travailleurs du Niger (UDTN), et plusieurs Secrétaires généraux des syndicats affiliés à la...

Conférence de presse du Ministre, Porte Parole du Gouvernement : Poser les jalons d'une dynamique partenariale avec les …

Conférence de presse du Ministre, Porte Parole du Gouvernement : Poser les jalons d'une dynamique partenariale avec les médias

Quelques mois après sa nomination comme ministre, Porte Parole du Gouvernement M. Abdourahaman Zakaria a jugé nécessaire de rencontre hier, 13 Août 2018, la presse nationale et les correspondants des médias internationaux pour une prise de contact à travers un échange interactif. Il a saisi cette occasion pour décliner les missions assignées à ce jeune département ministériel. Il s'est aussi agi pour le ministre Zakaria de poser les jal...

Visite des membres de la Commission des affaires sociales et culturelles de l'Assemblée nationale à la maternité Issaka …

Visite des membres de la Commission des affaires sociales et culturelles de l'Assemblée nationale à la maternité Issaka Gazobi de Niamey : "Nous sommes très satisfaits de trouver un personnel motivé, qui est à la recherche de la satisfaction des pati

Dans le cadre du contrôle de l'action gouvernementale, les membres de la Commission des affaires sociales et culturelles de l'Assemblée nationale ont effectué hier matin une visite à la maternité Issaka Gazobi de Niamey. Cette mission conduite par le président de ladite commission, le député Mamoudou Oumarou intervient, après celles effectuées par la commission, dans les régions de Dosso et de Tillabéri. Ces visites se poursuivront dans...

Dosso : 2ème session ordinaire du Conseil municipal pour l'année 2018

Dosso : 2ème session ordinaire du Conseil municipal pour l'année 2018

Le conseil municipal de Dosso tient depuis lundi 13 août dernier, sa 2ème session ordinaire au titre de l'année 2018. Il sera question au cours des travaux d'adopter le procès verbal de la dernière session. La cérémonie d'ouverture a été présidée par le maire de la commune urbaine de Dosso, président du Conseil M. Issoufou Idrissa en présence du député national Kadri Dodo, du Secrétaire général de la préfecture de Dosso, du représentant...

AG/ONU

Editorial

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Le Hadj : Un voyage de tous les sacrifices

Le Hadj : Un voyage de tous les sacrifices

Dans quelques jours, les pèlerins nigériens convergeront Incha Allah vers les Lieux Saints...

vendredi 20 juillet 2018

HADJ 2018 : La question du transport des pèlerins …

HADJ 2018 : La question du transport des pèlerins est déjà réglée

« Nous n'avons aucun problème. Nous allons transporter l'ensemble des pèlerins par le vol ...

vendredi 20 juillet 2018

Le Commissariat à l'Organisation du Hadj et de la …

Le Commissariat à l'Organisation du Hadj et de la Oumrah (COHO) : Le premier vol des pèlerins, prévu le 30 juillet 2018

Le hadj est ce rite religieux pour lequel les autorités nigériennes s'investissent chaque ...

vendredi 20 juillet 2018

L'air du temps

A quand la fin du calvaire ?

A quand la fin du calvaire ?

Alors que les habitants des quartiers inondés de la capitale ne sont pas encore sortis des...

vendredi 10 août 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.