Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Société


Projet-Irhazer-1Projet agropastoral visant à contribuer à la sécurité alimentaire durable en développant des systèmes d'irrigation dans les zones désertiques de la région d'Agadez, le Projet d'Appui au Développement Agricole de l'Irhazer, du Tamesna et de l'Aïr (PADA/ITA), a plusieurs objectifs dont celui, de ''contribuer à la sécurité alimentaire durable par le développement de l'agriculture irriguée en y intégrant l'élevage'' . Pour les objectifs spécifiques il s'agit de : l'aménagement et la mise en valeur de 162,5 ha en grande irrigation communautaire (objectif déjà atteint). Le PADA/ITA se présente donc comme un véritable outil de lutte contre l'insécurité alimentaire dans notre pays. Intervenant dans plusieurs localités de la région d'Agadez, ce projet, s'engage à toucher, d'ici 2020, près de 5.000 ménages bénéficiaires et 35.000 personnes bénéficiaires indirectes. Entre 2019 et 2021, le PADA/ITA ambitionne le démarrage de l'appui aux promoteurs privés dans les domaines de l'irrigation, la production animale et la valorisation des produits agropastoraux. Son Coordonnateur, M. Moussa Kabou nous retrace, à travers ce témoignage les actions, les résultats et les perspectives dudit projet.
Quels sont les produits que vous avez exposés à cette foire ?
Nous sommes à notre 5ème participation à cet évènement. Cette année, au niveau de notre stand nous présentons, à travers des explications et des échantillons, les objectifs du Projet, ses productions, ses opportunités et ses perspectives. Parmi les productions, nous avons du blé, les pois d'angole (arbustes fourragers), de la luzerne (plante fourragère riche qui sert à l'alimentation du bétail et pour une meilleure production de lait et de viande), qui est d'ailleurs notre culture phare. Son rendement varie de 0, 8 à 1, 5 tonnes de matière verte par coupe/ha (soit 10 à 15 Tonnes de MS en 10 à 12 coupes), avec une durée de vie : 3 à 5 ans.
Le thème retenu de cette Edition de SAHEL Niger est : ''Financement et développement des filières dans un contexte de changement climatique''. Quels impacts ont ces changements climatiques sur les activités de votre projet ?
Il faut dire que le changement climatique a plusieurs effets sur tout ce qui concerne la vie, animale et végétale. Je veux dire sur tout ce qui est vivant. Le thème de cette 5ème Edition vient à point nommé car l'une de nos filières essentielles, à savoir la luzerne, est sérieusement impactée par le changement climatique. Sur nos activités au sein du Projet, les impacts qui sont majoritairement négatifs, surtout dans une zone aride, comme la nôtre, se font sentir sur les comportements de nos différents acteurs, sur nos cultures. Suite à ces changements climatiques nous enregistrons des pertes importantes en eau par évaporation, l'infertilité des sols dénudés par des vents violents, le manque des eaux de pluies, bref, les effets négatifs sont nombreux. Cependant, je peux néanmoins citer au moins un qui me semble positif. En effet, c'est suite aux méfaits de ce changement que la culture de la luzerne a été introduite, promue et soutenue dans le projet au niveau de la région d'Agadez. Cette luzerne vient beaucoup en aide aux éleveurs, surtout en période de soudure. Pour moi c'est un impact positif de ce changement climatique, sans lequel cette filière ne se serait pas développée.
Quelle contribution peut apporter le Projet Irhazer dans le cadre de l'atteinte des objectifs de l'Initiative 3 N ?
Les objectifs de cette initiative, notamment celui de faim zéro en 2021, ne peut être atteint qu'à travers l'irrigation. D'ailleurs nous nous en réjouissons que les Autorités nigériennes accordent une place de choix à ce système de production qui est notre cheval de bataille. Au Projet Irhazer, nous sommes convaincus qu'à travers cette maîtrise d'eau on peut efficacement atteindre l'objectif que se sont assigné les Autorités de la 7ème République. L'irrigation c'est la technique la plus sûre pour faire d'atteindre l'objectif faim zéro d'ici 2021. Même si cela paraît très optimiste, au Projet Irhazer nous pensons et nous en sommes même convaincus que cela est faisable, si et seulement si, au Niger on développait ce système de cultures irriguées. Il faut dire que cet objectif ne se limite pas seulement au développement de cette culture, il faut aussi promouvoir la production animale. Le Projet Irhazer, qui est aussi un projet d'intégration de l'agriculture à l'élevage, nous réconforte dans cette vision d'attiente de l'objectif faim zéro. Car, en même temps que nous avons ces productions animales, nous avons aussi des productions fourragères. La combinaison des deux peut bien marcher. Les cultures fourragères nourrissent les animaux et les animaux sont des sources d'aliments et de revenus pour notre pays. Cette initiative 3N intéresse et implique tous les Nigériens. Tous ceux qui font une activité de production et de consommation doivent s'y intéresser et cela dans l'intérêt de tout le monde.
Qu'est-ce qui différencie la présente Edition de SAHEL Niger 2019, des Editions précédentes ?
Je dois dire que, d'année en année, nous constatons que le SAHEL Niger, grandit et prend de l'ampleur. Cette évolution se constate à tous les niveaux, organisation, participation, mobilisation, fréquentation, médiatisation, occupation des stands, diversité et qualité (emballage, présentation) des produits exposés, bref tout ce qui est nécessaire pour une foire à positivement évolué avec la 5ème Edition du SAHEL Niger. Cette édition s'est améliorée par rapport aux précédentes. En plus de la participation des pays qui nous sont frontaliers, il y a aussi celle des pays qui sont un peu plus éloignés comme le Tunisie et la Maroc. Cela montre l'envergure que commence à prendre cette foire. Je me rappelle que lors de la 4ème Edition nous avons eu droit à un stand de 12 m2 mais cette année nous n'avons eu droit qu'à 6 m2, à cause du nombre élevé des demandeurs. Il paraît qu'il y a des exposants qui n'ont même pas eu d'espace pour leur stand.
Quelles sont les perspectives pour le PADA/ITA ?
Je dois dire qu'après 3 ans de mise en œuvre de ce projet, il y a eu la réalisation de 167,5 ha, en périmètre irrigué communautaire au niveau de 6 sites (Aghanas, Tiguirwit 1, Tiguirwit 2, Tiguirwit, Injighran, Tabelot et Injiten). Il faut aussi noter la construction de 6 puits pastoraux, bénéficiant à près de 430 ménages. A partir de 2019 jusqu'à 2021, en plus du démarrage de l'appui aux promoteurs privés dans les domaines de l'irrigation, la production animale et la valorisation des produits agropastoraux, le PADA/ITA ambitionne l'appui à l'Irrigation Privée selon le modèle d'irrigation partagée, qui se fera conformément à la Stratégie sur la Petite Irrigation au Niger (SPIN) ; l'appui à la Grande Irrigation Privée (GIP) qui se fera selon le modèle d'irrigation partagée ; l'introduction du solaire comme source d'énergie de pompage. Mais aussi, la sécurisation foncière avant le démarrage de tout investissement ; l'appui à des filières de valorisation des produits agropastoraux par la création des unités de transformation, de conservation et de commercialisation et l'optimisation des investissements et l'augmentation des capacités hydrauliques pour satisfaire les besoins en eau des cultures de l'ensemble des sites aménagés. Dans le cadre de la promotion du privé, il s'agit d'appui au petit irrigant privé et à l'appui au grand irrigant privé. Quant à l'appui au privé pastoral, il est relatif à la gestion d'une ferme avicole, d'une ferme agropastorale, de la production du fourrage, de la mise en place d'une boutique d'aliments pour bétail, d'un appui à la valorisation des produits agropastoraux. Quant au mécanisme du financement, il est basé sur le principe des coûts partagés qui est retenu. Le projet apportera une subvention se situant entre 40 et 100% selon le type d'ouvrage ou d'équipement pour la petite irrigation. Les demandes des privés pastoraux et ceux souhaitant investir dans la valorisation des produits agropastoraux sont subventionnées à 75%. Les promoteurs éligibles sont ceux qui sont engagés dans une activité de production agricole ou dans la valorisation des produits agropastoraux.
Interview réalisée par Mahamadou Diallo

''Avec le PADA/ITA, nous consommons ce que nous produisons et nous produisons ce que nous consommons'', déclare M. Yahaya Angatt Bakéwa, président de la Coopérative maraîchère d'Injighran, région d'Agadez.
Yahaya Angatt Bakéwa, producteur et bénéficiaire des actions du PADA/ITA, vient de la localité d'Injigran, située dans l'Irhazer à 125 km à l'ouest d'Agadez. ''Cela fait plusieurs années que je travaille avec le Projet Irhazer-Tamesna-Aïr. Je reconnais avoir eu, moi et les producteurs de notre zone, beaucoup d'avantage depuis que nous collaborons avec ce projet. Je ne pense pas trahir mes collègues producteurs et bénéficiaires des actions dudit projet en reconnaissant que nous avons bénéficié de renforcement de capacité, qui a abouti à un véritable changement de comportement et même de métier, de notre part. En plus, nous autres, qui étions uniquement des éleveurs, sommes transformés en agro-pasteurs, grâce à l'implantation de ce projet. Maintenant nous sommes devenus cultivateurs et éleveurs, en même temps'', explique M. Bakéwa. Selon lui, dans les années 90, Agadez est une zone qui a été touchée par une situation d'insécurité. Ce qui a fait que beaucoup de jeunes se sont retrouvés, par la suite, au chômage, s'ils ne deviennent pas de passeurs des migrants clandestins. Mais grâce toujours à l'action de ce grand projet, beaucoup se sont convertis en producteurs agricoles et y gagnent leur vie paisiblement. L'intervention dudit projet a aussi permis de montrer aux éleveurs que la culture des plantes fourragères comme les pois d'angole et la luzerne, peut leur permettre de faire pâturer leur cheptel, même en temps de soudure. ''Dans le cadre de l'Initiative 3N, l'Etat achète auprès des coopératives, donc des producteurs, d'importantes quantités. Ainsi, il achetait à 250 FCFA le kilo de la luzerne, en matière sèche, pour le revendre à 100 FCFA le kilo aux éleveurs. D'où une subvention de 150 FCFA par kilo'', souligne-t-il. Ce qui, selon lui, a beaucoup contribué à atténuer les conflits des dégâts champêtres entre cultivateurs et éleveurs. ''Nous avons aussi beaucoup appris par rapport aux techniques culturales. Nous produisons nos propres semences de luzerne, qui sont souvent améliorées. Avant nos récoltes de luzerne étaient exportées jusqu'en Afrique du sud. L'amélioration des semences, les sensibilisations qui sont faites autour de cette filière, font que nos productions sont utilisées sur place. Donc avec le PADA/ITA, nous consommons ce que nous produisons et nous produisons ce que nous consommons. Le Projet nous apprend aussi à produire d'autres produits comme des fruits et des légumes'', se réjouit M. Bakéwa. Et le producteur d'ajouter, ''avec ce Projet, tu cultives, tu consommes, tu vends, tu achètes divers produits de ton terroir, une véritable vie socio-économique s'est installée dans la zone d'intervention de ce projet'', Se satisfait-il. Selon une enquête, menée par le Projet sur son périmètre d'intervention, les producteurs et bénéficiaires des actions du projet, gagnent, chaque six mois, entre 300.000 à 800.000 FCFA, selon le producteur. Ainsi, les gains annuels se chiffrent de 600 à 1.600.000 FCFA. ''On doit faire connaître à tous les Nigériens l'existence de cette filière et qu'elle peut être utile, tant au niveau de l'élevage, (car elle donne aux animaux beaucoup de lait et une viande de qualité), que de l'alimentation humaine (ses feuilles servent à préparer la sauce, sa tisane soulage contre la chaleur, le soleil) mais est aussi une source de revenus. Il faut valoriser cette filière en l'inscrivant dans les différents concours et compétitions des productions culturales.
Mahamadou Diallo(onep)
22/02/19

Publié dans Société
Écrit par
En savoir plus...

Société

Le PADA/ITA, un véritable outil de lutte contre l'insécurité alimentaire au Niger : ''L'irrigation c'est la technique la…

Le PADA/ITA, un véritable outil de lutte contre l'insécurité alimentaire au Niger : ''L'irrigation c'est la technique la plus sûre pour l'atteinte de l'objectif faim zéro d'ici 2021'', estime le Coordonnateur Moussa Kabou

Projet agropastoral visant à contribuer à la sécurité alimentaire durable en développant des systèmes d'irrigation dans les zones désertiques de la région d'Agadez, le Projet d'Appui au Développement Agricole de l'Irhazer, du Tamesna et de l'Aïr (PADA/ITA), a plusieurs objectifs dont celui, de ''contribuer à la sécurité alimentaire durable par le développement de l'agriculture irriguée en y intégrant l'élevage'' . Pour les objectifs spé...

Lancement de la première édition du Festival International du Mil (FESTIMIL) : Promouvoir l'alimentation saine et équili…

Lancement de la première édition du Festival International du Mil (FESTIMIL) : Promouvoir l'alimentation saine et équilibrée à travers la production et la consommation du mil

La Première Dame Dr Lalla Malika, Issoufou, Présidente de la Fondation Tatali Iyali, a parrainé hier à l'Académie des Arts Martiaux (ACAM) de Niamey, le lancement officiel de la première édition du Festival International du Mil (FESTIMIL). Cette édition est placée sous le thème de : « Défis et perspectives de la culture du mil au Niger ». L'objectif du FESTIMIL est de promouvoir l'alimentation saine et équilibrée de la famille particuli...

Journée d'information et d'échanges avec les médias sur la médiatisation des affaires judiciaires : Échanges fructueux e…

Journée d'information et d'échanges avec les médias sur la médiatisation des affaires judiciaires : Échanges fructueux entre les hommes des médias et les différentes professions judiciaires

Le Ministère de la justice et le Haut-commissariat à la modernisation de l'Etat ont conjointement organisé, hier à la Maison de la Presse de Niamey, une journée d'information et d'échanges avec les médias sur la médiatisation des affaires judiciaires. Le thème est : « rôles et responsabilités ». La rencontre a réuni les hommes des médias et les différentes professions judiciaires du Niger pour échanger sur la médiatisation des affaires ...

Conférence de presse du ministre de l'Environnement de la Salubrité urbaine et du Développement durable : Le ministre Al…

Conférence de presse du ministre de l'Environnement de la Salubrité urbaine et du Développement durable : Le ministre Almoustapha Garba annonce une série d'activités dans le cadre du sommet sur le climat

Le ministre de l'Environnement, de la Salubrité urbaine et du Développement durable M. Almoustapha Garba, a animé, hier après-midi, une conférence relative aux activités qui se dérouleront très prochainement à Niamey dans le cadre du Sommet des Chefs d'Etat sur le Climat. Il s'agissait pour le conférencier d'attirer l'attention du public nigérien sur l'importance de ce Sommet, mais aussi sur les actions qui sont en cours dans le cadre d...

Lancement officiel de formation des Agents du Protocole du Ministère des Affaires étrangères (MAE) : Pour l'acquisition …

Lancement officiel de formation des Agents du Protocole du Ministère des Affaires étrangères (MAE) : Pour l'acquisition des compétences nécessaires à l'organisation de la conférence UA à Niamey

L'Agence UA Niger 2019 a lancé officiellement, hier 20 février, dans l'auditorium Sani Bako du Ministère des Affaires Etrangères, une formation de renforcement des capacités des agents du protocole. Cette formation, qui entre dans le cadre des préparatifs de la 33ème Conférence des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine, prévue en juillet 2019 à Niamey, concerne 60 agents du protocole dudit Ministère. Etaient présents à ce...

Visite de chantier de construction de la Cité de l'Union Africaine : Le taux d'exécution est à 76,2 % et les travaux fin…

Visite de chantier de construction de la Cité de l'Union Africaine : Le taux d'exécution est à 76,2 % et les travaux finiront, au plus tard, le 31 mai 2019

Dans le cadre de sa campagne d'information du public sur l'état d'avancement des projets d'infrastructures, initiés en prélude à la 33ème Conférence de l'UA, l'Agence UA Niger 2019 a organisé, hier matin, une visite guidée sur le chantier de construction de la Cité Futura. La visite a été conjointement conduite par le Ministre des Domaines, de l'Urbanisme et Logement M. Waziri Maman, le Directeur général de l'Agence UA Niger 2019, M. Mo...

Niamey/Rencontre entre le président de la Délégation spéciale de la Ville de Niamey et les représentants des ONG : Les p…

Niamey/Rencontre entre le président de la Délégation spéciale de la Ville de Niamey et les représentants des ONG : Les problèmes relatifs à la vie urbaine au centre des échanges

Le Secrétaire général du Ministère du Développement communautaire et de l'Aménagement du territoire M. Ibrahim Adamou et le président de la Délégation spéciale de la Ville de Niamey, M. Mamoudou Mouctar, ont co-présidé une rencontre avec les représentants des ONG, hier matin dans la salle de conférence de la communauté urbaine de Niamey. Il s'est agi à travers cette rencontre d'échanges d'aboutir à un plan d'actions prenant en compte de...

1ère édition du Festival international du Mil (FESTIMIL) : Zoom sur le mil, indispensable céréale

1ère édition du Festival international du Mil (FESTIMIL) : Zoom sur le mil, indispensable céréale

Comme pour talonner l'évènement annuel du monde rural nigérien qu'est le Salon de l'Agriculture, de l'Hydraulique, de l'Environnement et de l'Elevage (SAHEL- Niger), un autre événement s'ouvre ce matin 21 février toujours à Niamey. Il s'agit de la 1ère édition du Festival international du Mil (FESTIMIL). Organisé conjointement par le ministère de l'Agriculture et de l'Elevage et la Fondation Tattali Iyali de la Première Dame Dr Lalla Ma...

Atelier de partage du programme de prise en charge de la reddition des éléments de Boko Haram : Vers la répartition des …

Atelier de partage du programme de prise en charge de la reddition des éléments de Boko Haram : Vers la répartition des tâches entre les acteurs pour l'optimisation de l'opération

      Le Ministère de l'Intérieur, de la Sécurité publique, de la Décentralisation et des Affaires coutumières et religieuses organise depuis hier à Niamey, un atelier de partage avec les partenaires du programme de prise en charge des éléments de Boko Haram en reddition. Le but ultime de cette rencontre de deux jours (19 - 20 février), est de contribuer à l'amélioration du programme, à travers une répartition claire d...

Lancement de la 5ème édition du Salon de l'Agriculture, de l'Hydraulique, de l'Environnement et de l'Elevage (SAHEL-Nige…

Lancement de la 5ème édition du Salon de l'Agriculture, de l'Hydraulique, de l'Environnement et de l'Elevage (SAHEL-Niger) : Une vitrine du monde rural nigérien

A la fois un espace de dialogue, d'échange et de partage d'expérience entre la profession agricole, les pouvoirs publics et les partenaires au développement, le Salon de l'Agriculture, de l'Hydraulique, de l'Environnement et de l'Elevage (SAHEL- Niger) constitue un véritable rendez-vous annuel pour le monde rural au regard de l'engouement que suscite chaque édition et au vu de l'amélioration du niveau de créativité et d'innovation des p...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Département de Gouré : Entre volonté de développem…

Département de Gouré : Entre volonté de développement et lutte contre les aléas climatiques

      Une terre de contrastes entre les plaines, les hauts plateaux du M...

vendredi 22 février 2019

Interview du maire de la commune rurale de Guidigu…

Interview du maire de la commune rurale de Guidiguir M. Ari Jarami : « Nous menons des campagnes de sensibilisation pour freiner le déboisement, la coupe abusive du bois, la fixation des dunes »

Du point de vue géologique, le territoire communal est essentiellement rattaché à la régio...

vendredi 22 février 2019

Département de Magaria : La préservation de l'envi…

Département de Magaria : La préservation de l'environnement gage de développement durable

Avec une superficie de 7 903 km2, Magaria est l'un des départements les plus riches en mat...

vendredi 15 février 2019

L'air du temps

Sus à la publication des images des victimes !

Sus à la publication des images des victimes !

Décidément les effets dévastateurs des réseaux sociaux sur nos valeurs sociales est sans l...

vendredi 22 février 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.