Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Moussa Younoussa, Maire de la commune rurale de Falmey : «La viabilité d'une commune dépend de sa capacité à mobiliser ses propres ressources »



inviteMonsieur le Maire, pouvez-vous nous présenter la commune rurale de Falmey?
La commune rurale de Falmey se situe dans la zone Sud-ouest de la région de Dosso. Elle couvre une superficie de 1.172 km2 avec une population de 79.632 habitants. Elle est limitée à l'Est par les communes de Djilladjé et Golé, à l'Ouest par la commune de Kirtachi et le parc du W, au Nord par les communes de Kankandi et de Fabirdji et au Sud par le Bénin.

Quels sont, Monsieur le Maire, les types d'infrastructures publiques dont dispose la commune rurale de Falmey?
Tout d'abord, dans le cadre de la maison du paysan, nous avons une radio communautaire, un magasin central de stockage des vivres, une boutique d'intrants, un magasin pour aliments pour bétail. Nous disposons aussi d'une vingtaine de banques céréalières. En immobilier, nous avons le siège même de la mairie qui comporte tous les services qu'on doit trouver dans une mairie, nous avons un foyer féminin où les jeunes filles de notre commune apprennent entre autres la couture et le civisme. Nous avons aussi le Centre de Formation aux Métiers (CFM) et un Site Intégré de Formation Agricole (SIFA).

Monsieur le Maire, quelles sont les principales sources de revenus de votre commune?
Notre principale source de revenus reste avant tout la taxe municipale ou taxe de marché. Il y a les revenus qui nous viennent des services de l'environnement comme les taxes sur le bois, et les taxes prélevées sur les transporteurs. Nous sommes une commune rurale, donc nous sommes très limités en matière de sources de revenus.
Tout comme dans les autres communes, dans la commune rurale de Falmey, nous rencontrons beaucoup de difficultés dans le recouvrement des taxes municipales. Nos populations sont de plus en plus hostiles à ces taxes. Souvent c'est dû aux pratiques des politiciens. Mais le plus souvent, ce sont des gens riches qui font la promesse de payer l'entièreté des taxes d'un village sur un certain nombre d'années et ne tiennent pas parole. Ils disent aux villageois qu'ils vont payer les impôts du village jusqu'à la fin de leurs mandats ou même jusqu'à la fin de leur vie sur terre. Les arriérés vont s'accumuler jusqu'à arriver à un niveau où la personne ne pourra pas payer. C'est à ce stade qu'elle décide de se désengager et la population ne pourra plus payer. Nous avons des villages qui accumulent 3 à 5 ans d'arriérés d'impôts tout simplement parce que des gens ont fait des promesses et n'ont pas tenu parole.

Y a t-il, Monsieur le Maire, des projets gouvernementaux et non gouvernementaux qui interviennent dans votre commune?
Dieu merci! Nous avons plusieurs partenaires qui nous accompagnent dans notre travail. La Coopération Luxembourgeoise nous accompagne dans les domaines de l'éducation, de la santé et de l'environnement. Nous avons aussi la coopération suisse qui nous accompagne dans les domaines de l'agriculture, de l'environnement, de l'éducation et même de l'équipement, tel que le désenclavement de certaines zones à travers la réalisation de pistes rurales. La GIZ nous appuie dans la coopération transfrontalière avec le Bénin et dans la transhumance.
La cellule crise alimentaire nous accompagne dans le domaine de l'agriculture et de l'alimentation. Nous avons des fédérations comme la fédération des unions des groupements des exploitants de riz (FUCOPRI), la fédération FNEN DADDO qui intervient dans le secteur de l'élevage et de la prévention des conflits, la fédération MORIBAN qui intervient dans les secteurs de l'agriculture, de l'élevage et du social. En plus de ces partenaires cités, il existe plusieurs autres qui nous appuient dans le domaine du développement socio-économique.

Il y a déjà quelque temps, le Gouvernement du Niger a décidé du transfert de quatre compétences vers les communes. Il s'agit de l'agriculture, de l'élevage, de l'hydraulique et de l'éducation. Peut-on dire que le transfert de compétences dans ces secteurs est effectif ?
C'est vrai que les autorités essayent d'accélérer le transfert de compétences dans ces quatre domaines. Dans un premier temps, nous avons été informés et sensibilisés par l'association des maires du Niger (AMN). Ensuite, nous avons été approchés, sensibilisé et formé par plusieurs partenaires de l'État qui voulaient renforcer les capacités des structures impliquées dans ces transferts de compétences, c'est à dire les services techniques concernés, les mairies, les préfets, etc. Tout dernièrement à la 7ème journée des communes du Niger à Agadez, le Premier Ministre, accompagné des ministres concernés, nous a expliqué en profondeur les tenants et aboutissants des transferts de compétences. En hydraulique par exemple, le transfert de compétences a été effectif avant tous les autres services. Il y a huit ans déjà que la gestion des points et des adductions d'eau a été transférées aux communes. Jusqu'à ce jour, nous sommes en collaboration avec les services techniques dans le secteur de l'hydraulique mais en réalité c'est nous qui gérons.
Le transfert de compétences dans le secteur de l'éducation devait commencer il y a de cela un ou deux ans. Le ministre de l'éducation a assuré que cette année, le transfert sera effectif, avec notamment la gestion des contractuels. A partir d'octobre donc, il reviendra à la commune de s'occuper de tout ce qui est école primaire et formation de base. Même la signature des contrats doit se faire à la mairie. C'est donc la mairie, en collaboration avec les services techniques de l'éducation, qui va assurer les prestations d'accueil et de mise en route des enseignants et enseignantes.

Votre mot de la fin ?
Je vous ai déjà parlé de notre principal problème qui est le recouvrement de la taxe municipale. Les populations doivent tout faire pour payer eux-mêmes les taxes. C'est vrai que nous avons l'État et les partenaires qui nous accompagnent. Mais la viabilité même d'une commune dépend de sa capacité à mobiliser ses propres ressources. Avec la garantie de la disponibilité de ces ressources, on peut investir dans n'importe quel projet. D'où mon appel aux populations des communes pour qu'elles s'acquittent des taxes municipales. Du côté des autorités, nous souhaitons que la bonne collaboration qui existe entre nous perdure à travers le travail minutieux de ces services techniques qui nous appuient nuit et jour en conseils. Une façon pour moi de relever ici la disponibilité et le professionnalisme dont ces services techniques font montre à notre égard.

Réalisé par Souleymane Yahaya (Stagiaire)

Société

Communique du Ministère de l'Intérieur relatif à l'attaque de la position de la Garde nationale du Niger à Chétima Wango…

Communique du Ministère de l'Intérieur relatif à l'attaque de la position de la Garde nationale du Niger à Chétima Wangou

      Le vendredi 15 février 2019 aux environs de 18 heures des éléments lourdement armes de la secte Boko Haram a bord des véhicules dont un engin blinde ont attaque la position de la garde nationale de Chetima wangou.La riposte des éléments de la garde nationale du Niger a permis de repousser l'ennemi âpres un combat acharne ;Le bilan de cette attaque est le suivant :- Côté amis: sept (07) morts et six (06) blesses p...

Visite du Premier ministre à la 8ème foire des maraichers de la région d'Agadez à Niamey : SE Brigi Rafini encourage et …

Visite du Premier ministre à la 8ème foire des maraichers de la région d'Agadez à Niamey : SE Brigi Rafini encourage et félicite les producteurs maraîchers

Le Premier ministre, SE. Brigi Rafini, accompagné d'une forte délégation composée des membres du gouvernement, des responsables municipaux de la capitale et des cadres du Ministère de l'Agriculture et de l'Elevage, a visité, le 16 février dernier, l'un des sites de la 8ème foire des maraîchers de la région d'Agadez à Niamey, installé à la Place Toumo. Etaient également présent lors de cette visite, l'Ambassadeur Chef de la Délégation de...

Lancement officiel du projet PARIIS-NE : Plus de 25 milliards de francs CFA pour le développement de l'irrigation dans l…

Lancement officiel du projet PARIIS-NE : Plus de 25 milliards de francs CFA pour le développement de l'irrigation dans les régions d'Agadez, de Dosso, de Tahoua et de Tillabéry

Le ministre d'Etat, ministre de l'Agriculture et de l'Elevage, M. Albadé Abouba, a procédé le 15 février dernier à Niamey, au lancement officiel de la section nigérienne du Projet d'appui régional à l'initiative pour l'irrigation au Sahel, PARIIS-NE. Ce projet, né de l'appel à l'action pour le développement de l'irrigation dans l'espace sahélien lancé par six (6) pays, intervient dans un contexte particulièrement difficile pour les Etat...

La Première Dame, Hadjia Aissatou Issoufou parraine une cérémonie de remise de don de médicaments et moustiquaires au Mi…

La Première Dame, Hadjia Aissatou Issoufou parraine une cérémonie de remise de don de médicaments et moustiquaires au Ministère de la Santé Publique : Des lots de produits antipaludéens d'une valeur de 2,5 milliards de Francs CFA offerts par les Etat

Sous le haut parrainage de la Première Dame, Hadjia Aissatou Issoufou, marraine de la lutte contre le paludisme au Niger, le ministre de la Santé Publique, Dr Idi Illiassou Maïnassara, a réceptionné hier dans l'après-midi à l'entrepôt de l'ONPPC, situé au quartier Niamey 2000 sur la route de Fillingué des mains de la sous-secrétaire adjointe aux affaires africaines des Etats-Unis d'Amérique, Mme Whitney Baird, des produits pharmaceutiqu...

La Première Dame Dr Lalla Malika Issoufou rencontre une délégation du CILSS : La présidente de la Fondation Tattali Iyal…

La Première Dame Dr Lalla Malika Issoufou rencontre une délégation du CILSS : La présidente de la Fondation Tattali Iyali sollicitée pour soutenir la création d'un réseau des Premières Dames

La Première Dame, Dr Lalla Malika Issoufou, présidente de la Fondation Tatali Iyali s'est entretenu, hier matin avec une délégation du Comité Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS) conduite par le Secrétaire Exécutif PhD. Djimé Adoum. La délégation du CILSS est allée solliciter le soutien de la Première Dame Dr Lalla Malika Issoufou pour la création d'un Réseau des Premières Dames dans le cadre de la lutte pour ...

Lancement officiel du projet MERIEM : Apporter des solutions innovantes pour prévenir la malnutrition dans les trois pay…

Lancement officiel du projet MERIEM : Apporter des solutions innovantes pour prévenir la malnutrition dans les trois pays ciblés par le projet

      Face à l'insécurité alimentaire récurrente dans les pays du sahel avec comme corollaire la malnutrition chronique chez les enfants qui constituent l'avenir de la région, le projet «Mobiliser des Entreprises Sahéliennes pour des Réponses Innovantes et à large Echelle contre la Malnutrition (MERIEM)» entend s'appuyer sur le secteur privé des trois pays que sont : le Niger ; le Burkina Faso et le Mali pour apporter ...

Maradi/ Visite de travail de l'Ambassadeur de Turquie au Niger : Toucher du doigt les réalités culturelles et les potent…

Maradi/ Visite de travail de l'Ambassadeur de Turquie au Niger : Toucher du doigt les réalités culturelles et les potentialités de la région

Un mois après sa prise de fonction dans le pays, l'Ambassadeur de Turquie au Niger, SEM. Mustafa Ari Turker, vient d'effectuer une visite de travail de 48 heures à Maradi. Cette visite est la deuxième qu'il effectue à l'intérieur du pays, après celle de Tahoua il y a quelques jours.S'exprimant sur le mobile de sa visite dans la capitale du Katsina et du Gobir, le diplomate Turc a indiqué qu'il s'agit de venir à la découverte du Niger pr...

Développement communautaire : Les ambitions du chef de canton de Tarka

Développement communautaire : Les ambitions du chef de canton de Tarka

Tarka ? Ce nom veut dire en Tamacheq défaire ses bagages pour un campement. Le fondateur du Village de Belbédji s'appelle Oumena venu du Damergou avec sa jument au corps parsemé de mouches rougeâtres.Ce sont ces dernières qui ont pris la dénomination de Belbédji crée en 1937.''Le premier puits foncé pour la création de Tarka a vu le jour en 1890 investi par la tribu Mouzgou (maraboutique) qui se réclame ancêtres du Chef de Canton actuel...

Cérémonie d'ouverture de la première Session ordinaire du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) au titre de l'a…

Cérémonie d'ouverture de la première Session ordinaire du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) au titre de l'année 2019 : Plusieurs thématiques au menu des débats dont le changement climatique, la sécurité alimentaire et les défis de la dém

Les travaux de la première Session ordinaire du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) au titre de l'année 2019 ont débuté hier au Palais des congrès de Niamey. Au cours de cette session, les conseillers discuteront des thèmes portant sur le changement climatique, la sécurité alimentaire, les défis de la démographie, l'introduction de l'éducation sexuelle dans l'enseignement secondaire, les technologies de l'information et de la...

Ouverture de la deuxième édition du symposium sur la sécurité alimentaire et les énergies renouvelables : «La science au…

Ouverture de la deuxième édition du symposium sur la sécurité alimentaire et les énergies renouvelables : «La science au service de la transformation du monde rural : enjeux et défis de la sécurité alimentaire et énergétique », thème retenu

La Première Dame, Dr Lalla Malika Issoufou a parrainé hier au Palais des Congrès de Niamey, l'ouverture de la deuxième édition du symposium sur la sécurité alimentaire et les énergies renouvelables. Cette rencontre organisée par le Réseau Femmes, Sciences et Technologies du Niger a enregistré la présence des membres du gouvernement, dont le Ministre d'Etat, en charge de l'agriculture et de l'élevage, du secrétaire exécutif du CILSS, des...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Département de Magaria : La préservation de l'envi…

Département de Magaria : La préservation de l'environnement gage de développement durable

Avec une superficie de 7 903 km2, Magaria est l'un des départements les plus riches en mat...

vendredi 15 février 2019

"La sécurité est aujourd'hui garantie dans le…

"La sécurité est aujourd'hui garantie dans le département", affirme le préfet : M. le préfet, pouvez-vous nous faire succinctement la présentation de votre entité administrative ?

Nous vous remercions de l'intérêt que vous accordez à notre département à savoir le départ...

vendredi 15 février 2019

Le numérique au Niger : Promouvoir le numérique et…

Le numérique au Niger : Promouvoir le numérique et accélérer le progrès social

Certes le fossé qui existe entre les pays dits développés et ceux du tiers monde est grand...

mardi 12 février 2019

L'air du temps

Saint Valentin : au cœur de l'espièglerie juvénile

Saint Valentin : au cœur de l'espièglerie juvénile

Hier, jeudi 14 février 2019, les jeunes ont célébré la fête de la Saint-Valentin dédiée au...

vendredi 15 février 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.