Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Le président du Comité Olympique et Sportif du Niger (COSNI) : « Nous avons satisfait aux différents programmes de la Solidarité Olympique et réalisé la plupart des objectifs que nous nous sommes fixés » déclare Elhadj Idé Issaka


Elhadj-Id-IssakaM. le président du COSNI, vous êtes au terme de votre mandat de quatre ans à la tête du COSNI. Quel est le sentiment qui vous anime à l'issue de ce premier mandat ?
Je voudrais tout d'abord vous remercier, pour l'occasion que vous me donnez une fois encore de m'exprimer sur la vie de notre CNO (Comité National Olympique). Comme les mandats précédents, ce mandat s'est passé sur fond de crise à un certain moment, crise que nous avions tenté de résoudre tout le long de la mandature. Comme le disait un important Membre de notre Conseil, nous avons passé les tiers de notre mandat à nous défendre contre des agressions extérieures et des manœuvres de déstabilisation multiformes et le tiers du temps à chercher à travailler. Par la grâce de Dieu, nous sommes quand même arrivés à apaiser la situation au sein de notre Mouvement Olympique. Dans ce sens, nous nous félicitons de la tenue à Niamey le 26 janvier 2016 d'un important séminaire sur le Mode de règlement des conflits en milieu Sportif et la création d'un cadre de concertation qui regroupe les Fédérations Nationales Sportives, cadre idéal d'échange, de solidarité, de cohésion et de participation active.
Par rapport au sentiment qui n'anime, je dirais tout simplement, que la tâche n'a pas été aisée, mais, avec l'appui du Très Haut, le soutien du Conseil Exécutif, des fédérations sportives, des autorités nationales et des médias, nous sommes parvenus à un résultat satisfaisant. C'est le lieu de leur rendre un vibrant hommage. Grâce à cette belle solidarité, nous avons satisfait aux différents programmes de la Solidarité Olympique et réalisé la plupart des objectifs que nous nous sommes fixés.

M. le président quel a été l'apport du COSNI dans le cadre de la préparation des athlètes nigériens qui ont participé aux jeux olympiques de 2016 ?
Je voudrais juste rappeler que la préparation des athlètes pour les Jeux Olympiques ou pour toute autre campagne sportive incombe principalement à l'État et subséquemment aux Fédérations Nationales Sportives. Le COSNI assure l'accompagnement, en cherchant des bourses olympiques pour les athlètes leur permettant d'avoir des Centres adéquats pour une meilleure préparation, en s'assurant que les athlètes, qu'ils soient boursiers ou non, participent aux tournois qualificatifs afin de décrocher leur titre de qualification. Ces bourses ne sont en réalité accordées qu'aux pays sportivement les moins développés en vue de leur permettre une participation de qualité aux Jeux Olympiques. Au demeurant, comme pour me répéter, je comparerais un CNO à un sélectionneur National qui n'a pas vocation à former un joueur mais à sélectionner les meilleurs d'entre eux, formés auparavant dans leurs clubs et à leur conférer une plus-value technique. La détection et l'entrainement de nos athlètes se font donc par les Fédérations sportives que nous nous chargeons ensuite d'accompagner dans la recherche de la qualification.
Rio n'a pas dérogé à ce principe à la seule différence qu'étant moi-même issu du Taekwondo, j'ai humblement contribué au choix de l'athlète Alfaga par sa Fédération, à négocier son centre d'entrainement actuel. Cet athlète, à la base, n'était même pas référencié dans le système de la Fédération Mondiale. Cependant nous avons pu l'intégrer dans un Centre d'Excellence moyennant une simple bourse olympique locale de 1000 $/mois. Ceci vous montre combien cet athlète est parti du néant, avec un problème inquiétant de santé, pour se hisser sur le toit du monde. Mais cela n'a nullement été possible sans l'aide du Très Haut, la confiance de la Fédération Nigérienne de Taekwondo, la solidarité agissante du Conseil Exécutif à ma vision, et la contribution inestimable du Président de la République, du Premier Ministre, du Ministère de la Jeunesse et des Sports ainsi que l'accompagnement de la Presse Sportive et de la Nation nigérienne toute entière. Le COSNI dans son ensemble leur en est reconnaissant.

Des athlètes nigériens, à l'image d'Alfaga en Taekwondo, se sont brillamment illustrés à l'occasion de ces jeux de Rio 2016. Quelle est votre appréciation de l'apport des autorités nigériennes pour soutenir ces athlètes et leur permettre de réaliser de bons résultats à Rio?
Je donnerais sans doute l'air de me répéter mais je ne dirais jamais assez, toute notre reconnaissance et notre profonde gratitude aux autorités de notre pays, avec en tête Leurs Excellences le Président de la République et le Premier Ministre, Chef du gouvernement, qui n'ont ménagé aucun effort, pour soutenir notre campagne. A la remise du drapeau par le Président de la République, à la délégation de Rio 2016, nous étions assurés du total soutien de notre nation et de ses dirigeants. Ce qui nous a permis de prendre un engagement vis-à-vis de notre nation par rapport à notre objectif, qui était de ramener une médaille olympique au Niger.
Il n'est pas inutile de rappeler que depuis la médaille du boxeur Issaka Daboré en 1972 à Munich, notre pays malgré toutes ses participations aux Jeux Olympiques qui se sont succédé n'a jamais pu même qualifier un athlète sur le terrain. Et voilà que 44 ans après Daboré, que nous saluons respectueusement, le Conseil Exécutif de notre CNO, les Fédérations Nationales Sportives impliquées, les athlètes et leurs encadrements ont relevé avec honneur le défi, en rapportant une belle médaille d'argent à notre pays. Nous déplorons l'absence des sponsors dans l'accompagnement de ces athlètes malgré les multiples offensives menés, pour les convaincre des chances qu'ils avaient dans cette campagne de Rio. Je lance un appel pour que les sponsors prennent des risques sur les athlètes pendant leur préparation en soulageant l'Etat, au lieu d'attendre les résultats pour les célébrer.

Vous avez apporté des innovations dans la gestion du COSNI comme la création du Cadre de concertation. Quel était l'objectif assigné à ce cadre ?
L'objectif essentiel du cadre de concertation était d'assurer un cadre idéal où les Fédérations Nationales Sportives pourraient échanger et régler en amont tous les problèmes liés à la gestion du Mouvement Sportif, en créant les meilleures conditions d'apaisement et de sérénité et leur permettre d'être plus engagées et plus performantes. Ce cadre a un caractère consultatif ; seules les Assemblées Générales peuvent décider. Cependant il peut faire des recommandations fortes à l'endroit du Conseil Exécutif, de l'Assemblée Générale ou du Ministère en charge des Sports.

A l'issue de votre premier mandat à la tête du COSNI, quel bilan pouvez-vous tirer de ces quatre années de gestion ?
A l'issue de ce premier mandat, nos Fédérations Nationales Sportives sont devenues plus actives au regard des différents programmes d'activités mis en œuvre. En dehors de quelques agitations connues en début de mandat, conséquence des élections mouvementées de 2014, nous pouvons dire que la sérénité a prévalu tout au long du Mandat. Le COSNI est réellement devenu l'instance faîtière des Fédérations, leur interlocuteur privilégié. Nous avons encore en mémoire que de 2009 à 2014, il nous fallait négocier des Présidents de Fédérations amis pour atteindre le quorum pour la tenue de nos Assemblées et/ou d'autres manifestations sportives. Ce souvenir cauchemardesque est loin derrière nous à présent. Je vous prie de me permettre d'en féliciter l'ensemble des Présidents de nos Fédérations pour cette adhésion salutaire aux idéaux et aux fondements de l'Olympisme.
Encore une fois, comme le CNO qui était aux affaires en 1972, l'histoire retiendra fatalement que c'est au cours de ce Mandat de 4 ans que notre pays a pu obtenir une médaille de vice-champion olympique. Vivement que les autorités de notre pays accompagnent cet envol, que dis-je, cette renaissance du sport nigérien pour la rendre définitif. Nous avons réussi à apaiser la situation au sein du Mouvement Sportif en organisant le séminaire sur le mode de règlement des conflits en milieu sportif avec la participation des augustes magistrats et avocats du pays, des syndicats du sport, des fédérations sportives, des membres du COSNI et des personnalités ayant rendu d'éminent service au sport.

M. le président vous briguez un second mandat à la tête du COSNI. Quelles sont vos perspectives pour le prochain mandat et quel message particulier avez-vous à l'endroit des fédérations sportives ?
Le premier mandat nous a servi à assainir et apaiser la situation au sein du Mouvement Olympique, en créant une atmosphère plus saine, tout en renforçant la cohésion et la solidarité. Certes, nous aurions souhaité une collaboration plus dynamique avec notre Ministère de tutelle, pour faire face aux défis qui nous attendent, mais j'ose espérer que la collaboration sera meilleure avec la nouvelle équipe du COSNI. En ce qui concerne nos perspectives, il s'agit en tant qu'élément du CIO, de ne jamais s'écarter des Missions fixées à tous les CNO. Il serait illusoire de proposer un programme aux Fédérations, autres que ceux (21 au total) attribués aux CNO au début de chaque olympiade. C'est vendre du vent mais surtout méconnaître le fonctionnement, du reste assez rigide du CIO! Alors toutes perspectives rationnelles et réalisables que je ferais ne pourraient que s'inscrire dans la bonne vision et la mise en œuvre, dans une démarche dynamique, des objectifs qui nous sont assignés par la Charte Olympique et nos textes fondamentaux, à savoir, veiller au respect de la Charte Olympique, à la mise en œuvre de l'agenda 2020 du CIO, à assurer une plus grande qualification de nos athlètes aux différents tournois de qualification aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020, au renforcement du suivi de nos boursiers olympiques en préparation dans les différents centres, à assurer une meilleure participation de nos athlètes aux Jeux Africains de la Jeunesse en Algérie en Juillet 2018, aux Jeux Olympiques de la Jeunesse en Argentine en Octobre 2019, aux Jeux Africains (All African Games) en 2019 et aux Jeux Olympiques de l'olympiade à Tokyo en 2020. Nous comptons sur la mobilisation générale de l'État et de la Nation toute entière pour de belles participations de nos représentants à apporter de nouvelles innovations dans les réformes, dans la recherche d'une plus grande efficacité de notre gouvernance, la transparence de nos activités toujours à la recherche d'une plus grande performance.

Réalisée par Oumarou Moussa(onep)
05/07/18

Sport

Ouverture de la Saison sportive des Forces Armées Nigériennes : "Pour toute armée qui se veut efficace, le sport es…

Ouverture de la Saison sportive des Forces Armées Nigériennes : "Pour toute armée qui se veut efficace, le sport est primordial" selon le commandant de bataillon des sports

Le commandant de la Circonscription Militaire de Niamey, le Colonel-major Oumar Doro a procédé le 11 janvier dernier au lancement de la saison sportive 2019 des Forces Armées Nigériennes (FAN). La cérémonie du lancement qui a regroupé les éléments des FAN ainsi que ceux des Forces de Défense et de Sécurité, s'est déroulée en présence de Chef d'Etat-major Particulier du Président de la République, le Chef d'Etat-major de l'Armée de Terre...

1er Séminaire des entraineurs d'Elites du Niger : Analyse sans complaisance des maux qui minent le football nigérien

1er Séminaire des entraineurs d'Elites du Niger : Analyse sans complaisance des maux qui minent le football nigérien

Le président de la Fédération Nigérienne de Football (FENIFOOT), le Colonel-major Djibrilla Hima Hamidou, a présidé hier matin, la cérémonie d'ouverture du 1er séminaire des entraineurs d'Elites du Niger au Centre National Technique de la FENIFOOT. Ce séminaire a été placé sous le thème :« Analyse Technique de la Pratique du Football d'Elites et impact sur les résultats des équipes engagées en compétition inter-club de la CAF et des équ...

Dosso/Lutte traditionnelle : Accueil populaire réservé au champion national 2019 Kadri Abdou dit Issaka Issaka

Dosso/Lutte traditionnelle : Accueil populaire réservé au champion national 2019 Kadri Abdou dit Issaka Issaka

Les populations de la région de Dosso sont sorties très tôt le vendredi 4 janvier dernier pour réserver un accueil des grands jours à Kadri Abdou dit Issaka Issaka, champion national de lutte traditionnelle édition 2019. Commerçants, transporteurs, conducteurs de kabou-kabou, scolaires, bref, toutes les populations de la cité des Djermakoye ont attendu jusqu'en début d'après-midi pour ne pas rater ce rendez-vous historique.C'est à parti...

Fin, hier, à Tillabéri de la 40e édition du Sabre National de lutte traditionnelle : Kadri Abdou dit Issaka Issaka, sacr…

Fin, hier, à Tillabéri de la 40e édition du Sabre National de lutte traditionnelle : Kadri Abdou dit Issaka Issaka, sacré champion national

Le nouveau roi des arènes est connu depuis hier après-midi à l'arène Naroua Sanou de Tillabéri à l'issue de la finale de la 40ème édition du Sabre National de la lutte traditionnelle ayant opposé Kadri Abdou dit Issaka Issaka de Dosso à Noura Hassane également de Dosso. Au bout de 4 minutes 14 secondes de combat, Issaka Issaka disposa du jeune Noura Hassane, remportant ainsi, pour la 3ème fois, le Sabre National. Précisons que la finale...

40ème édition du Sabre National de lutte traditionnelle : La région de Dosso, championne avant la finale !

40ème édition du Sabre National de lutte traditionnelle : La région de Dosso, championne avant la finale !

      La 40ème édition du Sabre National est entrée dans ses phases terminales de la plus belle manière, avec des prestations alléchantes, qui tranchent d'avec les arrangements connus lors des rencontres inter régions. Sur les 12 lutteurs qui ont franchi la 2ème phase de la compétition, il ne reste que quatre invaincus à l'issue des huitièmes et quarts de finales disputés respectivement dans la matinée et la soirée d'h...

Dernière journée des rencontres inter régionales du Sabre national de lutte traditionnelle : 12 invaincus abordent les p…

Dernière journée des rencontres inter régionales du Sabre national de lutte traditionnelle : 12 invaincus abordent les phases finales

Les compétions de la 40ème édition du Sabre National de lutte traditionnelle se poursuivent dans l'aire de combat de l'arène Naroua Sanou de Tillabéry. Les rencontres entre les régions ont pris fin hier dans la discipline et le fair-play. Dans la matinée, les combats ont opposé Tahoua à Niamey, puis Maradi à Agadez. Dans la soirée Tillabéry a affronté Zinder, tandis que Dosso et Diffa ont fermé la manche.L'arène Naroua Sanou continue à ...

5ème journée des compétions de la 40ème édition du Sabre National : Plus que 13 lutteurs dans la course au prestigieux s…

5ème journée des compétions de la 40ème édition du Sabre National : Plus que 13 lutteurs dans la course au prestigieux sabre

Les pugilats se poursuivent dans l'arène des Jeux de Lutte Traditionnelle Naroua Sanou de Tillabéry. Les chutes s'enchainent et certaines plus spectaculaires que les autres. Cependant après quatre journées de prestations, la 5ème journée a malheureusement été marquée par des arrangements observés par les avertis du sport roi au Niger et même par les simples les spectateurs. Un constat confirmé par la commission des combats truqués et pa...

Poursuite des compétitions de la 40e édition du Sabre National : Les combats font rage à l'arène de Tillabéri

Poursuite des compétitions de la 40e édition du Sabre National : Les combats font rage à l'arène de Tillabéri

L'Arène des jeux Traditionnels Naroua Sanou de Tillabéry vibre depuis le 25 décembre dernier au rythme des confrontations entrant dans le cadre de la 40e édition du Sabre National dans la discipline et le fair-play. A l'issue de la première journée des compétitions, 42 lutteurs sont déjà éliminés de la course. Les rencontres de la deuxième journée ont d'abord opposé dans la matinée Maradi à Diffa, puis Niamey-Dosso. Dans la soirée, Taho...

Première journée des compétitions de la 40ème édition du Sabre National : Le champion en titre rassure, de grands favori…

Première journée des compétitions de la 40ème édition du Sabre National : Le champion en titre rassure, de grands favoris déjà hors course

Les compétitions de la 40ème édition du Sabre National ont débuté hier matin à l'Arène Naroua Sanou de Tillabéry avec à l'affiche des prestations riches en technique. La première journée des compétions a enregistré la participation massive du public de la région de Tillabéri ayant effectué le déplacement pour apprécier les vives confrontations au menu du jour. Celles-ci ont opposé dans la matinée Niamey à Agadez, Diffa à Tahoua ; et dan...

Ouverture hier de la 40ème édition du Sabre National : C'est parti pour 10 jours de compétitions

Ouverture hier de la 40ème édition du Sabre National : C'est parti pour 10 jours de compétitions

La 40ème édition du Sabre national de lutte traditionnelle a été officiellement lancée hier après-midi par ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum à l'Arène Naroua Sanou de Tillabéry. La cérémonie d'ouverture du plan grand événement sportif et culturel national s'est déroulée dans une ambiance empreinte de chaleur et de fraternité en présence du Haut Représentant du Président de la République Elhadji Seini Oumarou, des ...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice a…

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice aux cultures de contre saison et au pâturage

La région de Tillabéri compte 31 aménagements hydro agricoles dont 30 pour la production d...

vendredi 11 janvier 2019

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la …

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la crue

De l'autre côté de la rive, qui sert comme une sorte de gare fluviale reliant les localité...

vendredi 11 janvier 2019

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la…

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la filière

La filière de la gomme arabique a connu dans les années 60 et ce jusqu'en 1980, un essor s...

jeudi 10 janvier 2019

L'air du temps

Notre identité, nos valeurs ancestrales

Notre identité, nos valeurs ancestrales

«Un peuple sans culture est un peuple sans âme », disait l'écrivain nigérian Anthony Biako...

vendredi 11 janvier 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.