Le Sahel

Register Login

Articles

MESSAGE A LA NATION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, CHEF DE L'ETAT, SEM. ISSOUFOU MAHAMADOU, A L'OCCASION DU 52EME ANNIVERSAIRE DE L'INDEPENDANCE

message« J'engage le gouvernement à prendre toutes les mesures nécessaires pour faire de notre administration l'outil de développement indispensable à la réussite du programme de renaissance »

NIGERIENNES, NIGERIENS,

MES CHERS CONCITOYENS,

Demain, 3 Août 2012, nous fêtons le 52ème anniversaire de notre indépendance. Cet anniversaire est le premier que célèbre notre pays depuis qu'il est devenu producteur du pétrole. En effet, on s'en souvient, c'est le 28 Novembre 2011 qu'a été inaugurée la raffinerie de Zinder dont la production permet au Niger non seulement de satisfaire ses besoins en produits pétroliers raffinés mais aussi d'en exporter, ce qui permet dans les deux cas de soutenir la croissance de notre économie. Je saisis la présente occasion pour vous informer que de nouvelles découvertes ont permis d'accroître les réserves pétrolières sur le permis d'Agadem et que de très bonnes perspectives s'offrent à nous sur celui de Bilma. Par ailleurs, sont en cours les négociations avec le Tchad et le Cameroun pour la construction du pipeline qui permettra l'évacuation du pétrole brut à travers ces deux pays. Le Niger a donc, devant lui, un bel avenir pétrolier.

MES CHERS CONCITOYENS,

Je sais que vous vous demandez, à juste titre, quel emploi des ressources financières, tirées du pétrole, fera le Gouvernement afin qu'elles profitent au plus grand nombre de Nigériens. Pour répondre à cette préoccupation, le Gouvernement a décidé d'affecter ces ressources à la satisfaction des besoins de l'immense majorité de notre peuple, tels qu'ils ont été identifiés dans le programme de renaissance que celui-ci a approuvé par son vote le 12 Mars 2011. C'est ainsi que le Gouvernement continuera à investir dans l'éducation, dans la santé, dans l'accès à l'eau, dans la sécurité alimentaire, dans les infrastructures, dans la création d'emplois pour les jeunes. Du reste, c'est dans cette perspective qu'ont été lancés, le trois (3) Juillet dernier, les travaux de construction de la route Diffa –N'Guigmi- Frontière avec le Tchad, ce qui permet de parachever le noble projet de la route de l'unité, projet conçu et en partie réalisé par le Président Hamani Diori (que son âme repose en paix), père de l'indépendance que nous célébrons demain. C'est dans cette perspective que seront prochainement entreprises les études de faisabilité de la route du pétrole Bilma-Agadem-N'gourti-N'guigmi.

MES CHERS CONCITOYENS,

Le Gouvernement a entamé, hier (NDLR : mercredi 1er août 2012), l'examen en Conseil des ministres, du Plan de Développement Economique et Social (PDES) pour la période 2012-2015. Ce plan ambitieux, élaboré sur la base des orientations du programme de renaissance et de la Déclaration de Politique Générale du Premier ministre, prévoit, un taux minimal de croissance de 6% environ, ce taux pouvant atteindre deux chiffres. Cette croissance sera portée par une relance de la consommation des ménages et des investissements, une augmentation des dépenses publiques, un accroissement des exportations et la promotion d'industries de substitution à certaines importations. Cela suppose que soient poursuivie et renforcée la lutte contre la corruption, la fraude fiscale et les détournements des deniers publics. Cela suppose aussi une répartition des revenus en faveur des couches sociales les plus défavorisées, une lutte contre les inégalités et la création d'une classe moyenne capable de contribuer, non seulement à la prospérité économique du pays, mais aussi à sa stabilité politique. Le Plan du Développement Economique et Social (PDES) et ses programmes d'investissements seront soumis à une table ronde des bailleurs de fonds dans le courant du dernier trimestre de cette année. Cette table ronde sera immédiatement suivie de celle sur le financement de l'initiative « 3N ». Les résultats de l'offensive diplomatique qui est menée, de Paris à Washington, de Londres à Beijing ou Rio nous permettent d'être optimistes quant à la mobilisation des ressources extérieures nécessaires à la réalisation de nos objectifs. C'est le lieu de répéter que le financement de ce plan et notamment celui de l'initiative « 3N » servira d'emploi aux recettes qui seront tirées non seulement du pétrole mais aussi de l'exploitation de l'uranium et des autres ressources naturelles, parmi lesquelles figurent le charbon de Salkadamna et le ciment de Kao dont les dossiers sont bien avancés. Par ailleurs, les travaux de construction du barrage de Kandadji, sur lesquels nous avions eu, un moment, des inquiétudes, se poursuivent normalement.

MES CHERS CONCITOYENS,

Si ce que je viens de dire est porteur d'espoir pour notre pays, les actions de développement que nous sommes en train d'engager suppose une administration performante. En effet l'un des défis majeurs à relever reste celui de la faible capacité d'absorption des ressources financières mises à notre disposition par nos partenaires au développement. Celle-ci est non seulement liée à la lourdeur des procédures et des mécanismes de décaissement mais aussi au manque de performance de notre administration. C'est pourquoi j'engage le Gouvernement à prendre toutes les mesures nécessaires pour faire de notre administration l'outil de développement indispensable à la réussite du programme de renaissance. Dans cette perspective, il importe que l'administration fonctionne selon les règles axées sur les résultats avec l'établissement d'un cahier de charge à l'attention des agents. Des mesures doivent aussi être prises pour rendre effectifs les contrôles administratifs à travers la redynamisation des inspections au sein des ministères. Je veillerai personnellement à ce que le processus de la réforme et de la modernisation de l'Etat soit mené de manière conséquente.

MES CHERS CONCITOYENS,

Depuis le précédent anniversaire de notre indépendance, nous avons dû faire face à une série de chocs : choc de la crise libyenne, choc de la crise malienne qui en est une des conséquences et choc de la mauvaise campagne agro-pastorale 2011. S'agissant de la crise libyenne, je rends, à nouveau, hommage à nos forces de défense et de sécurité qui ont su empêcher toute implantation, sur notre territoire, de groupes armés venus de Libye. Je leur rends également hommage pour avoir su, jusqu'ici, protéger le pays des débordements de la crise malienne. Qu'elles trouvent, ici, toutes mes félicitations et tous mes encouragements. Je voudrais qu'elles sachent que le Gouvernement n'épargnera aucun effort pour renforcer leur moral et pour accroître leur capacité opérationnelle ainsi que leur capacité de renseignements. Des mesures concrètes sont d'ores et déjà prises dans ce sens. Je fonde, bien sûr, l'espoir d'une sortie de crise politique au Mali. Je fonde l'espoir qu'un Gouvernement d'Union Nationale, capable de mobiliser l'ensemble du peuple malien derrière lui, y sera très bientôt mis en place. Je fonde l'espoir que ce Gouvernement parviendra à restaurer, pacifiquement, l'intégrité territoriale du pays et à organiser des élections libres et transparentes. Mais il est possible que la crise soit durable. Il est possible qu'elle ne puisse pas trouver de solution politique. Nous devons donc rester vigilants. Nous devons, comme nous l'avions fait dans le cas de la crise libyenne, nous préparer à faire face à toutes ses conséquences.

S'agissant de la crise alimentaire, l'appel lancé par le Gouvernement dès le 24 Août 2011, les réactions positives des pays amis, des organisations multilatérales et des Organisations Non Gouvernementales (ONG), le programme d'urgence conçu et mis en œuvre par le Gouvernement, ont permis de soutenir efficacement les populations vulnérables. Je remercie, de leur sollicitude, tous les pays amis, toutes les organisations multilatérales ainsi que toutes les ONG. Grâce à leur soutien et à notre propre mobilisation, nous avons démontré que sécheresse n'est pas synonyme de famine.

Nous connaissons désormais le chemin, nous savons désormais ce qu'il faut faire pour assurer la sécurité alimentaire des Nigériens. Ainsi, pour la campagne agro-pastorale en cours, le Gouvernement a pris, à temps, les mesures appropriées, pour mettre, à la disposition des agriculteurs et des éleveurs, les intrants nécessaires notamment les semences, les engrais et autres produits phytosanitaires ainsi que des aliments pour bétail. S'agissant de la lutte antiacridienne, par exemple, le Gouvernement a déjà mobilisé 2 milliards de FCFA et engagé des actions sur le terrain. L'évolution de la campagne agro-pastorale en cours laisse présager, avec l'aide de Dieu, de bonnes récoltes si la régularité des pluies, observée jusqu'ici, se maintient. Déjà certaines localités ont commencé à s'alimenter avec le nouveau niébé et s'alimenteront dans quelques jours avec le nouveau mil. Dans le cadre de l'initiative « 3N » et quels que soient les résultats de la campagne actuelle, le Gouvernement est instruit pour qu'il n y ait aucun temps mort entre la campagne pluviale et celle des cultures irriguées. C'est le lieu de lancer un appel à tous les nigériens, sans exception, pour qu'il prie Dieu afin qu'il assure à notre pays la paix et un hivernage fécond.

MES CHERS CONCITOYENS,

Nos prières peuvent être d'autant mieux exhaussées que nous sommes dans le mois béni du Ramadan. Je sais combien cela doit être pénible de concilier jeûne et travaux champêtres. Je sais aussi que cette période est généralement inflationniste, notamment s'agissant des produits de première nécessité comme le sucre. Je demande aux opérateurs économiques de respecter les engagements pris dans le cadre des réunions organisées par le Ministre chargé du Commerce notamment celles du forum national sur la lutte contre la vie chère et de la Commission Nationale de Lutte contre la Vie Chère. Le Ministre chargé du commerce a, par ailleurs, mis en chantier une loi sur la protection des consommateurs. Dans l'immédiat, pour atténuer les effets de l'augmentation des prix du sucre sur les ménages les plus pauvres, le Gouvernement a décidé de la vente à prix modérés de 3000 tonnes de sucre. Pour régler ce problème de manière structurelle, le Gouvernement envisage d'installer une industrie sucrière dans le pays avec un volet agricole qui permettra aux producteurs de canne à sucre de disposer de revenus réguliers et conséquents. Par ailleurs, je note la poursuite des opérations de vente à prix modérés, débutées depuis le mois de février 2012 : elles doivent porter au total sur 131.000 tonnes de céréales jusqu'en Septembre. Je note aussi la distribution gratuite, à partir de Juin jusqu'en Septembre, de 123.000 tonnes de vivres qui permettent d'atteindre 2.400.000 personnes. Je note également le transfert inconditionnel d'argent à hauteur d'environ 48 milliards de FCFA entre Décembre 2011 et Juillet 2012 et 12,5 milliards prévus pour les mois d'Août et de Septembre, la récupération nutritionnelle au profit de 485.000 enfants et de 116.000 femmes enceintes allaitantes et accompagnantes. Toutes ces actions traduisent l'attention que porte le Gouvernement aux conditions de vie des couches vulnérables.

Joyeux anniversaire et bon mois de Ramadan, mes chers concitoyens et que Dieu bénisse le Niger !

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.

Top Desktop version